Au coin à nouveau sur mon Facebook perso !

J’ai assurément manqué de prudence (pourtant je fais gaffe sur FB, le 2ème degré ne passe pas), lundi dernier, sur mon Facebook personnel en écrivant ce mot. Du coup, au coin pendant 7 jours. Je peux lire, Messenger fonctionne, mais pas moyen d’écrire, ni de partager.

J’avais posté ça la veille du 2ème voyage d’E. Macron au Liban où j’étais sûr qu’il prendrait directement contact avec le Hezbollah, classé organisation terroriste. Ce qui n’a pas raté, comme l’a révélé le journaliste Malbrunot, provoquant contre lui l’ire publique, inadmissible à mes yeux, de Macron.

Je trouve l’ingérence de Macron au Liban aussi indécente que ridicule . Qu’il s’occupe déjà des problèmes en France, au lieu de jouer (à grands frais avec nos sous) les pro-consuls !

Mais j’aime bien Facebook, grâce auquel, notamment, j’ai pu retrouver de nombreux vieux amis.  EV

Partagez cet article

Ilham Moustachir : vers les législatives ?

J ‘adore cette foto que j’avais prise d’elle, qui m’était parue, et encore maintenant, révélatrice de sa personnalité.

On sait que je l’aime bien, et depuis longtemps. Vous pourrez voir ce que j’avais écris sur elle, en 2014 :

Cliquez ici pour voir l’article

Depuis les dernières municipales, elle n’est plus élue à Gonesse (et donc à la CA Roissy Pays de France). Elle était rentrée au conseil municipal en 2008 et a fait deux mandats, s’occupant principalement du développement économique, de l’emploi et de la formation. Je n’ai pas bien compris ce qui s’est passé entre elle et le maire J-P Blazy. Ce que je sais, pour les connaître tous les deux, c’est qu’Ilham a toujours été travailleuse dans ses fonctions et loyale envers le maire. Mais, j’en témoigne, elle a du caractère et est une femme libre. Libre dans le sens elle ne “va pas à la soupe”, contrairement à pas mal…  Peut-être que c’est ça qui a fini par gêner J-P Blazy, sûrement même…

Bon… toujours est-il qu’elle a quitté récemment son emploi de cadre à Servair (j’imagine dans de bonnes conditions….). Et qu’elle a créé sa propre entreprise.  Mais elle n’oublie pas la politique ! Je l’ai appelée récemment à ce sujet pour lui dire qu’elle aurait toutes les qualités pour se présenter en 2022 à la députation dans la 9ème circonscription du Val d’Oise . Il y a de quoi… L’actuelle députée (Larem), Zivka Park, surgie de nulle part (comme la plupart de ses collègues) ne fait pas grand chose et s’intéresse plus à son pays d’origine, la Serbie, ne sera pas, j’en fait le pari, réélue. Ilham, hasard des pensées, m’a dit qu’elle y réfléchissait très sérieusement.

Je connais bien cette circonscription (comme toutes celles du Grand Roissy), je ne vois personne d’autre qu’elle, pour peu que sa volonté continue… Et je l’encourage. Voilà, les choses sont claires, car je ne pense qu’au territoire du Grand Roissy… EV

Partagez cet article

Projet de Loi de Finances 2020 : 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris contre-attaquent.

Dans le cadre de l’adoption précipitée d’un amendement concernant le Projet de Loi Finances 2020 par l’Assemblée nationale, le 14 octobre 2019, les départements franciliens ont réagi.

Cet amendement vise à ponctionner une partie des ressources des Départements franciliens pour un montant de 75 M€ dès 2020, pour financer la Société du Grand Paris. Suite à ça, les représentants des 7 Départements d’Île-de-France et la Ville de Paris se sont réunis lors d’une conférence de presse donnée le mercredi 27 novembre 2019, au siège de l’Assemblée des Départements de France, à Paris. La conférence de presse était présidée par Marie-Christine Cavecchi, présidente du Département du Val d’Oise, Stéphane Troussel, président du Département de Seine-Saint-Denis, Christian Favier, président du Département du Val-de-Marne, François Durovray, président du Département de l’Essonne, Pierre Bédier, président du Département des Yvelines, Patrick Devedjian, président du Département des Hauts-de-Seine, Dominique Bussereau, président de l’Assemblée des Départements de France, et Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la Mairie de Paris (Paris est aussi un département). A noter que le département de Seine-et-Marne était absent. Pas moyen, à ce jour, de savoir pourquoi.

au micro, Marie-Christine Cavecchi, présidente du Val d'Oise (qui a d'autres raisons d'être en colère...).

A l’unisson, ils dénoncent les mensonges et refusent le racket organisé par l’Etat. Cet acte de racket s’appuie sur un triple mensonge, décidé unilatéralement par le gouvernement sans aucune concertation des départements concernés, contrairement aux propos du ministre Darmanin devant les députés. « Nous ne pouvons pas accepter cet amendement passé à la sauvette. Le plan budgétaire 2020 signe la réduction des financements départementaux. Cette énième ponction n’est pas acceptable et nous demandons l’union sacrée des élus, afin de réclamer la suppression de l’amendement », dit Marie-Christine Cavecchi.

Pour Emmanuel Grégoire, l’État marche sur la tête : « Il y a une incompréhension sur la méthode de travail du Gouvernement. Nous croyons en l’État, mais actuellement L’État manque à ses devoirs. » Ajoutant avec une certaine lassitude : « Nous avons toujours joué le jeu, c’est navrant qu’à chaque nouveau mandat présidentiel les règles du jeu changent. »

Le préfet responsable, selon Patrick Devejiian (?)

« Nous assistons à l’abnégation des droits. Cet amendement est clairement à contre-courant des projets en œuvre, à l’échelle de l’Île-de-France. L’État doit honorer ses promesses et tenir ses engagements. C’est inacceptable ! J’en tiens responsable le Préfet de Région, Michel Cadot, comme acteur et responsable des dérapages », selon Patrick Devedjian.

Quelle est la valeur de la parole de l’Etat ? Voilà la question lancée. Malgré une défiance partagée « à l’égard d’un comportement de Gouverneur Général, sortant tout droit de l’époque coloniale » (ça a été dit), les présidents départementaux d’Île-de-France agissent avec une volonté de renouer le dialogue avec l’exécutif. Ils avertissent qu’ils ne céderont pas à ce « chantage aux départements » effectué par Bercy, qu’ils iront jusqu’à saisir le Conseil Constitutionnel s’il le faut.

De son côté, Dominique Bussereau reste confiant : « La procédure est retardée pour le moment. Le Sénat a rejeté l’amendement à 37 voix contre 22. Il sera débattu et soumis au vote à l’Assemblée Nationale, le 2 ou 3 décembre 2019. L’ADF apporte son soutien total et nous utiliserons tous les supports administratifs pour permettre l’annulation de cette injustice, qui sera surtout préjudiciable pour les concitoyens. Il serait temps de retrouver le chemin du dialogue. » Concluant par : « le plus inquiétant serait que ce genre de mesure se propage au reste du pays. Ainsi, les coupes budgétaires futures impacteront drastiquement les finances des services publics, comme les transports. Et que c’est toujours les mêmes qui paieront la facture. » WM

Partagez cet article

Chute du mur : 30 ans déjà. De Bar-le-Duc à Berlin, en passant par Choisy-le-Roi et Argenteuil

cliquez pour rigoler

Je l’avais vu de près, ce mur, et du côté Est. Il a craqué d’un coup, le 9 novembre 1989. Ça m’a fait repenser à mon séjour en RDA en 1975. J’en avais rendu compte en novembre 2009 dans RoissyMail (ancienne version) n°438. Je l’ai relu et je vous conseille de le faire aussi (à la fin, j’évoque Argenteuil et le Val d’Oise), c’est un témoignage, et y’a plein de trucs “rigolos”.. Et, comme j’évoque l’école centrale du PCF, j’en profite pour coller cette vieille foto. Cherchez où je suis ?  EV



Partagez cet article

Municipales : un point sur les candidatures

Ces élections auront donc lieu les 15 et 22 mars 2020. Comme je l’ai déjà écrit ici, je ne ferai pas, pour ces élections, de pronostiques, comme j’ai l’habitude d’en faire. C’est que la situation, tant locale que nationale, est bien compliquée.

A  Roissy-en-France, on sait que Patricia Petit, désormais ex adjointe, se présente (et mène déjà campagne). Que fera André Toulouse, 82 ans (en forme), maire depuis 1977   (qui a fait des choses immenses pour la commune) ? J’ai essayé, à  plusieurs reprises, de lui tirer les vers du nez. Pas moyen, mais mon sentiment c’est qu’il va y retourner. Idem pour François Asensi, 72 ans, maire (ex PCF) de Tremblay depuis 1991 (et député de 1981 à 2017). Je le suis sur son FB (d’où cette foto piquée récemment où il distribue, tout souriant, les dictionnaires offerts par la commune aux élèves). Au fait, s’agissant de Tremblay, la vie municipale est … spéciale : hors la période de la 2ème guerre mondiale, il n’ y a eu  que trois maires depuis… 1935 : Gilbert Berger, Georges Prudhomme (que j’ai connu) et donc François Asensi (tous communistes) pour cette ville. Je ne connais pas une telle histoire ailleurs. En fait, sociologiquement, la ville est plutôt, depuis quelques années, on va dire “centre droit/gauche”, mais elle est riche, bien équipée et bien gérée, et comme en plus, l’opposition a toujours été nulle et famélique, les électeurs votent en masse pour le maire… Et Asensi, comme je lui ai redis récemment est (comme d’autres…) “drogué” par sa fonction de maire. Rappelez-vous (revoir ici), il avait, en 2017 à la fin du cumul des mandats maire/député, choisi dans un premier temps de garder son poste de député… Mais, un mois après, il avait changé d’avis…

A Puiseux-en-France, je pense que le maire (DVD), Yves Murru, y retournera probablement (il est maire depuis 2005), mais sa challenger malheureuse de 2013, Christine Mahé, non.

A Goussainville, le maire, depuis 2009, Alain Louis (75 ans , ex PS), entretient lui aussi le suspense . Goussainville a toujours été compliquée. Élisabeth Hermanville, ancienne maire (droite) a envie d’y retourner, m’a t-elle fait comprendre. Abdelaziz Hamida s’est porté candidat depuis longtemps, avec une permanence, un site web…. Il est conseiller municipal, mais dans l’opposition après avoir été longtemps  soutien du maire. Il avait été candidat indépendant aux dernières législatives et était arrivé,dans la ville, en tête avec 22%. Il a fait parlé de lui récemment, car un article de l’Express publié le 25 septembre dernier, a révélé qu’il serait fiché S pour islamisme radical. L’article a été repris par de nombreux journaux. Suite à cette parution il a annoncé qu’il portait plainte contre l’hebdomadaire.

A Dammartin-en-Goële, (77) le maire (UMP) Michel Dutruge ne se représente pas. Il avait gagné aux dernières municipales en évinçant le maire sortant, Stéphane Jabut (PS) qui avait succédé en cours de mandat à Monique Papin. Stéphane Jabut, j’en témoigne, n’a cessé d’être présent et actif sur la commune. Va t-il prendre sa revanche?

A Mitry-Mory, la maire (PCF) sortante Charlotte Blandiot-Faride  (qui avait succédé en cours de mandat  à Corinne Dupont, démissionnaire) a déjà annoncé sa candidature. En 2014, les résultats avaient été serrés: au deuxième tour, la liste PCF l’avaient emporté avec 52,81 % contre 47.18 pour la liste de droite conduite par Laurent Prugneau. Va t-il, lui, se représenter ? D’autant que Philippe Laloue, conseiller municipal (LR), qui s’était présenté à deux reprises (voir les différents résultats)  vient de quitter la ville pour passer sa retraite au soleil !

A Sarcelles, comme d’hab, c’est le bazar… On en saura plus.

Et on suit les autres communes… EV

Partagez cet article

Un article plutôt bien fait sur les Européennes à Tremblay

cliquez pour lire l'article

Une fois n’est pas coutume… Un de mes honorables correspondants m’a envoyé cet article de  France Info, paru ce matin,  sur le vote des citoyens de Tremblay-en-France aux européennes de dimanche dernier. Je l’ai ouvert sans illusion, tellement habitué que je suis à la pauvreté grandissante des articles du “service public” en particulier et de nombreux vrais journalistes en général. Et là, surprise, je lis, relis plusieurs fois… L’article est vraiment bien fait sur cette ville que je connais bien et depuis longtemps. Eh bien, on peut dire que les deux journalistes qui l’ont écrit  (Margaux Duguet et Camille Adaoust) ont vraiment travaillé !  Du coup je le publie ici (c’est rarissime). A lire et à recommander ! EV

Partagez cet article

Européennes : raz de marée RN sur le territoire de la CA Roissy Pays de France . Et pas que…

cliquez pour bien voir

On connait tous les résultat des élections européennes qui ont vu, une nouvelle fois  le RN en tête, une bonne “résistance” de LAREM et la  confirmation de l’éclatement du PS et de LR.

On a pu faire les comptes sur le territoire de la CA Roissy Pays de France. Et c’est pas triste ! Le RN arrive largement en tête, avec une moyenne de 30.15 % ! Suivi de loin par LAREM avec 16.21, tandis que les autres sont à moins de 10.

Dans le 93, à Aulnay, RN et LAREM font jeu égal avec 18.48 chacun, mais le RN est en tête à Villepinte (20.92). A Tremblay (où le maire, François Asensi avait cette fois appelé à voter PCF, qui fait 7.87 ) le RN cartonne en tête à 21.94 (LAREM en 2ème avec 15.05).

Et tout à l’avenant (le RN arrive en tête dans la Seine-et-Marne)… Clin d’œil : à Othis, le parti animalier devance  LR (voir ici )!

Le RN confirme ainsi, dans nos territoires, son implantation : il suffit de voir les élections précédentes… On va voir ce que ça donne aux municipales… EV

Partagez cet article

Ce que je voterai (ou pas), aux européennes

Pour rappel, j’avais appris, lors de la  première élection d’Obama que, à la fin des campagnes électorales US, la plupart des médias expriment leurs choix, en argumentant. Ce ne sont pas des appels à voter pour tel ou tel. J’en avais été étonné, car ça ne se fait pas chez nous.  Mais ça m’avait plu et depuis ça, je fais la même chose sur RoissyMail, pour toutes les élections. Évidemment ce n’est pas non plus un appel à voter, encore moins un acte “militant”. Et je vote, depuis des années “en conscience”, peu importe les couleurs.

Sur les élections européennes donc. Je suis, depuis tout petit, un farouche partisan de l’Europe unie (peut-être en raison de mes origines lorraines) . “Intégriste” même, Europe fédérale avec une vraie armée européenne (je suis né le jour néfaste du 30/08/1954 où le parlement français, grâce à une alliance politicienne de circonstance, communistes et gaullistes avaient rejeté le projet de CED, embryon de ce qui aurait pu devenir cette armée qui serait si utile de nos jours).

Mais cette  armée, je sais qu’on n’est pas prêt de la voir.

Depuis quelques années, l’Union européenne, selon moi, est de plus en plus invisible. Pas de communication, pas ou peu de retour par les vrais journalistes français. Pas de politique industrielle (on attend toujours le GPS européen, pour ne prendre que cet exemple) et qu’on vienne pas m’objecter Airbus : rien à voir avec l’intégration de l’Europe… Par contre, voici des années, la taille des asticots ou des vers de terre, je ne sais plus, là y’avait eu décision… Récemment les multiples réunions hypocrites sur les migrants ont montré l’incapacité de l’UE a prendre des décisions claires (et maintenant la liste LAREM veut augmenter significativement les moyens  de frontex

Depuis que les élections au parlement européen existent, j’ai toujours voté pour la liste “la plus européenne”, notamment à la dernière, où les listes en France étaient “régionales”. Eh bien, on n’entend pas les députés européens localement. Et je suis incapable de donner le nom de l’un d’entre eux pour qui j’ai voté dans notre région. Et personne autour de moi ! Posez -vous la question et autour de vous…

Donc, il y a quelques mois, je m’apprêtais, sans enthousiasme aucun (comme j’avais voté Macron aux deux tours)  , à voter LAREM. La désignation de Loiseau ne m’a pas fait envoler (ok facile). Par contre quand j’ai entendu que c’était P. Canfin, opportuniste en chef, pour rester poli, qui était en 2ème position, j’ai mis un pas en arrière direct. Puis les premiers discours de Loiseau (D. Day etc.) encore un pas en arrière. Puis les interventions en mode  “pompier” d’E. Macron, qui focalise sur le RN, les nationalistes alliés au parti de l’étranger (Bannon…), et le pauvre E. Philippe…

Voter blanc, c’est voter raciste !

Je rappellerai la montée stupéfiante de FN depuis 1972, à toutes les élections. Due selon moi, (non, objectivement !) à la lâcheté de toute la classe politique française. Je ne développe pas, mais prêt à le faire.

Donc je vais voter blanc (donc raciste, forcément…). Beaucoup de mes amis et correspondants me l’ont déconseillé pour ne pas “favoriser le FN”. Bah ! ils sont déjà arrivés en tête aux dernières européennes et ils n’y ont rien foutu, comme les autres, mais ça leur fait de l’argent, comme pour les autres . Triste…

Bon vote ! EV

Partagez cet article

Interview : Jean-Pierre Blazy parle de Gonesse et de la situation politique en France

J’ai sollicité Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse, ancien député (PS) pour cette interview, merci à lui d’avoir répondu. Il se représente pour un… n-ième mandat à la tête de la ville.  Il fait un point complet sur le fameux triangle de Gonesse et donne son sentiment sur la situation politique nationale. Toujours prolixe (tant à l’oral qu’à l’écrit…), ce qu’il dit est toujours intéressant. Voyez:

EV : Gonesse fait beaucoup parler d’elle à propos de son Triangle et de son projet phare EuropaCity . Le PLU de la ville a été annulé récemment par la justice administrative. Pouvez-vous faire le point sur ce dossier Triangle ?

Jean-Pierre Blazy : Le projet d’aménagement du Triangle de Gonesse est attendu par les habitants car il répond à des besoins forts du territoire : transports, emplois, activités, loisirs, culture mais aussi gains en attractivité. Nous sommes sereins et déterminés.

Le projet fait effectivement parler de lui car il est souvent caricaturé dans la presse et il donne lieu à des expressions d’opposition de politiques ou d’associations tous extérieurs à notre secteur qui bien souvent ne connaissent ni la réalité du projet ni le territoire. L’aménagement du Triangle de Gonesse c’est d’abord une gare de métro de la ligne 17 du Grand Paris Express indispensable pour améliorer nos déplacements tant vers Paris que pour rejoindre l’aéroport Charles de Gaulle, et en même temps accroître notre mobilité dans toute l’Île-de-France.  C’est ensuite autour de la gare, une lisière agricole, des parcs, un quartier d’affaires et le projet Europacity qui n’est pas un centre commercial mais un pôle dédié aux loisirs et à la culture avec un parc paysager de 10 hectares, une ferme urbaine de 7 hectares et des hôtels, des restaurants et des commerces comme dans tout pôle touristique. Bien évidemment j’aimerais que la société La Belle Etoile précise enfin le contenu de son programme commercial. La surface de terres agricoles utilisées pour le projet est raisonnable et raisonnée (240 ha dont 70 pour des espaces verts ou agricoles) au regard des terres préservées (740 ha à Gonesse, 8000 à l’échelle du Grand Roissy) et il s’agit de la parcelle la plus enclavée entre zones déjà urbanisées, autoroute, voies rapides et aéroports de Roissy et du Bourget.

Le projet avance. Nous sommes dans le temps des procédures contentieuses qui ne sont pas surprenantes s’agissant d’un des deux projets d’aménagement majeurs aujourd’hui en Île-de-France avec celui du plateau de Saclay. Les opposants écologistes ou les concurrents commerciaux comme Unibail utilisent tous les moyens juridiques à leur disposition. L’Etat concernant la ZAC et la Ville concernant le PLU ont fait appel devant la cour d’appel administrative de Versailles. Mais il ne faut pas oublier ce qui est positif : le rapport du commissaire enquêteur rendu en juillet 2018 sur l’utilité publique de notre projet, la signature par le préfet le 20 décembre dernier de la déclaration d’utilité publique du projet d’aménagement. La ligne 17 sur Gonesse n’est plus un projet mais un chantier qui vient de débuter. La signature du permis de construire de la station du métro du triangle a été obtenue le 18 septembre 2O18 et le marché de génie civil du premier tronçon de la ligne 17 a été attribué et signé pour 440 millions d’euros HT le 24 janvier de cette année. Depuis mars 2019 la base chantier du puits du tunnelier s’installe à la limite de Gonesse et de Bonneuil. Des travaux consistant à amener la puissance électrique pour le fonctionnement des chantiers sont en cours entre Villiers-le-Bel et Gonesse.

Je n’oublie pas que vous êtes un homme politique et avez été député 15 ans (PS). Même si c’est compliqué, quel est votre avis sur la situation … troublée en France, dans beaucoup de secteurs… ? Et, au-delà, où en êtes-vous politiquement ?

Du fait de la loi sur le cumul des mandats, j’ai souhaité ne pas me représenter aux élections législatives de 2017 pour me consacrer entièrement à mon mandat de maire. Aujourd’hui je ne le regrette pas. J’ai la certitude d’être plus utile à la tête de la commune pour faire avancer des projets utiles, mener des batailles pour défendre l’intérêt des habitants (Métro, terminal 4, hôpital…), améliorer le cadre de vie et offrir des équipements et des services publics de qualité.

Nous aurions pu et dû réussir le quinquennat précédent si François Hollande avait respecté les engagements pris en 2012. J’avais la conviction de cette nécessité : dix ans après le terrible 21 avril qui avait vu l’élimination de Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle, il était impératif de tenir ses promesses pour avoir la confiance des Français. Ce ne sont pas les députés frondeurs dont j’ai fait partie par la force des choses qui sont les responsables de la situation dans laquelle nous sommes. Comme en 2002 la gauche a été éliminée dès le premier tour en 2017. L’élection d’Emmanuel Macron a été assurée face au risque de la victoire de Marine Le Pen grâce à l’ambiguïté de la promesse du nouveau monde face à un ancien monde politique qu’il fallait dégager. Aujourd’hui plus qu’hier le Parlement est devenu un théâtre d’ombres, notre démocratie est encore plus menacée et fragile en France mais aussi dans l’Union européenne. La situation nationale est inquiétante. Les renoncements et les divisions de la gauche m’accablent car elles laissent le champ libre au libéralisme teinté parfois de social-libéralisme et au populisme d’extrême-droite dissimulée en rassemblement national.

Le mouvement des gilets jaunes est surtout l’expression de la colère populaire exprimée face à l’injustice sociale et fiscale. Les réponses apportées par le Président de la République ne sont pas à la hauteur des enjeux. La revalorisation du pouvoir d’achat passe d’abord par le salaire et aucune proposition forte n’a été évidemment formulée sur le sujet. La baisse des impôts ne peut une fois de plus être la seule réponse. Emmanuel Macron entend bien toujours réaliser la réforme des retraites à point qui est une remise en cause de notre système par répartition sous prétexte de réformer les régimes spéciaux. Les radicalités prennent ainsi de plus en plus de place dans la société comme dans le paysage politique. Au niveau national comme au niveau local, la gauche sociale, réformiste, progressiste, écologiste et républicaine est prise en étau entre un libéralisme à outrance sous l’emprise des lobbies économiques qui font le chantage à l’emploi et un intégrisme écologiste qui estime qu’il ne faut plus rien faire pour développer les territoires et l’économie sous peine d’être complices de ceux qui portent réellement atteintes à la planète. Je suis pour ma part favorable au développement régulé par l’Etat et la puissance publique pour imposer aux acteurs économiques des normes sociales et environnementales protégeant les citoyens. Cette vision à laquelle j’adhère s’agissant de la politique nationale ou européenne, je l’applique sur mon territoire qu’il s’agisse de l’aménagement du Triangle de Gonesse ou de la pétition que j’ai lancée sous l’égide de l’association Ville et Aéroport pour demander protections et compensations face au projet de terminal 4 de Roissy Charles-de-Gaulle ( lien vers la pétition : http://chng.it/4wqMssxXt5).

Vous allez vous représenter aux élections municipales de l’an prochain. Vous êtes maire depuis 1995, depuis 24 ans donc. Vous n’êtes pas le seul à pratiquer… la longévité. Pourquoi voulez-vous vous représenter ?

Je vous remercie de relever ma longévité que je prends pour un compliment au regard de la confiance témoignée par les Gonessiens. Mes années d’expérience m’ont permis d’acquérir expertise et connaissance des dossiers et n’ont pas entaché ma motivation à mettre en œuvre des projets nouveaux et à mener des batailles avec la même passion pour les affaires publiques et l’intérêt général.

Depuis notre premier mandat, l’équipe municipale a su se renouveler et ce sera le cas à nouveau aux prochaines élections. Avec l’association Gonesse 2020, nous travaillons activement à travers des groupes de travail qui font émerger de nouvelles personnalités et des idées neuves.

Dès notre première élection, nous nous étions fixé des objectifs ambitieux pour Gonesse : rendre la ville plus belle avec des programmes de renouvellement urbain et de réhabilitation, améliorer le cadre de vie notamment à travers la réalisation d’une coulée verte et bleue, améliorer l’offre de service public de proximité, dynamiser le commerce local et créer des emplois, développer les actions sociales, associatives, culturelles et sportives, faire vivre la démocratie locale ou encore améliorer la sécurité dans nos quartiers. De nombreux objectifs ont été atteints et les Gonessiens nous ont depuis renouvelé leur confiance à chaque scrutin dès le premier tour de l’élection municipale. Le temps municipal est un temps long et certains projets lancés il y a déjà longtemps ont abouti très récemment ; je pense par exemple à l’ouverture du parc de la patte d’oie, un poumon vert de plus de 80 hectares que nous avons aménagé sur une ancienne décharge ou la réalisation du nouvel hôpital. J’ai le souhait de pousser encore plus loin cette ambition de faire de Gonesse une ville dynamique, agréable à vivre et moderne qui cultive son histoire et s’inscrit dans l’avenir à travers le Grand Paris, bref de tirer la ville vers le haut quand d’autres se contentent de leurs critiques de faible niveau et n’expriment ni vision, ni ambition hormis pour eux-mêmes.

En mars 2020 je solliciterai le suffrage des citoyens pour poursuivre ces actions et pour assurer la réalisation du grand projet du Triangle de Gonesse qui ne se résume pas tant s’en faut au seul Europa City. Pour répondre à votre question, je serai candidat car j’estime être le plus à même de rassembler sur l’essentiel au-delà des clivages partisans comme de répondre aux défis avec sérieux et dévouement. Gonessien depuis toujours, j’aime passionnément ma ville et je souhaite continuer à me battre pour elle et à travailler pour ses habitants.

Partagez cet article