La Métropole du Grand Paris s’engage pour une logistique métropolitaine

 Patrick Ollier

Ce mardi 9 février 2021, via une conférence en webinaire ayant rassemblé plus de 300 personnes sur l’application Teams, s’est déroulé le Comité des partenaires du Pacte pour une logistique métropolitaine. Animé par Jérôme Libeskind, Fondateur de Logicités, la conférence, bien qu’ayant rencontré plusieurs problèmes techniques, a pu présenter les projets et la vision de parcs logistiques plus harmonieux tout en étant proches des centres-villes, mais également d’accompagner les communes et les citoyens au zéro carbone par l’aménagement de bornes de rechargement électrique, ainsi que par l’accompagnement des entreprises et des commerces du Grand Paris dans cette transition écologique et numérique. La conférence s’est tenue en présence de Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris, Jean-Michel Genestier, Maire du Raincy et Conseiller délégué à la logistique métropolitaine, Geoffroy Boulard, Maire du 17ème arrondissement de Paris et Vice-Président délégué à la communication et à l’innovation numérique, Etienne Lengereau, Maire de Montrouge et Conseiller délégué en charge du suivi de l’installation des bornes de recharge, et David Belliard, Maire adjoint à la Ville de Paris, chargé de la transformation de l’espace public, des transports, des mobilités, du code de la rue et de la voirie et Conseiller métropolitain. La conférence a été également un bon moyen de laisser la parole à divers partenaires participant à ce pacte comme les entreprises Sogaris, La Poste, Haropa, Voies Navigables de France (VNF) et aussi la Chambre de commerce et de l’industrie Paris – Île-de-France. « Nous sommes heureux de pouvoir proposer cette conférence. Nous reprenons notre souffle après que plusieurs évènements nous ont fortement ralenti dans notre démarche. En effet, depuis décembre 2019, nous avons eu les maires qui étaient mobilisés sur les élections municipales et au printemps 2020, l’arrivée de la pandémie. C’est avec satisfaction, que malgré le COVID, nous puissions reprendre nos objectifs », déclare Patrick Ollier, dans son discours d’accueil. « Le Pacte est prêt ! Il possède des mesures concrètes pour les villes, tout en prenant en compte les enjeux de la logistique par l’implantation d’idées innovantes et écologiques. Ce Pacte a pour mission d’harmoniser et d’intégrer les entrepôts de logistique à proximité des centres-villes, de contribuer au développement des alternatives en matière de logistique comme avec le transport de marchandises fluvial, aussi appelé Axe Seine, et de déployer la mutualisation entre les communes et les entreprises afin d’optimiser les transports pour le dernier kilomètre, c’est-à-dire de l’entrepôt aux commerçants / consommateurs. Sans oublier la création de 5 000 bornes pour les véhicules électriques », ajoute-t-il. Dans les actions qui permettront d’apporter des solutions, Jean-Michel Genestier émet quelques propositions : « Nous devons fédérer l’écosystème des centres-villes. Trouver des solutions pour les entreprises, allant de la logistique à l’entrepôt jusqu’au magasin ou chez le particulier. Et avec les circonstances actuelles du COVID-19, nous voyons bien qu’une multiplication des livraisons a été constatée. Nous sommes conscients des changements et de la demande des habitants en milieu urbain pour plus d’écologie, comme avec l’augmentation des quartiers réservés aux piétons. Nous devons faire évoluer la logistique vertueuse. Notons également dans cette chasse au carbone, en ce qui concerne Paris intramuros, l’interdiction des camions de gros gabarits, point dur de production de carbone, et basculer vers un système de transfert modal, ainsi que développer le transport ferroviaire et fluvial à plus grande échelle ». Autre action écologique afin de décarboner la capitale et le territoire du Grand Paris, le projet Métropolis, qui est déjà en cours d’application par l’implantation de 5 000 bornes, dont 250 bornes charge rapide, afin de recharger les véhicules électriques. Pour le moment, 600 bornes sont actuellement en service et 120 sont en train d’être installées, réparties sur 26 communes. « Il y a une forte volonté de vouloir décarboner et les vente de véhicules propres sont en augmentation. La métropole est légitime pour réaliser ce projet, car c’est une zone dense, mais également car c’est la métropole des maires. Les choses avancent, rappelons l’interdiction des véhicules vieux et polluants (CRIT 4 et CRIT 5) à l’intérieur de la capitale. L’enjeux est d’embarquer tout le monde, accompagner l’ensemble des acteurs. Il n’y a pas d’écologie punitive », dit Etienne Lengereau. Au sujet du prix de la recharge, le projet Métropolis table sur un coût de 6€/100km, avec une grille tarifaire en fonction de la charge. Pour voir l’intégralité de la table ronde, cliquez sur le lien ici. WM

Partagez cet article

La Société du Grand Paris a publié son rapport 2018 (très … vert et social)

le comité exécutif de la SGP . A droite c'est Bernard Cathelain, membre du Directoire, ancien directeur chez ADP. Cliquez pour avoir le rapport

C’est la saison des rapports ! La Société du Grand Paris vient de publier le sien, sur son activité 2018. Je l’ai lu. Très riche et, comme je dis dans le titre, très vert et très social…

Ça fait du bien d’avoir des nouvelles. Cela dit, j’ai, depuis un bon moment, un sentiment mitigé sur la SGP créée en 2009/2010. L’impression que les choses ont trainées. On se souviendra du rapport de la Cour des Comptes (le revoir ici) publié en décembre 2017 et, sommes toutes assez… sévère. Espérons que les choses vont aller bien suite aux réorganisations en cours (avec un effectif actuel de 200, la SGP prévoit d’embaucher 200 supplémentaires en 2019…). Et espérons que les délais seront tenus pour la ligne 17 Nord (avec les gares de Gonesse, CDG en 2024 et le Mesnil-Amelot en 2030). EV

Partagez cet article

Le “rapport” de Castro au Président de la République, sur le Grand Paris est publié

cliquez pour avoir le rapport...

J’ai lu le “rapport” de l’architecte petit-parisien  (plutôt sympa, par ailleurs) Roland Castro, que le Président de la République lui avait demandé sur le Grand Paris. Et j’ai eu de la peine, croyez-moi (160 pages…) . Comme je l’avais prévu (revoir ici), c’est pas terrible. Je dirais même que c’est de la soupe bobo-gauchiste. Visiblement, sa psychanalyse (selon wikipedia) de 7 ans avec Lacan,  en 1971, ne lui a pas réussi. J’en ferai pas de résumé, c’est mission impossible. Je voudrais bien savoir ce que ça a couté (comme feu le rapport Borloo). Bon, lisez (et voyez la dernière page, en mode lèche-cul) et donnez votre avis ? EV



Partagez cet article

Le préfet du Val d’oise a signé le permis de construire de la future gare du Triangle de Gonesse

Voici une bonne nouvelle pour nos territoires. Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse a informé, par un communiqué publié vendredi dernier, que le permis de construire de la future gare de super métro Grand Paris Express (ligne 17). Vous pensez bien que le maire s’en est réjouit (voir son communiqué ici) . Les travaux doivent commencer en 2019 (à moins que mes P’tits Loup ne fassent encore un recours) pour une mise en service en 2027 (si tout se passe bien…). EV

 

cliquez pour voir la ligne 17 sur le site de la Société du Grand Paris

 

Partagez cet article

Patrick Braouzec est le nouveau président de la Société du Grand Paris . Un rapport sur les finances: on est mal, patron…

voir l'interview du Parisien

Patrick Braouzec, ancien député communiste, ancien maire de Saint-Denis, actuellement président de l’EPT Plaine Commune  avait été nommé par décret le 14 juillet dernier, membre du Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris .  Son élection s’est déroulée vendredi dernier, en l’absence des présidents des Conseils départementaux, qui avaient boycotté  le vote. Dans l’interview qu’il accordée au Parisien après son élection, il affirme qu’il n’a pas été “le candidat de l’Etat” (ça j’y crois pas…). Et, contrairement au titre de l’interview, il déclare : il faut que nous tenions, au maximum, la date de 2030 pour la construction de ce supermétro ,ce qui n’est pas tout à fait pareil.

Il annonce aussi la création d’une lettre d’information destinée aux habitants pour les tenir informés de l’avancement des travaux (ce qui ne serait pas un luxe… )

Par ailleurs,  lors de cette réunion du Conseil de surveillance, le député (LR) Gilles Carrez a présenté le rapport qu’il avait remis au 1er ministre, le 6 septembre. Selon le site Bati Actu (voir l’article en entier ici) “il estime que le budget de la SGP, pour être viable, nécessite des “recettes supplémentaires estimées entre 200 et 250 millions d’euros par an”, et ce, dès 2019. L’élu enchaîne avec des propositions concrètes, à commencer par “la mise en place d’un péage urbain, au niveau de l’agglomération parisienne ou sur une base régionale plus large”, qui serait envisageable “à moyen terme, lorsque les lignes du Grand Paris Express seront mises en service (entre 2024 et 2030)”. Mais Gilles Carrez propose également d’élargir l’assiette et le taux de plusieurs taxes, à l’instar de celle sur les surfaces de bureaux ou de celle nommée “taxe spéciale d’équipement” (une taxe additionnelle aux deux taxes foncières – propriétés bâties et non-bâties -, à la taxe d’habitation et à la cotisation foncière des entreprises, NDLR).

Ben c’est pas fini, comme dirait l’autre… Voyez le rapport ci-dessous. C’est pas triste.  On en reparlera. EV

cliquez pour le rapport

Partagez cet article

Centre de maintenance des lignes 16 et 17 d’Aulnay: l’enquête publique est en cours.

cliquez pour voir plus de perspectives (c'est à la ligne PC 6)

Elle a commencé le 11 juin et se terminera le 10 juillet.  C’est “l’enquête publique relative à la demande d’autorisation environnementale et demande de permis de construire concernant la réalisation du centre d’exploitation des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express”. Sur les terrains de l’ancien site PSA à Aulnay, le long de l’A3. C’est un gros truc… On y reviendra. En attendant, vous pouvez consulter le dossier ici, y’a tout . EV



Partagez cet article

On ne rit pas: Castro va rendre un rapport sur le Grand Paris, la Métropole etc…

Roland Castro (au centre) lors d'une inauguration, en 2015, de l'Ecoquartier de Louvres, dont son cabinet à la charge. Cliquez pour revoir

Ce coup-ci, c’est officiel, le Président de la République a chargé l’architecte-urbaniste bien connu Roland Castro (un des soutiens de la première heure d’Emmanuel Macron) de faire des propositions sur le Grand Paris pour en faire, selon un article du Monde un “nouveau modèle de métropole mondiale” (pas moins). Il faut dire que la Métropole patine un peu, et qu’on ne comprend plus très bien (je ne suis pas le seul…). Castro doit remettre sa copie le 31 juillet. Ça risque de pas être triste ! EV

Partagez cet article

Les départements d’Ile-de-France et la Région demandent un audit indépendant sur les comptes de la Société du Grand Paris

cliquez pour lire le communiqué

Rappelez-vous ? Dernièrement, je me demandais (revoir ici) pourquoi les élus départementaux et régionaux, qui font partie du Conseil de Surveillance de  la Société du Grand Paris (SGP) n’avaient pas, depuis toutes ces années, bougé sur la situation financière de cette SGP. Et bien, à lire le communique publié le 10 avril, voici pourquoi: “Les élus considèrent qu’ils n’ont pas été en mesure, faute de disposer de quelque information que ce soit, de jouer le rôle de contrôle et de codécision qui leur est pourtant reconnu par les statuts de la Société du Grand Paris. En bouleversant, sans aucune concertation avec les élus ni avec la population, le calendrier de réalisation du Grand Paris Express, et en passant sous silence les causes réelles de cette décision, l’Etat a rompu brutalement l’équilibre de gouvernance et la relation de confiance qui avaient, jusqu’ici, permis l’avancement du projet“.

Hum… La dernière phrase semble en contraction avec la première…

Les élus demandent donc, dans ce communiqué, que soit lancé un audit financier et technique sur la situation à la SGP et annoncé que, lors de la séance du Conseil de Surveillance du 9 avril, voté contre la validation du futur nouveau Président de la SGP, (Thierry Dallard , voir ici) , pour protester…  A suivre… EV

Partagez cet article

Les départements d’Ile-de-France et la Région taclent le gouvernement sur la Société du Grand Paris

cliquez pour lire le communiqué

Dans un communiqué sévère, les présidents des 7 départements d’Ile-de-France la Présidente de la Région, ont annoncé leur refus de voter le budget modificatif de la Société du Grand Paris lors de la séance, le jour même, du Conseil de Surveillance (où ils siègent tous). Déjà, en décembre dernier, ils n’avaient pas voté le budget 2018 (revoir ici)       Cette fois ils dénoncent entre autres  le fait que “l’Etat n’ait, à nouveau, pas tenu parole : le conseil de surveillance n’a été saisi d’aucune question stratégique, et n’a pas été appelé à valider les directives données à la Société du Grand Paris par le Gouvernement“.  A suivre …

Thierry Dallard, nouveau président de la Société du Grand Paris

Le lendemain le 23 donc, la ministre des Transports a publié un communiqué (à lire ici) indiquant que le gouvernement (l’Etat est majoritaire au Conseil de surveillance) avait décidé de proposer  Thierry Dallard comme prochain président. Il remplacera Philippe Yvin qui paye sans doute ainsi les retards et les importants dérapages financiers de la SGP, révélé par le rapport de la Cour des Comptes en décembre dernier.

Une question (à laquelle je n’ai pas de réponse pour l’instant) peut se poser : pourquoi les départements et la Région, siégeant donc au Conseil de Surveillance de la SGP, (et si prompts à communiquer ces derniers temps) n’ont ils pas dénoncé, année après année,  ces dérapages ? EV

Partagez cet article

Ligne 17 : eh ben voilà !

cliquez pour lire et écouter la ministre

J’avais pas vu ça… C’était mardi dernier au Sénat. La ministre a annoncé le report de la ligne 17, tout en assurant, bien sûr, que tout le Grand Paris Express se fera (qu’est que j’écrivais plus bas ?). Elle évoque aussi le rapport que la Cour des Comptes a rendu en décembre dernier sur la Société du Grand Paris. Je prendrai le temps de résumer et de revenir sur tout ça. EV

cliquez pour avoir le rapport
Partagez cet article

ligne 17 : réponse hypocrite à une question hypocrite

cliquez pour voir le film de la Société du Paris sur la ligne 17

Le 24 octobre dernier, le député (LAREM) de Seine-et-Marne Rodrigue Kokuendo avait posé une question écrite au ministre “de la cohésion des territoires (ça ne s’invente pas…) sur le devenir de la ligne 17. J’avais vu passer cette question et je n’ai pas senti le besoin d’en parler ici. Pourquoi? Parce c’est question vague, mais surtout hypocrite car elle ne pose la question du respect des délais (2024 et 2030). Ça ne risquait pas d’embêter le gouvernement car de la manière  dont  elle posée,  elle permettait une réponse sans risque, du genre “on va faire la ligne 17”, mais sans parler de délais . Eh bien c’est qui c’est passé. Dans sa réponse parue le 9 janvier, le ministre termine ainsi : À ce titre, la ligne 17 est la parfaite illustration d’un nouveau transport en commun, solution alternative à la voiture, qui offrira de nouvelles possibilités de déplacements en particulier aux habitants de la Seine-et-Marne. L’engagement du Gouvernement à maintenir le projet GPE dans son intégralité malgré les difficultés techniques et financières démontre son engagement pour les transports du quotidien et pour favoriser l’égalité des territoires.

Bien sûr, il ne parle pas de délais. Et pour cause, la décision n’est toujours pas prise en haut lieu. Gageons, ce qu’à dieu ne plaise, que si le gouvernement décide de ne pas faire la ligne 17 dans son entier, il dira qu’elle sera faite, mais… plus tard.  Voyez la question et la réponse ici. EV

PS: et, comme par hasard, l‘Autorité Environnementale vient d’en remettre une couche. Après avoir rendu un avis défavorable sur le Triangle de Gonesse (en fait contre Europa City) sur le tronçon nord de la ligne 17 elle vient, dans un communiqué du 11 janvier (à voir ici, en bas) en demandant une nouvelle actualisation de l’étude d’impact de la ligne 17, actualisation sur laquelle ladite “Autorité” entend bien donner son “avis”. Avis dont on se doute bien du contenu… Si le gouvernement décidait de “reculer” le tronçon Nord, il pourrait bien prendre appui sur ça. Ça me parait cousu de fil blanc.

Partagez cet article

Grand Paris Express : Eric Veillon a envoyé une lettre ouverte au Président de la République

la lettre en PDF

Normalement, le président de le République doit prendre une décision en janvier à propos de l’éventuel « report » de certaines lignes du Grand Paris Express, notamment celles qui nous concernent, les 16 et 17. J’ai posté, sur le site de l’Élysée une lettre ouverte à son intention. Une lettre plutôt témoignage… A la fin, je suggère au Président de prendre langue, avant de prendre sa décision, avec Patrick Renaud, président de Roissy Pays de France et de l’Association des collectivités du Grand Roissy. Vous pourrez la lire en PDF en cliquant en haut et en suivant ci-dessous (cliquez sur “lire la suite) :

Monsieur le Président

Je me permets de vous envoyer cette lettre « ouverte » (je ne fais jamais ça, car je n’aime pas ce procédé, mais il peut y avoir urgence), qui est aussi et surtout un témoignage. C’est à propos du Grand Roissy, du Grand Paris Express et, singulièrement, de ses lignes 16 et 17.

Je me doute bien que vous avez reçu beaucoup d’alertes et de courriers à ce sujet, mais j’ai senti la nécessité de m’adresser à vous, après avoir longuement hésité. D’autant que je sais que vous êtes très occupé, pour vous suivre tous les jours après avoir voté pour vous aux deux tours, (mais sans enthousiasme, je vous rassure), et notamment sur France 2 hier soir.

J’ai eu, au mois d’août

Read moreGrand Paris Express : Eric Veillon a envoyé une lettre ouverte au Président de la République

Partagez cet article

Ligne 17 : mobilisation tous azimuts

voyez la lettre ouverte au président de la République

On est toujours dans l’incertitude sur le “report” ou non de certaines lignes du futur métro Grand Paris Express (GPE) et singulièrement des lignes 16 et 17, qui concernent directement le Grand Roissy. A priori, L’association “Entreprendre à Tremblay” a récemment publié une lettre ouverte au Président de la République lui demandant “instamment” de maintenir la ligne 17 dans les délais prévus (2024).

Dans une interview au journal l’Opinion du  5 décembre, Nicolas Sarkozy, initiateur du projet Grand Paris, revient sur la question et conteste notamment la thèse qui court en ce moment, selon laquelle le surcout annoncé du GPE plomberait les comptes de la France en vue de la réduction du déficit à 3% du PIB (il a raison : il s’agit d’un investissement! ).

Et en même temps” (selon l’excellente formule des vrais journalistes de BFM TV), l’Etat souhaite maintenir dans le budget 2018 un” prêt” (une astuce, certainement, des as de Bercy, pour que ça ne tombe pas dans le déficit…) de 1.7 milliard pour financer la société qui va construire le CDG Express.

Au  sénat, le sénateur du Val d’Oise Arnaud Bazin a enfoncé le clou en faisant voter à nouveau un amendement supprimant cette disposition: voyez le communiqué ici (avec une belle coquille…) et surtout, surtout, (merci à Yohann Ettoré de l’avoir postée sur son FB) son intervention ci-dessous au Sénat : tout est dit et bien dit. EV

voir l'intervention d'Arnaud Bazin
Partagez cet article

Les élus n’ont pas voté le bugdet de la Société du Grand Paris

La Société du Grand Paris a voté le 1er décembre son budget 2018. Mais c’est un budget forcément provisoire vu les incertitudes qui pèsent sur certaines lignes (notamment la 17). Les élus membres du Conseil de Surveillance,(9 au total, de droite comme de gauche, dont les présidents des Conseils départementaux) ne l’ont pas voté, pour protester contre ces incertitudes qui durent depuis un bon moment (le président Macron devrait rendre son arbitrage en janvier). Le budget a néanmoins été voté, les représentants de L’État (11) étant majoritaires.  Voyez le communiqué  des élus ici. A suivre donc… EV

Partagez cet article

EuropaCity se réjouit d’un sondage sur sa notoriété

voir la synthèse du sondage

EnropaCity s’est clairement réjoui de la montée en puissance de la notoriété du projet, que montre le 4ème sondage réalisé par Odoxa . À l’occasion de la sortie de cette étude, Benoit Chang, Directeur Général d’EuropaCity a déclaré « Avec EuropaCity nous créons un lieu unique au monde. Et ce lieu, nous le créons sur le Triangle de Gonesse dans le Nord Est francilien, un territoire qui a longtemps été relégué au second plan. Ce baromètre nous montre que les habitants, mais aussi les Franciliens et les Français, ont compris que ce projet est une chance pour ce territoire. Une chance en termes d’image, de développement économique, d’emploi et de formation. Une chance de s’inscrire dans l’ambition d’un Grand Paris inclusif et durable à l’attractivité renforcée. Leurs attentes fortes nous engagent et nous encouragent dans la co-construction du projet avec l’ensemble des parties prenantes du territoire ».

Vous pourrez consulter l’ensemble de l’enquête ici. EV

Partagez cet article