ADP augmente son chiffre d’affaires de 3%

Pour Pierre Graff, ADP a su s'adapter à un environnement économique difficile en misant sur la diversification (© ADP).

Tout roule pour Aéroports de Paris. Outre la reprise de son trafic de passagers (lire par ailleurs), le gestionnaire de Roissy-CDG enchaîne les bons résultats financiers. Le groupe a ainsi enregistré une augmentation de 3% de son chiffres d’affaires sur les neuf premiers mois de l’année 2010 pour le porter à environ 2,036 milliards  d’euros. Un chiffre qui aurait été encore meilleur s’il n’y avait pas eu l’épisode du nuage de cendres islandais mi-avril (-23 millions d’euros sur le CA).

Pour parvenir à ce résultat, ADP a pu compter davantage sur son développement commercial que sur les redevances aéroportuaires dont les tarifs ont été gelés au 1er avril.

Ainsi, le gestionnaire des aéroports franciliens a connu une hausse non-négligeable de ses surfaces commerciales (+ 6,8 %) «grâce à la hausse du chiffre d’affaires par passager en zone réservée (+ 13,3 % à 13,6 €)», peut-on lire dans un communiqué.

Le segment immobilier est pour sa part en croissance de 7,3%, impulsée par l’acquisition de l’ensemble Continental Square. Le segment assistance en escale et prestations annexes est lui aussi en hausse (+ 4,0%). A noter que les autres activités sont tirées vers le haut (+7,2%) grâce à l’acquisition du groupe Masternaut par Hub Telecom, filiale d’ADP.

«La bonne tenue du chiffre d’affaires du Groupe sur les neuf premiers mois de 2010 montre la solidité du modèle d’Aéroports de Paris qui a su s’adapter à un environnement économique difficile en continuant d’accroître ses activités de diversification», se félicite dans ce communiqué  le PDG d’ADP, Pierre Graff.

L.L.

Partagez cet article

L’immobilier est bien au coeur de la stratégie d’Aéroports de Paris

Pour ceux qui en douteraient encore (voir le dernier RoissyMail le Mag dans la pub ci-contre), la stratégie de rentabilité d’ADP repose bien, désormais, sur l’immobilier (et donc plus seulement sur le trafic aérien).

A voir cette vue aérienne (partielle) de CDG, on peut comprendre qu’il reste beaucoup à construire sur la plate-forme de chez nous, mais aussi au-delà.

Vous pourrez comprendre tout ça dans un document interne d’ADP, très intéressant, que vous trouverez en cliquant ici. Très bien fait…

EV

Partagez cet article

Un centre d’affaires à Paris Nord 2

Le centre est situé dans l'immeuble "Cézanne" à Paris Nord 2, juste en face de la gare

Il n’en existait pas, ce qui est étonnant, à Paris Nord 2. Eh bien nos amis d’ ALTRA (le célèbre clan Muscianese, promoteurs constructeurs à Dammartin, salut à la “famille”!)  l’ont créé dans leur bel  immeuble “Le Cézanne”, très bien situé juste en face de la gare RER de Paris Nord 2. Un centre d’affaires (il en existe un depuis longtemps au Dôme, à RoissyPôle, c’est le célèbre Regus ) c’est un lieu où l’on peut domicilier son entreprise, louer des bureaux équipés “à la carte” (un jour, un an…) avec tous les services nécessaires. C’est toujours “moins cher”, cela a été démontré habilement par Regus, que de devoir tout installer soit même.

Visitez ce nouveaux centre de Paris Nord 2 en cliquant ici ou en appelant Sandrine de notre part.

Partagez cet article

Le Midest fête ses quarante ans

En quarante ans, le Midest est passé de 1.783 à près de 40.000 visiteurs.

C’est une année spéciale pour le Midest. Le salon international dédié à la sous-traitance industrielle, qui se tient jusqu’à vendredi au Parc des expositions de Villepinte (Seine-Saint-Denis), fête en effet ses quarante printemps. Lors de son lancement en avril 1971, l’événement avait réuni à Nancy 137 exposants et 1.783 visiteurs. Pour cette nouvelle édition, 1.710 exposants sont rassemblés dans le hall 6 du Piex et les organisateurs attendent pas moins de 40.000 visiteurs. C’est dire le chemin parcouru.

Pour cette année particulière, marquée par la reprise économique, l’accent est mis sur le secteur ferroviaire. «Avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 3,3 milliards d’euros, dont un bon tiers à l’exportation, et un effectif de 16.000 salariés, l’industrie ferroviaire hexagonale affiche en effet une belle santé, symbolisée par ce fleuron qu’est le TGV», peut-on lire dans le dossier de presse du Midest.

A noter que 36 pays étrangers sont représentés ainsi que dix-sept régions françaises, dont la Picardie et l’Ile-de-France. Dans le pavillon de la région parisienne, on trouve de nombreuses entreprises du Grand Roissy. Citons entre autres Alu Ivry, spécialisée dans la fonderie d’alliages d’aluminium basée à Saint-Pathus (Seine-et-Marne), la société du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) Chrétien S.A. qui dispose d’un savoir-faire reconnu dans l’hydraulique, la Sarl Precinet implantée à Montfermeil (Seine-Saint-Denis) ou encore Jib.

Cette société valdoisienne,

Read moreLe Midest fête ses quarante ans

Partagez cet article

Astech et le Comité mécanique Ile-de-France s’associent pour attirer des jeunes

Gérard Laruelle et Gilbert Tchividji ont signé une convention de partenariat liant Astech au Comité mécanique Ile-de-France.

La poignée de main est symbolique. Par ce geste, Gérard Laruelle, directeur général du pôle de compétitivité aérospatial Astech Paris Region (et abonné à RoissyMail, ndlr), et Gilbert Tchividji, l’entrepreneur bien connu de Villiers-le-Bel  et président du Comité mécanique Ile-de-France ont scellé, mercredi à Villepinte, un accord pour valoriser leurs entreprises auprès des jeunes, à l’occasion de la quarantième édition du Midest, le salon mondial dédié à la sous-traitance industrielle.

«Nous devons préparer l’avenir de nos entreprises et faire en sorte que les jeunes, les garçons mais aussi les filles, nous rejoignent. Nous avons besoin de monde pour fabriquer des fusées et des avions», a déclaré Gérard Laruelle, qui remplaçait le président d’Astech, Alain Coutrot. «Nous voulons leur montrer que la mécanique est noble, pour que l’on arrête de l’assimiler à une profession sale», a renchéri Gilbert Tchividji, devant

Read moreAstech et le Comité mécanique Ile-de-France s’associent pour attirer des jeunes

Partagez cet article

Une entreprise du sud de l’Oise primée lors du Midest

Christophe Lecas, directeur de la succursale d’ARS à Saint-Maximin (à gauche), et son équipe de commerciaux dans leur stand, au Parc des expositions de Villepinte.

La société ARS (Atelier refendage service) a été primée mardi lors de l’inauguration du Midest, le salon mondial dédié à la sous-traitance industrielle. Cette entreprise familiale, née dans le Doubs mais également implantée à Saint-Maximin (Oise) a obtenu un trophée dans la catégorie «Réalisations exemplaires».

«ARS fournit depuis 25 ans aux entreprises de découpage, emboutissage et ressortiers des produits laminés et tréfilés en cuivre, laiton, bronze, aluminium, inox et feuilles d’acier sous un délai rapide grâce à ses 2.000 tonnes de stock permanent. Plutôt que de se reposer sur ses acquis, ARS ne cesse d’innover et vient d’investir pour développer sa capacité de refendage», selon un communiqué du Midest.

L.L.

Partagez cet article

Semaine pour l’emploi des personnes handicapées

S’il est un domaine où la solidarité nationale doit s’exercer à plein et sans restriction, c’est bien l’action en faveur des handicapés en général (les allocations sont trop faibles) et du travail pour les handicapés en particulier.

La 14ème semaine pour l’emploi des personnes handicapées, créé par l’ADAPT (voyez l’historique de cette association créée en 1929 et un résumé intéressant ici) se déroulera du 15 au 21 novembre.  Vous pourrez lire ici le communiqué de l’ADAPT Ile-de-France ici à ce sujet.

Notre législation est bonne sur ce point , en imposant des quotas ou des paiements pour les entreprises. Pour notre part, notre agence VPP, fait appel à des ateliers protégés pour ses travaux (par exemple routage, conditionnement (pour la carte de Roissy notamment), pliage..) . Ce qui est bien c’est que ces ateliers, grâce à la loi, sont des entreprises comme les autres (le handicap étant compensé) et on peut donc négocier les prix normalement. Ce n’est pas de l’assistanat et ça donne du vrai travail aux personnes de ces ateliers. C’est bien.

Le travail a toujours été OK, dans les temps. C’est pourquoi, pour l’occasion, nous vous recommandons les Ateliers de l’Ambrésis, à Villeparisis.

EV

Partagez cet article

Porsche s’installe près de Roissy pour lancer un service aéroportuaire

La nouvelle concession Porsche, située près de l'hôtel Novotel Survilliers (Val-d'Oise), a ouvert ses portes le 13 septembre.

Les clients de Porsche pourront bientôt faire réviser leur voiture tout en étant en voyage. La nouvelle concession de la firme allemande de véhicules de sport, qui a ouvert ses portes mi-septembre à Saint-Witz (Val-d’Oise) près de Roissy-CDG, compte lancer ce service aéroportuaire en décembre.

Le principe : le Centre Porsche Roissy assure la prise en charge et le retour de votre véhicule à l’aéroport. Et, pendant la durée de votre séjour, ses techniciens se chargent de son entretien. Proposé en Allemagne par Porsche dans ses centres «Flughafen», ce concept est une nouveauté dans l’Hexagone selon Eric Antoine, responsable de la concession situé près de l’hôtel Novotel Survilliers (Val-d’Oise). «On sera la seule marque à le proposer en France», dit-il.

Agé de 42 ans, ce normand d’origine dirige une équipe de dix salariés. Entré chez Porsche en 1991, il y a précédemment occupé les fonctions de directeur régional dans l’ouest et l’est de la France et a développé l’activité au Maghreb.

Après avoir «beaucoup voyagé», c’est l’occasion pour lui de «(se) poser» et de promouvoir la marque dans un secteur stratégique situé près du deuxième aéroport européen.

Après la fermeture en 2007 de sa concession de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), Porsche cherchait à s’installer au plus près de sa clientèle vivant dans l’est du département francilien et dans l’Oise. «Au début, nous voulions nous implanter à Chantilly ou Senlis, mais nous n’avons pas trouvé de terrain», explique Eric Antoine.

911, Carrera, Cayenne et consorts

Mais en optant pour Saint-Witz,

Read morePorsche s’installe près de Roissy pour lancer un service aéroportuaire

Partagez cet article

ADP investira 500 millions d’€ pour développer 320.000 m² de bâtiments

ADP veut désormais « avoir un rôle d’aménageur et/ou de développeur »

Aéroports de Paris ne manque pas d’ambitions pour les cinq années à venir. Le gestionnaire des aéroports franciliens veut améliorer sa rentabilité de 40% et faire passer son chiffre d’affaires par passager de 13,90 euros à 17,40 euros. Et ce, malgré la modération imposée par le contrat conclu (CRE 2) avec l’État en matière de redevances perçues auprès des compagnies. «L’objectif est d’augmenter les surfaces de commerces de 21% entre 2009 et 2015, dont une augmentation de 35% pour les boutiques en zone réservée», peut-on lire dans un communiqué d’ADP. 2,4 milliards seront investis d’ici à 2015, dont au moins 500 millions dans l’immobilier.

Le gestionnaire de Roissy-Charles-de-Gaulle a présenté sa stratégie immobilière le 5 octobre lors d’une journée dédiée aux investisseurs. S’appuyant sur des réserves foncières importantes (446 hectares disponibles), ADP compte développer «seul ou en partenariat» entre 320.000 m² et 360.000 m² de bâtiments d’ici cinq ans, dont «environ 75%…

Read moreADP investira 500 millions d’€ pour développer 320.000 m² de bâtiments

Partagez cet article

WFS France reçoit la certification Isago

WFS Group handling France, l’un des leaders en matière de services aéroportuaires et en matière de fret, et dont le siège est basé à Roissy-CDG, a reçu la certification Isago (IATA safety audit for ground operations) fin septembre, après un audit de sa station à l’aéroport d’Orly et de son siège basé à Roissy-Charles-de-Gaulle, selon un communiqué de l’entreprise.

Développée par l’Association internationale du transport aérien (IATA), cette certification «a pour but de gérer les risques opérationnels et de sécurité au sein des sociétés», peut-on lire dans ce communiqué. «Elle offre des avantages aux compagnies aériennes, prestataires de services au sol ainsi qu’aux autorités aéroportuaires», est-il précisé. Parmi ces avantages : des opérations sur le terrain plus sûres, moins d’accidents et de blessures,  l’élimination des audits redondants des compagnies aériennes, la réduction des coûts et une meilleure compréhension des zones à haut risque lors des opérations au sol.

WFS, qui compte 120 implantations dans le monde, prévoit d’étendre prochainement cette démarche de certification Isago à l’ensemble de ses stations en Europe.

L.L.

Partagez cet article

2,4 millions d’euros investis pour la restauration de l’abbaye de Royaumont

Parmi les lieux à visiter à l'abbaye: le jardin d'inspiration médiévale (© Michel Chassat/Royaumont).

L’Etat, la région Ile-de-France et le département du Val-d’Oise vont investir à eux trois 2,4 millions d’euros dans la restauration de l’abbaye de Royaumont, durant la période 2010-2013.

Daniel Canepa, préfet de la région d’Ile-de-France, Didier Arnal, président (PS) du conseil général du Val-d’Oise, Emmanuel Maurel, vice-président (PS) du conseil régional et Aldo Cardoso, président de la Fondation Royaumont, ont signé vendredi le cinquième contrat d’objectifs quadriennal liant les trois institutions au gestionnaire de l’abbaye cistercienne.

Edifié au XIIIe siècle par Saint-Louis et situé à Asnières-sur-Oise, ce monument historique se dresse encore aujourd’hui au milieu des étangs et des forêts. Chargé de lui redonner vie, la Fondation Royaumont y organise séminaires, colloques, concerts de musique classique, ateliers et stages de découverte.

En termes de conservation, elle a conduit notamment la restauration et l’aménagement du «grand comble» du bâtiment des convers. Cette opération, qui a coûté plus d’1,6 million d’euros a été financée pour près de la moitié par l’Etat, selon un communiqué de la préfecture d’Ile-de-France.

L.L.

Partagez cet article

Un nouveau directeur à l’hypermarché Carrefour de Claye-Souilly

Christophe Catrix connaît bien la Seine-et-Marne pour avoir travaillé durant deux ans au centre commercial Carré Sénart.

L’hypermarché Carrefour de Claye-Souilly (Seine-et-Marne) a un nouveau directeur. Christophe Catrix a pris ses fonctions en début de semaine. Agé de 47 ans, il était précédemment directeur d’un autre hypermarché à Montpellier (Hérault). Toujours pour le compte de Carrefour, il a également travaillé pendant quatre ans à Athènes. La Seine-et-Marne ne lui est pas inconnue puisqu’il avait été en poste au centre commercial Carré Sénart de 2006 à 2007.

L.L.

Partagez cet article

Air France se lance dans une nouvelle guerre du Golfe

Pierre-Henri Gourgeon veut freiner le développement d’Emirates.

Cela pourrait être un remake de la guerre du Golfe, en version aérienne. Les compagnies européennes, Air France-KLM en tête, voudraient s’associer pour contrecarrer l’expansion de leurs rivales du Golfe en Occident, accusées de concurrence déloyale.

Le directeur général du groupe franco-néerlandais, Pierre-Henri Gourgeon, a affirmé qu’il allait s’adresser, avec d’autres compagnies européennes dont British Airways et Lufthansa, à la Commission de Bruxelles pour lui demander de freiner le développement d’Emirates et d’autres compagnies du Golfe, qui menace le secteur en Europe.

Dans un entretien publié le 11 octobre par l’agence de presse Bloomberg, il a estimé que «l’Europe est le carrefour du transport aérien international», et que «nous devons valoriser et défendre ce statut». Il a ajouté que le déséquilibre entre le Golfe et l’Europe mènera à terme à un transfert massif du trafic passager, ainsi que d’autres activités économiques, vers les “hubs” du Moyen-Orient. «Je crois que c’est très dangereux pour l’Europe. Ce qu’elles (les compagnies du Golfe) essaient de faire, c’est acheter nos emplois… Nous disons aux autorités européennes que nous avons besoin d’une stratégie qui nous donne une chance de résister», a-t-il argumenté.

D’après Pierre-Henri Gourgeon, Emirates, la plus grande compagnie du Golfe, paierait très peu de frais d’aéroport dans son hub de Dubai et échapperait à la plupart des charges sociales, ainsi qu’aux taxes sur les carburants. Si Air France-KLM disposait des mêmes avantages, le groupe européen amasserait 3 milliards d’euros de bénéfices d’exploitation selon lui.

L.L.

Partagez cet article

BNI Roissy a fêté son premier anniversaire, ce matin au Campanile Roissy

Beaucoup de monde, ce matin, à BNI Roissy

Ça se passe toujours à 7h30, chez BNI , le célèbre réseau mondial de “recommandation d’affaires”. C’était au Campanile Roissy (c’est fou ce qu’il y a comme monde dans cet hôtel à cette heure..) et le groupe BNI local avait largement invité pour fêter son premier anniversaire.

Jacques Boyadjian, président d'Entreprendre à Tremblay

Francis Mulot, animateur de BNI pour le Val d’Oise, a accueilli tout ce beau monde, avec notre ami Pascal Trudelle (Roissycopy, site même pas à jour, pfff…) : une bonne centaine de personnes en tout. J’ai salué particulièrement l’excellent Jacques Boyadjian, l’ancien proviseur du lycée Hélène Boucher à Tremblay, désormais en retraite et qui a pris la présidence de “Entreprendre à Tremblay“,  Bruno Chomodé, l’ancien directeur immobilier chez Guerbet (et qui a externalisé sa fonction en créant son propre cabinet: Alterimo), ou encore Bruno Guillois, d’Atout Pub , une très belle entreprise du Vieux-Pays de Tremblay.

Marc William, directeur France de BNI est intervenu pour expliquer le “style” BNI et la méthode qui consiste à faire des “recommandations d’affaires”. Le groupe de Roissy, qui compte 16 membres a totalisé en 1 an 300 000 euros de CA entre les membres. L’objectif pour l’année qui vient est de passer à 40 membres, pour faire 600 “recommandations” pour un CA de 800 K€.

André Toulouse et Pascal Trudelle

Le maire de Roissy, André Toulouse, également présent, a dit tout le bien qu’il pensait de cette manière de faire des affaires et a félicité chaleureusement Pascal Trudelle pour son implication dans la formation du BNI Roissy.

Vous en saurez plus sur le site de BNI ou en appelant justement Pascal à RoissyCopy.

EV

Voyez ici le document de presse où vous pourrez découvrir les conditions pour adhérer.

Partagez cet article

Servair et Flying food group s’associent aux Etats-Unis

Servair est partenaire de Flying food group depuis vingt ans.

Les liens se resserrent entre Servair et Flying food group. Après l’ouverture d’une unité commune en novembre dernier à l’aéroport JFK de New York, le leader français de la restauration aérienne et l’entreprise américaine de catering ont cette fois-ci décidé de recentrer leurs intérêts en créant la société Flying food Servair USA.

Détenue à 51% par Flying food group et à 49% par la filiale d’Air France, cette holding regroupe leurs participations communes des sites de Chicago, Miami, New York, San Francisco et Seattle.

Sue Gin, fondatrice et CEO de Flying Food

Dans le même temps, Sue Gin, fondatrice et président directeur général de l’entreprise de restauration aérienne U.S, a pris une participation de 2,5% dans le capital de Servair, dont elle est administratrice, selon un communiqué de la société française.

Fondée en 1983, Flying food group, qui, compte dix sept unités de catering dans les villes stratégiques d’Amérique du Nord et à Shanghai, est partenaire de Servair depuis vingt ans.

L.L.

Partagez cet article