Hubstart à Atlanta

Le maire d'Atlanta, Kasim Reed avec Franck Cannarozzo

Une délégation de Husbtart était ces jours-ci à Atlanta, (Georgie, USA) pour organiser et participer à la 6ème  édition du Séminaire International sur les Places Aéroportuaires Durables. la première  édition s’était tenue à Roissy (revoir ici) en 2011 ainsi que la 3ème, en 2013 (ici).

Pas beaucoup d’informations sur ce qui s’est passé. Heureusement qu’il y a la page Facebook du CEEVO, où j’ai piqué ces fotos et le texte ci-dessous:

Signature d’un nouvel accord entre Hubstart Paris Region et Kasim Reed, Maire d’Atlanta pour la coopération entre les places aéroportuaires d’Atlanta et du Grand Roissy

Un second protocole d’accord a été signé à Atlanta (États-Unis) entre Kasim Reed, Maire d’Atlanta, et Frank Cannarozzo, Vice-Président d’Hubstart Paris Region, Maire-Adjoint d’Aulnay-sous-bois, en présence de Jean-Claude Detilleux, Vice-Président de Paris Region Entreprises (PRE), d’Elisabeth Le Masson, représentante d’Aéroports de Paris, du Consul général de France à Atlanta, du Consul général de France à Atlanta, et de Jean-François Benon, Directeur général du Comité d’Expansion Économique du Val-d’Oise ( CEEVO).

Ce second accord a également pour objectif d’encourager l’implantation et le développement d’entreprises étrangères autour des deux hubs majeurs d’Hartsfield-Jackson Atlanta International Airport et Paris-Charles de Gaulle, et d’entraîner ainsi la création d’emplois au sein d’entreprises dont la croissance économique est fortement liée à la proximité de l’aéroport.

Cet accord s’inscrit dans la continuité de la première convention signée en 2011.

Ce nouvel accord repose sur 3 objectifs majeurs :

– La promotion réciproque d’Atlanta et du Grand Roissy comme point d’ancrage pour les entreprises déjà implantées sur l’un de ces deux territoires et souhaitant se développer à l’international
– La prospection conjointe de sociétés basées dans les pays émergents et qui cherchent à s’étendre à l’international
– La mise en place, et à termes la création, d’un réseau international de places aéroportuaires.

Ce type d’initiatives permet de développer les échanges internationaux et les investissements étrangers. Il y a d’ores et déjà 100 entreprises françaises en Géorgie, la plupart autour de la métropole d’Atlanta, à l’origine de la création de 15 000 emplois.

Grâce à sa fonction de hub, Atlanta est le premier aéroport mondial pour les passagers, avec 102 millions en 2015. Paris Charles-de-Gaulle a accueilli en 2015 près de 64 millions de passagers.

On reconnait, à gauche, en partant du fond, J-F Benon, Elisabeth Le Masson, Franck Cannarozzo

Partagez cet article

Attentats du 11 septembre: in memoriam, 15 ans après. Nous sommes en guerre…

Nous avions édité le 1er numéro de “Choses Publiques” 4  jours exactement après les lâches attentats organisés par le sinistre milliardaire saoudien Ben Laden, heureusement mis hors d’état de nuire par le courageux Barack Obama, commandant en chef de l’armée des USA.  Cette foto a été mise sur la dernière page du journal  (le revoir ici).  Je crois que chacun se souvient où il était ce triste 11 septembre 2001.

Une coalition (importante) de musulmans extrémistes, composée de nostalgiques du 7ème siècle, de ceux qui n’ont jamais eu le courage, finalement, de combattre les dictatures arabes (ou autres, voyez Boko Haram au Nigeria) ou se trouver des femmes, de ne rien trouver d’autres que de ressusciter des rivalités sanglantes entre tribus et chiites/sunnites, incapables intellectuellement de développer leurs pays, et de frustrés en tous genres  (et d’une manière incroyable, chez nous, en France) ont décidé une “guerre” (en fait de lâches attentats)  mondiale contre ceux qui ne “pensent” pas comme eux.

Ils perdront, pour la seule raison qu’ils sont faibles.  Mais quels gâchis !

Aïd Moubarak !

Et je plains la majorité de nos compatriotes musulmans (qui ne condamnent pas assez les massacres commis au nom de leur religion). Mais … Aïd Moubarak  en avance ou Bayramınız Mübarek Olsun, pour nos lecteurs musulmans turcophones. Car demain c’est la fête de l’Aïd-al- Adah (la plus importante pour les Musulmans), la fête du sacrifice d’Abraham, qu’ils partagent avec les Juifs et les Chrétiens… Pour mémoire : dieu avait demandé à Abraham de sacrifier son fils (qu’il avait eu pourtant sacrément du mal à avoir, pour s’assurer de sa croyance. Et le bon Abraham allait le faire, quand dieu, dans sa bonté, et grâce à son skype de l’époque lui avait dit: non, ne le fais pas, j’ai compris (à ce moment-là, Isaac dit: ouf !!!).  Sacrifie un mouton à sa place. Cool, dieu !

Eh ben, demain, il va pas être bon être mouton !!

EV

Partagez cet article

Paris Asia Business Center veut devenir worldwide !

Ça bouge du côté du projet Paris Asia Business Center, sur la ZAC Aérolians (“Paris Nord 3” comme j’aime toujours à dire), aménagé par Grand Paris Aménagement (ex AFTRP) à Tremblay-en-France, désormais membre du Grand Paris Terres d’Envol.

Lundi soir, Isabelle Zheng et Francis Chen (Socom, la société chargée de la commercialisation) avait convié non seulement Maurice Leroy, député (UDI) et président du Conseil départemental du Loir-et Cher, mais surtout ancien ministre du Grand Paris (qui a soutenu ce projet dès le début), le sénateur (LR), président du Conseil départemental des Ardennes, Benoit Huré, mais surtout  mais pas moins de sept ambassadeurs accrédités à Paris pour une visite du chantier (qui va bon train). Voici la liste :  Rwanda, Bénin, Sultanat d’Oman, Éthiopie, Kenya, Jordanie,  Singapour.

Explications : vers une mondialisation ?

Le chantier (colossal, revoir ici) , et c’est marrant, personne n’en parle,  continue au rythme prévu. Étienne Marion, l’architecte (ArchiFrance)  a précisé que le “béton” de la 1ère tranche (90 000 M2) serait terminée à la fin de l’année et que tout serait achevé (finitions etc.) en avril prochain.

L'architecte du projet, Etienne Marion, aux explications

Coté commercialisation des modules, les choses avancent bien, précise, prudemment mais avec un sourire satisfait,  Francis Chen.

Le plan masse d'Aérolians. Et les deux phases de Paris Asia, en haut, à droite. Cliquez pour mieux voir

Du coup la question du début de la deuxième tranche (130 000 m2, plus importante, avec des hôtels etc.) est déjà là : elle devrait s’étaler de 2017 à 2018.

Le projet s’appelle encore Paris Asia. Mais, compte-tenu des évolutions économiques mondiales de ces deux dernières années, la Chine, où même l’Asie dans son ensemble, n’est plus vraiment “l’atelier du monde”, les objectifs pourraient changer. D’où l’idée d’ouvrir la suite de Paris Asia à d’autres horizons: Afrique, Moyen-Orient, Amériques… Le nom du complexe devrait donc changer.

Toujours bien pratique, cette carte du Grand Roissy, pour comprendre et situer

D’où, vous l’aurez compris, cette première visite d’ambassadeurs sur le site. Franchement, il a fait fort, Francis Chen… Une première réception s’est tenue dans le bâtiment 12, en cours d’aménagement, où l’équipe de Socom et l’architecte Marion ont présenté le projet et ses ambitions, s’appuyant sur des plans masse (et, voyez la foto ci-dessus, la carte du Grand Roissy a bien servi pour permettre aux invités de situer Aérolians).

souvenir avec Maurice Leroy et l'ambassadeur du Bénin, J-A Aniambossou

J’y étais. Dès 17h. Et c’est à ce moment que j’ai appris que, parmi les ambassadeurs, il y avait celui du Bénin, mon deuxième pays préféré, comme nombre d’entre vous le savent. Dès qu’il est arrivé, je lui ai carrément sauté dessus pour me présenter et le courant a tout de suite passé. Il s’appelle Jules-Armand Aniambossou, il a la double nationalité béninoise et française (j’adore les vrais binationaux) , il a fait l’école des Mines et l’ENA, une carrière préfectorale, et est passé dans le privé aussi (rires, à Direct Energie) … Voyez cet article sur lui ici et cette interview récente sur le blog des anciens élèves de l’ENA : c’est tout sauf banal !

Le Tourlourou des Ambassadeurs  !

Benoit Huré, Isabelle Zheng (patronne de Socom), F. Asensi, F. Chen (Socom) et Maurice Leroy

Peu après la présentation sur le site, les invités se sont retrouvés au restaurant proche, le Tourlourou, au Vieux-Pays de Tremblay. Après les prises de paroles (animées par Maurice Leroy, en pleine forme, qui a proposé aux patrons du Tourlourou de se nommer désormais le “Tourlourou des Ambassadeurs !” Ça m’a fait rire sur le coup, mais c’est une bonne idée) ponctuées de toasts, tous les convives ont échangé dans la bonne humeur et les sourires. Ça faisait du bien en ces moments troublés. J’ai fait un court lobbying pour être placé à côté de “mon” ambassadeur du Bénin. On a pu encore parler. Vraiment ce type m’a impressionné. Et en plus il a de l’humour (une denrée en voie de disparition sur la planète Terre). On a parlé aussi avec l’ambassadeur du Rwanda, M. Kabale, qui était à coté, à qui j’ai appris que j’avais visité son pays (en 1979, avant lui donc: on a bien rit). Et j’ai parlé aussi, (avec mon anglais de contrebande) avec l’ambassadeur de Jordanie, qui était mon autre voisin de table, dont je ne retrouve pas le nom, un homme charmant, qui m’a donné, suite à ma demande, des informations sur son pays: “les Jordaniens sont heureux et contents” m’a t-il confié. J’en étais ravi.

Il y  avait vraiment une bonne ambiance au restaurant (menu 2 choix, service impeccable), que je recommande depuis longtemps (eh non, c’est pas parce qu’ils font de la pub ici, depuis des années… Allez, voyez ça). Et, cerise sur le gâteau, François Asensi, le député maire (FG) de Tremblay,  occupé ce soir-là, est venu quand même, à la fin du repas saluer tout le monde. C’était chouette, je vous dis.

Pour le fun, la cacasse à cul nul : le retour !

foto tirée de la page facebook de la Confrérie : cliquez !

Comme j’avais fait tout récemment et par hasard un article (le voir plus bas) sur la cacasse au cul nu, du coup, j’étais sur le cul ! J’ai trouvé cocasse d’être en présence du président de Conseil départemental des Ardennes. A table, en face de moi était M. Jean-Baptiste Van de Wiele, chargé de mission “développement économique” dudit Conseil, qui faisait partie de la délégation ardennaise. Je ne résiste pas à lui mentionner mon article, qu’il voit sur son portable. Et lui (très agréable) de me dire, foto à l’appui,  qu’il était, à titre privé, tenez-vous bien, Maistre Scripturaire (secrétaire) de la confrérie de la cacasse ! Purée , j’y  croyais pas! Voyez la foto (tirée du fessebouc de la Confrérie: c’est lui, au milieu !). Du coup, comme j’étais en forme (comme tout l’monde) , je suis un peu sorti de mon rôle d’observateur et ai demandé à Maurice Leroy (épicurien patenté…) s’il connaissait la cacasse à cul nul. “La quoi ???”. Et le sénateur des Ardennes lui a fait un cours là-dessus. Un grand moment !!

Voilà… Vous voyez, tout ça est bien: idées, investissements, travail, commerce, relations et amitié  entre les peuples, bonne  humeur et bon humour, bon repas … (le périmètre gardé quand même par des policiers – pas locaux…-  en civil et en armes apparentes, revolvers à la ceinture…).  Et tout ça chez nous : vive le (très) Grand Roissy ! EV

Partagez cet article

Yves Albarello s’est rendu à Taïwan

La délégation parlementaire

Yves Albarello, maire de Claye-Souilly et député (LR) de Seine-et-Marne s’est rendu, du 12 au 15 avril, en compagnie de trois autres parlementaires français, dans l’île de Taïwan pour une mission axée sur la suite de la COP 21 (le député est membre de la commission du développement durable de l’Assemblée nationale).  Voyez le compte-rendu qu’en fait le site Taïwan Info. Vous pourrez y voir, à la fin de l’article, que la coopération aéroportuaire entre Taïwan et ADP a été évoquée.  EV (fotos et infos piquées sur le Facebook du député…)

Le député avec le ministre des affaires étrangères de Taïwan, Mr David Y.L Lin

Partagez cet article

Les dangers sont grands ! Et il n’y a pas que Bamako … L’Afrique ventre mou du monde

Voyez cette belle  illustration qui a fait le tour des réseaux sociaux. Dommage qu’on ne sache pas qui en est l’auteur. Si vous savez…

Après les nouveaux massacres du 13 novembre, il semble, je dis bien il semble (chat échaudé craint l’eau froide), qu’on assiste à un mobilisation internationale contre les extrémistes musulmans, partout dans le monde.Partout ?

Il faut savoir, qu’en plus des guerres “civiles” type Centrafrique, Soudan (s) ou région des Grands Lacs, des dictatures impitoyables de roitelets habillés en “présidents” (Burundi, Angola, Cameroun, Gabon, Congo Brazza, Guinée équatoriale…) qui la pillent et désespèrent leurs peuples (les jeunes en particuliers), de la corruption à tous les étages qui l’empêche de se développer, l’Afrique noire subit des massacres depuis des années de la part de ces mêmes extrémistes musulmans. Et ils n’y vont pas avec des pincettes. Somalie (ou du moins ce qu’il en reste) Kenya, pour ne citer que ces pays d’Afrique de l’Est, Niger, Cameroun et Nigeria où les bandes islamistes de Boko-Haram tuent, violent, kidnappent, pillent, brûlent au nom d’Allah (voir ce qu’ils avaient fait en janvier dernier) , mais il y en a TOUS LES JOURS. Et, bien sûr, les exactions aussi fanatiques que ridicules des dingues au Nord Mali . Il n’y a pas d’ “observatoire des massacres islamistes (et autres) en Afrique noire” et c’est bien dommage: les chiffres seraient à vous couper le souffle.

les Maliens reconnaissants, lors de la visite de F.Hollande, en 2013, après l'intervention française

Heureusement que la France soit intervenue au Nord Mali. Sinon ces criminels seraient rentrés comme dans du beurre à Bamako où ils auraient imposé leur folie religieuse, pris le pays et menacé directement les pays voisins.

Mais le boulot est loin d’être terminé. Il faut savoir, pour comprendre, que les “armées” africaines n’ont d’armée que le nom (à part le Tchad et, à peine, le Niger). Ce ne sont, depuis les indépendances, que des (mauvaises d’ailleurs) gardes prétoriennes ou des racketteurs sur les routes (et la plupart du temps les deux). Elles ne savent pas se battre, sont corrompues jusqu’à l’os et ne sont donc pas en capacité de défendre leur pays, encore moins leurs compatriotes.

Voyez : au Nigeria, un des plus grands et des plus riches pays (et des plus corrompus) d’Afrique (pétrole à gogo depuis des années), l’armée, globalement, se fout du tiers comme du quart de Boko-Haram qui occupe presque tout le nord du pays depuis des années.  An nord Mali, où, depuis l’intervention française, il devait y avoir une coalition militaire de l’Afrique de l’Ouest, on ne voit rien ! Je parie que les seuls “militaires” qui sont sont stationnés (voici un bon mot) à Bamako passent leur temps à boire des bières dans les bars sympathiques de la capitale !

Et tout à l’avenant.

Hors la situation devient de plus en plus grave. Rappelez-vous,  après l’élimination de Ben Laden, ce que j’avais écris en 2011 : il faut aller nettoyer le désert .

La France est donc allée au nord-Mali (revoir l’hommage que j’avais rendu à F. Hollande, en 2013, lisez svp, c’est instructif, surtout maintenant).

Or ce qui a été fait ne suffit pas du tout. Faute, selon moi, de coordination, voire de coalition, de stratégie politico-militaire avec les pays concernés, le danger d’une jonction entre les bandes de zozos type Mokhtar Belmokthar , les Boko-Haram et” l’Etat”Islamique qui a désormais pied en Libye, les shebab et leurs cousins en Somalie, est imminent. L’Afrique est devenue le ventre mou du monde, le terrain de jeu des islamistes de tous poils. Il ne faudra pas venir pleurer. Et là, on devra envoyer nos bateaux de guerre en Méditerranée. Les bobos n’ont pas fini de souhaiter la bienvenue aux “migrants”.  EV

Partagez cet article

Françafrique pas morte ! Une lettre d’Asensi à François Hollande

François Hollande avec le tyran du Congo (Brazzaville), à l’Élysée, en juillet dernier. foto Elysée

“Présider la République, c’est ne pas inviter les dictateurs en grand appareil à Paris”

C’est ce qu’avait déclaré François Hollande dans un meeting (au Bourget) de campagne en 2012 (voir la vidéo ci-dessous). Depuis son élection, les dictateurs y défilent et sont reçus en grandes pompes. Témoin, entre autres, la réception en juillet du tyran congolais Denis Sassou Nguesso. Ce dictateur, milliardaire en euros, pilleur de son peuple, au pouvoir depuis plus de 18 ans, vient d’organiser un referendum (avec la bénédiction de F. Hollande) qui lui donne le “droit” de changer la “constitution” du pays, afin d’échapper à la limite d’âge et exercer un troisième “mandat”.

Le Président de la République avait fait une tournée rapide, début juillet, au Bénin, au Cameroun et en Angola. Si le Bénin n’est pas une dictature, le Cameroun si (avec Paul Biya a sa tête, enfin quand il est dans son pays, dictateur depuis 33ans, milliardaire), de même que l’Angola, dont le “président” Eduardo dos Santos, milliardaire, est au pouvoir depuis plus de 36 ans.  Ces deux-là et leurs familles se vautrent dans le luxe pendant que “leurs” peuples sont dans une misère noire.

Je viens de découvrir, suite à une discussion sur sa page Facebook, que François Asensi, député (FG) de Seine-Saint-Denis avait écrit, juste avant la visite de Sassou Ngesso à l’Elysée, à François Hollande pour lui demander de renoncer à le recevoir. Le député en profitait pour dénoncer les “persistances de la Françafrique”. Une lettre que j’aurais pu écrire, et à laquelle je souscris évidemment (avec un bémol sur l’analyse sur le Bénin, mais le député rappelle utilement le récent détournement de fonds importants (4 millions d’euros, voir ici), provenant de l’aide des Pays-Bas pour le programme humanitaire en faveur de l’accès à l’eau dans ce pays).

Tant que “nous” soutiendrons ces dictateurs (il faut arrêter de les appeler “présidents”), le développement ne sera pas possible en Afrique, les gens seront toujours dans la misère, et les “migrations” continueront.

Lisez la lettre d’Asensi ici, elle le vaut bien ! EV

regardez le passage à 11 minutes 35

http://www.youtube.com/watch?v=up62HaC6cFI

Partagez cet article

Recherche alternance, passionnément

Les futurs ingénieurs. A peine descendus de l'avion, direction Rouen en car

On vous avait parlé de Loïc, le fils de ma femme Bignon, l’an passé (revoir ici), à l’occasion de sa première venue en France, l’an passé. C’était à l’occasion d’un énième refus de visa de la part des autorités consulaires de France au Bénin. Refus évidemment injustifié… Mais ça c’était finalement “bien” passé, après quand même mon intervention auprès de l’ambassadrice. A ce propos, j’ai été reçu, à ma demande, par le Consul de France au Bénin, au mois d’aout. Rencontre courtoise, mais je lui ai dis, diplomatiquement, tout ce que j’avais sur le cœur. En ces temps de “migrants”, je prendrai le temps de rédiger un article sur tout ça, en rappelant (entre autres) que, voici quelques années, Bignon avait été retenue à sa descente d’avion en provenance de Cotonou, puis envoyée vers le centre de rétention de CDG au motif qu’elle avait oublié un papier (complémentaire du visa qu’elle avait sur son passeport, mais obligatoire), dans sa valise.  Si je ne m’étais pas bien débrouillé, elle aurait passé à l’époque Noël (sinon Nouvel An) au CRA du Mesnil …

Mais revenons à Loïc. C’est un jeune homme que je connais bien et que je soutiens. Il a réussi, à 18 ans à peine après une Bac S (mention Assez Bien, presque Bien, dans des conditions  difficiles), sa prépa’ de deux ans (dispensée par le Collège Père Aupiais de Cotonou) en vue d’intégrer une des meilleurs écoles d’ingénieurs de France : l’ESIGELEC, à Rouen (Saint-Etienne du Rouvray, exactement).

Il est arrivé à CDG, avec ses camarades de promotion (une quarantaine), mardi 9 septembre au petit matin, avec le vol AF 805. J’étais là pour lui apporter un complément d’affaires pour son installation dans une résidence étudiante située non loin de l’école.  Situation un peu stressante pour tous ces étudiants dont une bonne partie venaient en France pour la première fois. Et les voici partis tous en car pour Rouen (foto).

La scolarité doit durer trois ans. Elle peut être suivie à l’école (voir le tronc commun ici), ou bien en formation alternée en entreprise( c’est ici). Celle-ci se passe alors selon le rythme d’un mois à l’école, un mois dans l’entreprise.

Et c’est là que je souhaite faire passer un message …

L’alternance est plébiscitée (enfin) maintenant en France pour son efficacité. Nous avons ensemble (Loïc, son père Siméon qui travaille au Bénin, sa mère donc qui est ici) choisi l’alternance non seulement pour son efficacité prouvée, mais aussi que celle-ci permet d’échapper aux frais de scolarité qui s’élèvent quand même à 6 450 € par an. Soit 42 309 F, soit 4.2309 millions de Francs CFA, la monnaie de l’Afrique de l’Ouest. Pour mémoire, le salaire minimum – quand il y a un salaire et …quand il est servi- au Bénin est de l’ordre de 40 000 FCFA, soit 60 € par mois (avec la moitié de la population au chômage, non indemnisé, bien sûr et la majorité de la population sans couverture maladie ou autre).

Et je ne vous parle pas du reste des couts liés à la scolarité …

L’alternance permettrait de joindre l’utile à … l’utile. Nous recherchons donc une entreprise (ou une collectivité, ça se fait aussi), liée à la gestion de l’énergie si possible, pour que Loïc puisse effectuer sa scolarité sous ce régime. L’entreprise pourra être située dans la région de Rouen ou en Ile-de-France. On cherche depuis juillet, mais pour l’instant on n’a pas encore trouvé. Il nous reste jusqu’à décembre, mais le plus tôt sera le mieux. Donc si vous, chers lecteurs (chefs d’entreprise, cadres, RH ou autres) ce mot vous parle, n’hésitez pas à nous faire signe. Revoyez les conditions (intéressantes, qu’offre l’ESIGELEC: prise en charge des frais) et, d’une manière générale, voyez le portail des aides gouvernementales (qui pourraient être plus simples…) pour l’alternance ici.

Je me porte garant du sérieux de Loïc, de ses capacités intellectuelles et de travail et de son envie de réussir . EV

Loïc, lors de sa visite à la journée de l'ESIGELEC, l'an passé

Partagez cet article

“A Park” (Le Thillay): une délégation s’est rendue en Chine pour signer un protocole d’accord

debouts: G. Delhalt et P. Renaud. Et MM. Xavier Lefevre, Du Hao, Anthony Bechu

On vous en avait parlé en détail (revoir ici) , la future zone d’activité A Park”, à Le Thillay (95, membre de la CA Roissy Porte de France, est en phase de commercialisation. Les  promoteurs (aménageurs, commercialisateurs, architectes, élus) n’ont pas perdu de temps. Ils sont allés début juillet à Pékin pour signer un protocole d’accord avec un investisseur chinois “Cybernaut”, représenté par M. Du Hao (foto). Il s’agit de développer un “sino-european innovation center”. Voyez le communiqué publié par la CA et Roissy Développement (son agence de développement économique), pour en savoir (un peu) plus.

On espère que ça va marcher cette fois (un “protocole” avait déjà été signé, à Roissy, voici quelques années avec d’autres Chinois (ils adorent signer des protocoles les Chinois…). Une autre chose me fait sourire, c’est la mention, dans le communiqué, de la proximité d’A Park avec la “connexion” d’Eurocarex, dont tout un chacun sait que ce projet est complètement dans les choux.  EV

Partagez cet article

Retour de (et sur la) Thaïlande : no lady-boy !

Vue d'une (petite) partie de Bangkok depuis ma chambre (32e étage) du magnifique l'hôtel Pullman "G"
Voyez Chiang Maï au nord et Bangkok au sud. Carte de l'office de tourisme Thai en France . cliquez...

Retour donc en France mardi dernier après presque 12 heures d’avion (Air France). On a passé 10 jours formidables, chez Saku puis les deux dernières nuits à Bangkok. Le pays, qui est de superficie et de population comparable à la France, est très agréable. Comme on le sait de réputation, les gens sont calmes, gentils, polis et souriants. C’est un pays beaucoup plus développé que je ne pouvais l’imaginer (je n’avais pas eu le temps de me documenter sur ce pays que je ne connaissais pas, avant de partir), compris dans la ville du nord où nous étions, Chiang Maï (agglomération de 2.5 millions d’habitants). En traversant cette ville pour rejoindre le Home Stay de Saku, j’ai d’abord été frappé par deux choses: le nombre de grosses voitures (dont plein d’énormes 4X4 Hilux de Toyota, comme on n’en voit pas en France) et les énormes panneaux de publicité, montés sur de grosses structures et béton et de métal, à côté desquels nos 4X3 font figure de post-it… Des voitures (et des concessions auto) partout, et … pas une voiture française. Les seules européennes qu’on a vu (rarement) étaient des VW.

Economie

Et, pendant tout le séjour, à part les produits de luxe habituels, pas moyen (sauf une bouteille d’Evian dans la chambre du Pullman. Même le vin dans cet établissement est italien, chilien …) de trouver un produit français, dans ce pays en peine croissance, soutenue par une forte demande intérieure. On peut se demander pourquoi. Je suis allé faire un tour sur le site de l’Ambassade de France à Bangkok, page commerce. Nos exportations (déjà pas terribles : 1.6% de part de marché mais à l’intérieur des pays de l’UE) diminuent et nos importations augmentent (taux de couverture : 60%). Et encore, dans les échanges, sont comptés les 3 A380 vendus à la Thaï en 2013 (je me suis toujours demandé pourquoi on comptait les ventes d’Airbus pour la seule France, alors que c’est une entreprise européenne…). Il y a sûrement du business français à développer là-bas (l’Allemagne est le troisième fournisseur après le Japon et les USA). Voyez la partie “économie” de la page wikipedia sur la Thaïlande pour en savoir plus.

[easyrotator]erc_6_1432461366[/easyrotator]

Quasiment pas de voleurs dans les rues de Thaïlande. Ici, lors du Night Bazar de Chiang Maï. Je fumais une cigarette dehors (c’est difficile de fumer là-bas, même dehors…). Une jeune fille vient garer sa moto à coté de moi. Je vois qu’elle ne ferme pas pas sa moto, et qu’elle laisse son casque tranquillement. Je prends la foto. A son retour, je lui demande si elle n’a pas peur de se faire voler (dans ce grand marché..). Elle me répond que non, tout en me faisant comprendre que ma question était …bizarre. A l’aéroport de Bangkok on a vu des tas de motos appartenant aux employés: même topo, les casques sur les motos… Chez nous, ça ferait pas 1 minute…

Mon lit Pullman XXL. Y'a de la place pour au moins 4. Frustrant, non?

Histoire et politique

On roule à gauche en Thaïlande ! Et, jusqu’à maintenant, je n’ai pas compris pourquoi, puisque le pays n’a jamais été colonisé vraiment (la Thaïlande, de ce point de vue, c’est l’Éthiopie d’Asie). mais l’influence anglaise (qui contrait la française dans la région) a dû être grande. Une riche histoire en tout cas. Vous pourrez la voir sur ce site des débuts à 1900 (et le suite sur wikipedia). C’est une monarchie constitutionnelle depuis 1932. L’actuel roi, Rama 9, règne depuis … 1946 (voir la longue liste des rois ici) . Tout le monde l’aime, c’est un peu comme la reine d’Angleterre… Il y a eu un 19ème coup d’état militaire l’an passé… Saku et Danny m’ont dit qu’ils en étaient contents car les militaires traquent la corruption…

Mini-jupes et mini-shorts…

A défaut de lady-boys...

Allez !  puisque si vous dites que vous allez en Thaïlande autour de vous, tout le monde, dis bien tout le monde, se marre et pense que vous y allez pour faire goulou-goulou, un mot sur les Thaïlandaises. Elles sont toutes super jolies, bien faites, sexy. Entrez dans le royaume de la mini-jupe et des mini-shorts ! On ne voit que ça dans les rues (et pas que dans les quartiers chauds où, dans les boites à touristes, c’est plutôt slip/soutien-gorge/hauts-talons). J’en ai pris plein les mirettes !  Alors qu’on n’en voit quasiment plus en France, j’ai remarqué, dans la rue, plusieurs françaises ravies de pouvoir en porter (ça m’a fait penser au livre de Houellebecq, “Soumission”, que j’ai lu pendant mon séjour).

Ah, dans le même chapitre, je n’ai pas, contrairement à ce que j’avais dit à quelques amis et relations, “gouté” une “ladyboy”. Ce n’est pas l’envie qui m’en manquait (certaines, presque toutes, sont encore plus belles que les vraies filles), mais c’est le manque d’ambiance qui m’a fait renoncer… C’est que je suis un grand sentimental, moi. Mais elles ne perdent rien pour attendre mon retour  ! Dernier mot : les Thaïs sont d’une tolérance inouïe. On devrait envoyer beaucoup de Français (Broussy par exemple) en stage là-bas… EV

PS : allez-y! Les meilleurs prix que j’ai vus sont sur Etihad : 477 €  AR (moi j’avais profité d’une promo d’Air France, vol direct à 492 !).

Partagez cet article

Incroyable mais vrai : le président des jeunes UMP (camerounais) sans papiers !

Nina (15 ans cette année, mais vous voyez, comme toutes les jeunes fille africaines , elle fait plus) , chez nous, avant de partir pour le réVEILLON de Noël

Personne ne le connaissait, mais du coup il a fait le buzz. Un certain Stéphane Tiki, président (depuis décembre), des Jeunes Populaires, a été “dénoncé” par le Canard enchainé, mercredi dernier: il n’a pas (ou plus) d’autorisation de séjour !

C’est …. plus qu’incroyable, c’est révélateur, à mon avis, de la déliquescence des partis politiques en France.

Mais y’a encore pire! C’est que ce jeune homme, camerounais, fait partie du courant de l’UMP “la Droite Forte”, conduit notamment par Geoffroy Didier, un jeune présomptueux qui s’est fait bananer aux dernières cantonales chez nous (revoir ici) en faisant une campagne ridicule sur la burka et les mosquées dans le Val d’Oise.

Et ce Tiki, qui avait un position ferme (voir ici) contre les étrangers illégaux, président des Jeunes Pop’, ne régularise pas sa situation ! Il aurait justifié ça en disant qu’il avait demandé une naturalisation. C’est du grand n’importe quoi et je me demande pourquoi il ne fait pas l’objet d’une mesure d’expulsion (pardon: de “reconduite à la frontière”…), comme il le souhaitait pour les “autres”.

je ne vous le situe pas (si, à l'extrême droite). Ah ah, on se marre (foto piquée sur le site des DjeunUMp, même pas à jour).

Quand je pense, et beaucoup de nos lecteurs savent ça (revoyez ici, entre autres) que j’ai eu toutes les difficultés du monde à faire venir (en vacances d’abord) ma femme béninoise Bignon, à chaque demande de visa, et après ses enfants, en vacance.

Dernière humiliation en date de décembre dernier. On a voulu faire venir la fille de Bignon, Nina 14 ans  (foto) pour les vacances de Noël. Compte-tenu de ce qui s’était passé depuis des années, s’agissant de ces histoires de visa, j’ai pris contact (à nouveau) avec le consulat de France à Cotonou. Suis tombé sur un fonctionnaire sympa, qui m’a bien accompagné dans la préparation du dossier (toujours extrêmement complexe et couteux). Le visa est délivré. Le papa de Nina accompagne sa fille à l’aéroport (vous imaginez, première fois qu’elle prend l’avion, valises et tout et tout). Je décide de dormir dans ma base d’Epiais-lès-Louvres pour pouvoir être bien à l’heure pour aller la chercher de bonne heure à CDG, sur le vol AF 804. Du coup je vais manger le soir un morceau à La Vitrine à Roissy, heureux. Et là, je reçois un coup de fil de Loïc, le frère de Nina, qui me dit qu’elle n’a pas pu embarquer. Loïc est un garçon sérieux, mais je crois à une (très) mauvaise blague. Et ben non… Vous savez quoi? Le consulat s’était trompé dans les dates du visa et non seulement elle ne pouvait pas embarquer, mais si elle avait pu le faire, elle aurait été placée en rétention administrative au centre du Mesnil-Amelot, certainement condamnée et expulsée.

J’étais, vraiment, fou de rage. Pour faire court, contacté, le consul de France m’a appelé le lendemain, s’est excusé et à réglé l’affaire du visa. Nina a pu prendre, sans frais supplémentaires, le vol Air France du lendemain. Je l’ai remercié.

Humiliations ! On marche sur la tête !

Mais quand même ! Quelles humiliations pour non seulement nos amis africains francophones et francophiles (pour combien de temps encore, voyez le Rwanda), mais pour nous aussi . Relisez ça svp . Ça me fait mal au ventre. Et ce “président des jeunes UMP” qui veut combattre l’immigration, sans  papiers,  et le parti UMP ne voit rien. Et on emmerde tout le monde pour 15 jours de vacances en France. Je me suis juré, je ne l’ai pas fais encore faute de temps, d’écrire à Hollande, Fabius et Le Drian pour leur expliquer tout ça. Je le ferai. Et les Jeunes socialistes, (autre chose incroyable qui eux, veulent régulariser tous les “sans papiers “, dont le Tiki…). Ah dites-donc, quand j’étais à la JC, on faisait de la politique autrement (pas vrai François?).

Grands sentiments à mes amis africains et spécialement béninois. Tous les “yovos” ne sont pas comme ces cons !

EV

Partagez cet article