T4 et vols de nuit : joli lapsus linguae (écrit), de Jean-Pierre Blazy. Mais… Il n’a pas tort…

Voyez le site spécial d’ADP sut le projet T4

Décidément, le projet de Terminal 4 n’en finit pas de faire parler de lui.  Et tant la situation préélectorale que la fièvre verte n’arrangent pas les choses.  Récemment, une lettre, signée par une soixantaine d’élus de la région parisienne (dont Anne Hidalgo ! et le maire d’Andilly qui l’a signée en tant que président de l’Union des maires du Val d’Oise…) a été envoyée au président Macron (la voir ici) pour lui demander de retirer le projet T4. Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse ne l’a pas signée, mais a répondu (voir sa lettre ici) aux signataires en leur disant qu’il attendait des mesures d’accompagnement du gouvernement, faute de quoi il s’opposerait aussi au T4.

Le lendemain (le 24 janvier) il a publié un communiqué résumant cette lettre (le voir ici). D’une manière étrange, dans le 3ème paragraphe, il est écrit: “la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France propose dans la position qu’elle a voté dès le 31 janvier 2019 l’application de mesures de restriction opérationnelles avec l’interdiction de tout mouvement commercial entre 23 heures et 5 heures sur la plate-forme...”.

Or la Communauté n’a jamais voté ça. Il faut croire que J-P Blazy s’est laissé emporter.

Il a, depuis, publié un nouveau communiqué (le voir ici) , le 11 février, dans lequel cette fois il s’oppose au T4…

Cela étant, je comprends bien l’énervement de J-P Blazy, que je connais depuis longtemps. Il avait toujours été anti-aéroport. Ça a commencé alors que, candidat à la députation pour la première fois dans la 9ème circonscription du Val d’Oise (suite à la” dissolution Chirac”en 1997), il s’était opposé violemment CDG. La gauche (PS et PCF), à l’époque (qui n’avait rien à se mettre sous la dent), hurlait contre le projet de deux nouvelles pistes. Mais la gauche, contre toute attente, avait gagné les législatives. Blazy fut donc élu sur ces bases, ainsi qu’une candidate (PS, son nom va me revenir) sur la circonscription voisine de Seine-et-Marne, du genre, votez pour nous, y’aura pas de bruit….

J’entends à la radio que JC Gayssot (PCF) est nommé ministre des transports et D. Voynet (Les Verts) , ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire.  Je me souviens bien de cet instant. J’étais en train de préparer la première carte du Pôle de Roissy et donc de commercialiser les espaces publicitaires. Je me dit m…. S’ils ne font pas les pistes, s’en est fini du dynamisme du pôle. Or les annonceurs achètent les espaces publicitaires pour “coller”leur image à ce dynamisme… Je réfléchis 10 mn… Et je me dis: non, ils vont les faire, ces pistes, malgré leur promesse électorale. Et c’est ce qui s’est passé, rapidement…

Jean-Pierre Blazy, après ça, n’a eu de cesse de critiquer l’aéroport. Entre autres, contre Fedex, et avait développé pendant des années une idée saugrenue : mettre “le fret à Vatry” ! Idée qu’il a fini par abandonner en 2012, sous les critiques de votre serviteur (revoyez ce grand moment ici). 

Et, depuis qu’il a soutenu le projet EuropaCity, ses ardeurs anti aéroport se sont calmées.

Il faut croire que l’abandon brutal d’EuropaCity (au bout de 10 ans de préparation) ait réveillé ses vieux démons.  Mais je ne lui donne pas tort : le gouvernement ne peut rayer d’un trait de plume EuropaCity, au nom de  “l’écologie, et même temps soutenir la projet de T4, qui aura forcément un impact important en matière d’environnement.

J’ai parlé de tout ça avec J-P Blazy, la semaine dernière.  EV

Partagez cet article

Fedex va investir 30 millions en France, dont 20 sur son Hub de CDG

Au centre, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances. A coté d’elle, Rajesh Subramaniam est à  gauche, Julien Ducoup à droite.

A l’occasion de la Journée Choose France, qui s’est tenue le 20 janvier, la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher est venue visiter, le matin, le Hub de Fedex de CDG. Pour l’occasion le grand chef mondial du leader US du transport express, Rajesh Subramaniam (voir sa biographie ici) avait fait le déplacement. Julien Ducoup, le directeur du Hub était aussi là, bien sûr. Dans un communiqué (à lire ci-dessous), Fedex a annoncé des investissements en France d’un montant de 30 millions au cours des exercices fiscaux 2020 à 2022, dont 20 sur le Hub de CDG, le plus grand hub du monde, en dehors des USA. Il s’agira de “créer de nouvelles installations dédiées au transport de fret lourd et des équipements de pistes ariennes”.

C’est bien. Visiblement, Fedex ne regrette pas d’avoir choisi CDG (plutôt que Francfort) voici 35 ans. Je m’en souviens bien, j’avais été un des premiers à avoir l’information à l’époque (et c’est moi qui en avait informé André Toulouse, le maire de Roissy-en-France). EV

cliquez pour le communiqué

 

Partagez cet article

Ce qui s’est passé à Aigle Azur

cliquez pour lire l'article
Aigle Azur, récemment (et rapidement) liquidée, a eu un moment son siège social à Tremblay-en-France, dans la zone d’activité communale Tremblay CDG . Par sa rapidité, la faillite a surpris tout le monde, car on n’avait rien entendu sur la situation de la compagnie. Fabrice Gliszczynky, journaliste (vraiment) spécialiste du transport aérien, a publié (merci à lui) le 12 octobre, dans La Tribune, un article très complet, expliquant les raisons de la chute. A lire!  EV

Partagez cet article

Transport aérien: les professionnels font “trois recommandations pour accroitre les bienfaits de l’aviation en France “

La réunion du 13 mai

L’Association du transport aérien international (IATA) estime que le nombre de passagers aériens pourrait doubler en 20 ans, passant de 3,8 milliards en 2016 à plus de 7 milliards en 2035. Au niveau européen, c’est une croissance de l’ordre de 40% d’ici 2030 qui est attendue : de 150 millions de passagers aujourd’hui à plus de 210 millions dans 12 ans.”

Retour sur la réunion IATA / FNAM / BAR France du 13 mai dernier

Le transport aérien augmente toujours, dans le monde entier. A l’occasion de la sortie d’une étude de l’IATA sur l’état et les perspectives du transport aérien français (voir tout ça ici), une réunion s’est tenue à Paris le 13 mai, avec la FNAM et le Bar France.

cliquez pour voir le résumé de l'étude sous forme de graphique

Extrait du communiqué de presse  (à voir en entier ici) :

« L’aviation est l’industrie de la liberté, et elle procure déjà à la France des bienfaits considérables. Mais la position compétitive de la France au sein de l’Europe est faible en ce qui concerne les coûts d’infrastructures, l’efficience de la gestion du trafic aérien, la qualité de la réglementation et les coûts des charges sociales. Il y aurait d’énormes possibilités de création d’emplois et de croissance économique si ces faiblesses étaient corrigées. Les Assises nationales du transport aérien ont exploré ces enjeux, mais il n’y a pas eu de mesure de suivi substantielle pour stimuler la compétitivité. Le lancement de ce rapport sur la compétitivité, en collaboration avec la Fédération nationale de l’aviation marchande (FNAM) et BAR France, est l’occasion de renforcer les fondations de la Stratégie nationale du transport aérien 2025 annoncée par la ministre des Transports, Mme Élisabeth Borne, aux Assises », a déclaré Rafael Schvartzman, Vice-Président régional de l’IATA pour l’Europe”.

Pour bien comprendre : il  y a une critique à peine voilée contre Elisabeth Borne ( on se souviendra de la mauvaise appréciation, c’est le moins qu’on puisse dire, de la FNAM sur ces Assises qui ont duré un an…. revoir mon article à ce propos).

Suite de l’extrait : “Actuellement, l’aviation contribue pour environ 100 milliards d’euros au PIB et elle procure 1,1 million d’emplois en France. En optimisant la compétitivité du secteur aérien, on pourrait voir ces chiffres augmenter à près de 160 milliards d’euros et 1,6 million d’emplois d’ici 2037. Les trois principales recommandations du rapport pour la France sont :

1.Réformer la réglementation économique, par exemple en renforçant le régulateur économique indépendant, afin que les redevances soient proportionnées aux coûts et efficientes.

2.Instaurer une stratégie française de gestion du trafic aérien pour optimiser sa capacité et son efficience

.3.Adopter les principes de réglementation intelligente, par exemple en favorisant la compensation plutôt que la taxation pour contrer les émissions de CO2 de l’aviation”.

Y’a du boulot ! EV

consulter le site Flight tracker, toujours impressionnant (vols mondiaux en direct)

Partagez cet article

La guerre des hubs. A regarder à tout prix !

cliquez pour la vidéo d'Arte

Simple, instructif, bien fait (le Dessous des Cartes, confiance…) récent, ce film qui raconte à la fois l’évolution du transport aérien mondial et la bataille entre les grands aéroports mondiaux. On voit bien sûr la place de Paris  et j’aurai  appris (j’avais pas suivi ça on en a peu parlé) que Londres Heatrow, (à ce jour 1er européen) va (enfin) construire une troisième piste (voir aussi ici) . Une info aussi dans le film : l’évolution incroyable de nombre de passagers aériens depuis 1970 (et à venir). Tout ça grâce à la libéralisation initiée par les USA (à laquelle Air France et ses syndicats  et la France s’étaient, par confort opposés, en vain, heureusement).  Et, s’agissant de hub, je me souviens que l’ancien PDG d’Air France (1997/2008), J-C Spinetta, un homme de gauche, ne croyait pas aux hubs. Résultat :10 ans de retard pour créer celui d’Air France à CDG (un coucou au passage, à Chantal Romand, qui fut la première directrice de ce hub). Et Spinetta ne croyait pas non plus aux compagnies low coast… Et, en 2018, on lui a demandé de rendre un rapport sur… la SNCF  ! Ah le génie français!!

Mais regardez, regardez !! EV



Partagez cet article

Terminal 4: les “indignations” ne datent pas d’hier…

Cliquez pour bien lire

En  attendant un article plus complet sur la concertation en cours  (la voir ici) à propos du projet de Terminal 4 sur CDG, il n’est pas inutile de rappeler ce courrier d’une lectrice paru dans RM n° 19 , en 2004, que j’ai recouvert par hasard (dans l’ancienne version 2004-2010, dont vous pourrez retrouver tous les numéros ici). Il s’agit d’une contribution de Kate Fuentes  PDG de ACTION FREIGHT SERVICES (à CDG) qui s’insurge contre ceux qui critiquent l’aéroport, alors qu’ils en retirent beaucoup d’avantages (taxes versées aux collectivités locales, emplois -et pas seulement à CDG, celui- jouant un rôle attractif pour les entreprises qui s’installent dans l’ensemble du Grand Roissy etc.). EV

Partagez cet article

“Long débat aérien” : pour la FNAM, le compte n’y est pas

cliquez pour voir le communiqué

« Les mesures proposées méritent d’être examinées mais ces dernières ne sont pas à la hauteur des enjeux et de l’urgence. Aucune de ces mesures ne rétablira vraiment le « level playing field » pour le transport aérien français ». « Même les mesures sans impact budgétaire et non précisées sont reportées ultérieurement aux travaux
du CSAC (Conseil supérieur de l’aviation civile, ndlr)»a résumé Alain Battisti, Président de la FNAM, dans un communiqué publié à l’issue de la clôture des “Assises du transport aérien” (qui auront duré… un an!).

Je vous conseille vivement de lire le communiqué qui donne aussi (page 3) un tableau détaillant le montant des taxes et redevances spécifiques au transport aérien : 4 785 millions d’euros (chiffres 2017). Puisque son nom est mentionné dans ce communiqué, je viens d’avoir une bonne discussion avec M. Capo-Canellas, ancien maire du Bourget, sénateur, et qui a participé aux Assises.

Plus d’info plus tard… EV

Et voici : j’ai pris le temps de lire ce rapport très complet de la FNAM dans le cadres de ces Assises. Très bien fait, très complet. Je conseille sa lecture. Cliquez ci-dessous…


Partagez cet article

Nicolas Pavil, dans Le Parisien, a defendu clairement le futur Terminal 4

cliquez pour voir l'interview

C’est ballot… Moi qui suis abonné au Parisien (et a ses éditions départementales), j’avais zappé cette ITW (parue le  11 février) de Nicolas Pavil. Il est directeur général adjoint des services en charge de la stratégie à la communauté d’agglomération Roissy-Pays de France. Dans cette interview, il soutient, sans langue de bois, le projet de construction du Terminal 4 à CDG.  Je vous en recommande vivement la lecture (et, ne ratez pas la fin où il a cette excellente phrase sur les opposants au projet (en gros mes P’tits Loup): Ce sont les mêmes qui expliquent que faire des routes ça ne sert à rien, que faire Europacity ça ne sert à rien, que rien ne sert à rien.

Juste une remarque : cette ITW tranche un peu, selon moi, par sa clarté, par rapport à la résolution adoptée à ce sujet par le Conseil de la CA…(revoir ici). EV

Partagez cet article

On respire… “Je rêvais d’un autre monde”. Cafouillage sur toutes les lignes : 17 et autres du GPE, CDG Express. CNDP mon amour, Et, mdr, l’Italie … Et tout à l’avenant… Benalahah ! !

Je dois certainement devenir un vieux con (c’est depuis longtemps, diront beaucoup). Outre le passage à vide décrit dans l’article ci-dessous, l’actualité récente dans notre région aéroportuaire, dans notre pays, dans notre Europe et dans notre monde n’engage pas à l’optimisme. Et c’est de pire en pire, chaque jour, deux fois par jour, quand c’est pas plus. Violences incroyables des manifs de gilets jaunes (que j’ai regardés chaque samedi, j’aurais pas dû), montée incroyable et désespérant de l’antisémitisme,encore hier à Villiers-le-Bel,  (en France! en 2019 !).  Sans parler du feuilleton sulfureux Benalla, qui frise l’affaire d’Etat.   J’en ai ressenti, (pourtant j’ai le cuir tanné) pour la première fois de ma vie, un profond sentiment de … découragement, et de doute. Et, croyez-moi, pour parler beaucoup ces derniers temps avec mes amis et correspondants de tous bords et conditions, je ne suis pas le seul.

Il y a, incontestablement, (j’emploie le mot depuis quelques années, mais je ne l’avais jamais écris) une période de déclin de la France, que je n’aurais pu soupçonner,voici 40 ans. Et le président de la République (pour lequel , tout le monde le sait, j’ai voté au deux tours) a eu le tort (entre autres) de vouloir donner des leçons au monde entier (notamment à l’Italie), au début de son mandat. Les Italiens se gondolent !

Je vais juste évoquer ici , dans le désordre,  quelques éléments sur lesquels je reviendrai plus tard en détail (car il faut que j’envoie RoissyMail… ).

Un Grand Paris Express au rabais?

Les présidents des 7 départements de la région parisienne ont publié un communiqué (le voir ici) , membres du Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris (chargée de construire le Grand Paris Express) s’inquiétant d’un courrier adressé par cette dernière au 1er Ministre. Voici le début du CP : Alors que dans les discours la Société du Grand Paris ne cesse de réaffirmer le besoin de concertation avec les collectivités, nous découvrons que la Société du Grand Paris a transmis au Premier Ministre un plan “d’optimisations” le 21 décembre 2018, sans avoir consulté les membres du Conseil de surveillance, ni les élus concernés. C’est d’autant plus malvenu que le contenu de ce plan pose de très gros problèmes.

Ils ont demandé à être reçus par le 1er ministre.

CDG Express !

Tout ceci est bien compliqué. Voyez, en cliquant,e site spécial édité par ADP. (y'en a pas d'autres à ma connaissance)

mon article dans l'ancien journal "Choses publiques"

Cafouillages aussi sur le fameux CDG EXPRESS : c’est le GROS BORDEL  ! Je suis, ce dossier foireux depuis le début. Un dossier qui traine depuis.. . 2001 !  Il avait fait l’objet du “premier débat” organisé par la fameuse CNDP (dont j’aurai l’occasion de dire tout le … bien que je pense). J’avais assisté au débat de Villepinte et je peux vous dire que c’était pas triste.

Je n’ ai pas rendu compte ici  des dernières péripéties de ces temps-ci, parce que ça aurait été lassant. Mais là, ça devient du grand guignol. La ministres de Transport, la géniale E. Borne, avait missionné le préfet de région pour organiser une n’ième concertation. Il a rendu un rapport le 4 février (à voir ici) que je qualifierais depsychédélique (sauf son respect). Suite à cela la ministre a autorisé, lundi 11 dernier, la signature du traité de concession Et en même temps, on apprend que ce fameux CDG Express  pourrait bien ne pas être prêt pour les JO de 2024 …

La ville de  Mitry-Mory est, historiquement, à la pointe de l’opposition au CDG Express. Au motif que c’est déjà le bazar sur le RER B  . Il y aura une réunion publique lundi 18 dans cette ville, auquel participera le pauvre préfet de Région. Ça risque de ne pas être triste…

La concertation sur le Terminal 4 a commencé

voyez le site de la concertation

La concertation pour le futur terminal 4 de CDG a commencé le 12 février avec une première réunion publique à Gonesse (voyez le calendrier des réunions ici). Elle durera jusqu’au 12 mai. Voyez ci-dessous la vidéo de la réunion de Gonesse :

cliquez pour voir la réunion

C’est un gros dossier (au moins 2 milliards a rappelé J-P Blazy, maire de Gonesse), destiné à faire face a l’augmentation prévisible du trafic aérien mondial. Le Groupe ADP est en forme ! Voyez l’interview  de son PDG, Augustin de Romanet, dans les Echos d’Hier. C’est encore bien compliqué, pour connaitre le phasage prévu pour la mise en service (par étapes) de ce nouveau terminal.

De son côté, le Conseil de la CA Roissy Pays de France a adopté à l’unanimité, dans sa séance du 31 janvier, une importante délibération (5 pages, à lire ici) intéressante (même si je la qualifierais, pour l’instant … d’équilibriste).

ADP privatisés (ou pas)?

Il y a aussi le dossier de privatisation d’ADP, souhaitée par le gouvernement. Pour l’instant, le Sénat a voté contre.

Je reviendrai sur tous les sujets évoqués ici (et d’autres), pour combler mon retard rédactionnel pour lequel je vous demande votre indulgence. J’ai du pain sur la planche !  EV

Partagez cet article

De Juniac, au nom de l’IATA, a fait des propositions pour améliorer le transport aérien en Afrique

voir le blog d'A. de Juniac

Des nouvelles d’ Alexandre de Juniac ! Il avait été, on s’en souvient bien, PDG d’Air France puis d’Air France-Klm de 2011 à 2016. Et on se souviendra aussi que, las, il avait claqué la porte (revoir ici) en avril 2016. Il a ensuite été nommé DG  de l’IATA, l’organisation mondiale du transport aérien. On peut imaginer qu’il s’y éclate… En fait, je ne connaissais pas son parcours, que j’ai pu voir sur site de l’IATA. Voyez-le ici, c’est impressionnant !

voir le site de l'AFRAA

Il s’est exprimé le 26 novembre, à l’occasion  de la 50 ème assemblée générale annuelle de l’AFRAA, l’association des compagnies aériennes africaines. C’était au Maroc, à Rabat .

C’est très intéressant, à tous points de vue. Et j’ai appris des choses qui devraient intéresser nombre d’entre vous (voyez le speech de de Juniac ici, en anglais). Le trafic aérien en Afrique pèse 55.8 milliards de dollars, et 6.2 millions d’emplois (ce dernier chiffre m’étonne…). Mais il y a un problème de compétitivité, assure le chef de l’IATA. Environ 1.55 dollars est perdu pour chaque passager transporté. Il constate que l’Afrique est une place très chère pour “airlines to do business” et rappelle entre autres que le prix du kérosène est plus cher de 35% que dans le reste du monde. Et que les taxes et charges sont parmi les plus chères de monde.

Il a déploré aussi que trop de gouvernements africains voient le transport aérien comme un luxe plutôt qu’une nécessité. “Nous devons changer cette perception” a t-il ajouté. Il a aussi critiqué une partie des infrastructures aéroportuaires du continent, tout en rappelant que le nombre de passagers en Afrique va quadrupler ces 20 prochaines années.

Par ailleurs, si l’on en croit le compte-rendu de la réunion fait par le site, french.china.org (en français), Abdelhamid Addou, président de l’AFRAA  (et PDG de Royal Air Maroc) a déclaré : “Les compagnies non africaines continuent à s’accaparer l’essentiel du trafic du continent au moment où les transporteurs africains sont pénalisés par l’imposition réciproque de contraintes d’exploitation dans le cadre d’accords bilatéraux restrictifs”. Ce qui  veut tout dire et son contraire, à mon avis. Il n’y a pas “d’accaparement” ! Les États africains sont indépendants et font ce qu’ils veulent et aucune compagnie “n’impose” quoi que ce soit. Le Maroc est bien placé pour le savoir.

D’ailleurs c’est seulement depuis début 2018 qu’a été lancé le MUTAA (marché unique de transport aérien africain) mais visiblement les choses trainent. et ce n’est pas de la faute des “compagnies non-européennes”… Voir le bon article de Ristel Tchounand, la Tribune Afrique, intitulé : Transport aérien: malgré les bonnes intentions, l’Open Sky africain reste hors de portée…

On est bien en Afrique…  A ma connaissance, à part Royal Air Maroc, mais qui n’est pas vraiment représentative du continent,  South African Airlines (qui a été créée il y a longtemps…) et Ethiopian Airlines, il n’existe pas de compagnie africaine qui sorte d’Afrique. Quant aux liaisons intérieures, elles sont rares et extrêmement chères.

Tout ceci me fait penser à l’ex-Air Afrique (voir ce wikipédia, incomplet) . D’origine française, elle a été refondée en 1961, après les indépendances, par 11 pays africains, dont le Dahomey (aujourd’hui Bénin). Elle desservait la France, notamment. Je m’en suis servi plusieurs fois. Le problème c’est que la gestion a été catastrophique, année après années (effectifs pléthoriques, billets cadeaux en pagaille). A la fin, c’est même un Français, Yves Roland-Billecart, qui a été nommé PDG pour redresser la situation… Mails il n’a pu rien faire, malgré les… 37 milliards de Francs CFA, (56 millions d’euros !) accordés par la France pour tenter de sauver la compagnie. Elle a stoppé son activité en 2001 et en faillite en 2002). Mon dieu !! EV

Partagez cet article

Singapour New-York direct en 18h 45 mn avec l’A350

C’est un record ! Voyez, en cliquant ci-dessus, le reportage d’Aeronews sur ce lancement. Premier vol le 11 octobre et, à partir du 18, un vol par jour. 18h 40 alors que normalement le voyage dure plus de 23 heures avec une escale (prix : 1940 € pour cette distance, alors que je suis “content” quand je trouve un vol Air France pour le Bénin (4730 km…) à 1200. EV




Partagez cet article

Contrôle aérien: un rapport du sénateur Vincent Capo-Canellas

Le sénateur (93, ancien maire du Bourget, UDI) Vincent Capo-Canellas (“VCC” est membre de la commission des finances -présidée par Vincent Eblé, ancien président PS du Conseil départemental 77). VCC est aussi président du groupe d’études d’études “Aviation civile“, dont Arnaud Bazin, sénateur (LR) , ancien président du conseil départemental 95 fait aussi partie (on reste en famille Roissy…), et aussi questeur du Sénat (c’est… plutôt cool). Il  a récemment publié un rapport d’information sur l’état du contrôle aérien en France. C’est pas triste…. 160 pages quand même…  J’en ferai une synthèse plus tard car c’est important (purée les rapports en ce moment…) mais vous pouvez toujours jeter un coup d’œil en cliquant en haut.

J’ai eu une discussion, ce matin, avec le sénateur Capo-Canellas sur son rapport. Intéressante et agréable comme toujours. Il m’a signalé, entre autres, l’interview de d’Alexandre de Juniac (ancien PDG d’Air France qui s’était exfiltré lui même de la compagnie, revoir ici, avant de devenir le patron de l’IATA (c’est plus cool et certainement mieux payé),  lors de l’édition  2017 de Paris Air Forum, interview réalisée par Fabrice Gliszczynski, (vrai) journaliste de La Tribune, (vrai) spécialiste de transport aérien à La Tribune (depuis 15 ans+, et quand je dis “vrai” ce coup-ci c’est pas une blague).

Le thème : “les grands défis à venir du transport aérien mondial”. J’ai tout visionné car si c’est un peu long, c’est tout aussi  intéressant. Et… on ne s’ennuie jamais avec A. de Juniac (revoir encore ici sa glorieuse prestation à l’Abbaye de Royaumont (95), en mars 2015… ). EV

voyez l'interview!!!
Partagez cet article

Trois ou quatre choses que je sais d’Air France… L’excellent coup de Janaillac

Une fois de plus, il y a grève (“suspendue” ces derniers jours) à Air France, pour des raisons salariales (alors que les salaires sont déjà pas mal, les voir ici ). C’est bien décevant et, cette fois, ça risque d’être dangereux pour l’existence même de la compagnie. La plus vieille au monde (1933 !). J’ai toujours voyagé sur  Air France (et UTA avant), en tout cas majoritairement. Comme tout le monde, ou presque, j’ai Air France au cœur, pour des raisons “historiques” plus qu’autre chose. En plus,  son siège social est à Tremblay-en-France, depuis 1995 …

effectivement, c'était mieux qu'à Montparnasse

J’ai particulièrement “suivi” la Compagnie depuis que j’étais arrivé à Tremblay. En 1993, le maire de Tremblay, François Asensi, député, était alors chargé de faire le rapport pour avis sur les crédits du transport aérien. Je l’avais, à sa demande, assisté dans cette tâche, passionnante vu la position de la ville. On a ainsi auditionné plusieurs acteurs du secteur, et notamment le président d’Air France de l’époque, Bernard Attali (1988/93). Ça s’était passé dans le bureau d’Attali, dans le siège d’Air France d’alors, tout à côté de la gare Montparnasse. C’est là qu’il nous avait confirmé la décision de transférer le siège à Roissypôle (Tremblay donc, bonjour les taxes pour la commune devait penser le député-maire…). Marrant, B. Attali nous entraine à la fenêtre de son bureau, qui donne sur les voies de la gare en nous disant : voyez, je suis le seul président de compagnie aérienne au monde à avoir son siège dans une gare ferroviaire…

Libéralisation du transport aérien

Si le transport maritime international a toujours été, plus ou moins, libre, ce n’a pas été le cas du transport aérien (on peut se demander pourquoi et sans parler, au moins au sein de l’U.E, du ferroviaire…). Dans les années 70, les USA ont commencé à entamer une déréglementation chez eux, puis dans le monde entier, dès les année 90,  en concluant des accords d’Open Sky, y compris avec des pays européens. Sauf la France, qui ne s’y met pas… Et pour cause ! Avec un bon réseau mondial (grâce aux ex-colonies et aux Dom-Tom) et l’appui de l’Etat français, exploitait ses lignes à l’abri de la réglementation: pas ou peu de concurrence, prix “confortables” (en fait très chers). Donc “le vie est belle”, les bénéfices sont là, jusqu’aux années 90 où le transport aérien mondial se libéralise. Et, le moins que l’on puisse dire c’est la France (droite et gauche confondues), et Air France, engoncés dans leurs certitudes de “confort” ont mal vécu cette libéralisation (qui allait se traduire par un accès incroyable des classes populaires au transport aérien). Et Air France, ses personnels tout du moins, à trainé des pieds pour s’adapter à la nouvelle donne, pendant que les autres compagnies y allaient gaiment. Mais ce n’est pas tout !

La crise de 93/94 : le PDG Christian Blanc passe au dessus des syndicats et réussi un referendum

En octobre 1993 débute une grande grève à Air France. C’est un gros bazar, alors que la compagnie va très mal, et est au bord de la faillite. J’ai, à l’époque, suivi ça de près. Bernar Attali n’est plus PDG et je peux vous dire que ça ne se bousculait pas au portillon pour lui succéder… Finalement, c’ est Christian Blanc qui accepte d’aller au charbon. Il présente un plan nommé “Projet pour l’entreprise” , mais les syndicats, pilotes en tête, n’en veulent pas.  La situation empire et il est envisagé une intervention financière de l’Etat, à hauteur de 20 milliards de Francs. Mais cette subvention-éponge doit obtenir l’aval de le Commission européenne. Devant les blocages incessants , Blanc décide alors de passer au dessus des syndicats et organise un référendum, le 11 avril 1994,  qui sera approuvé par … 81.26% du personnel !Le 27 juillet 1994 la Commission européenne autorise les 20 milliards (nos sous…) de subvention, mais précise que ce sera la dernière fois !

De 94 à 97, Christian Blanc réorganise la compagnie en profondeur, dégraisse le mammouth (2500 départs en 94) et Air France renoue enfin avec les bénéfices mi-mai 97.

L’ère Spinetta  (1997/2009) : des occasions ratées

En septembre 97, Jean-Cyril Spinetta remplace Chistian Blanc, jusqu’en décembre 2008.. Je me souviens que Spinetta n’avait été pas été tendre enver Blanc, lors de la grande crise de 93/94. Sans doute son penchant de gauche (il est membre du PS (ou était, de nos jours on ne sait plus…). Il a fait des choses, c’est incontestable, au moins tant qu’il est possible d’en faire, dans cette compagnie “ingouvernable”. Cependant, tout comme, avant lui, Air France avait eu du mal à adopter la stratégie du “Hub”, Spinetta n’a pas vu venir, j’en témoigne, le phénomène “low cost”. Il n’y croyait pas, comme il l’avait dit lors d’une réunion à Roissy-en-France, à laquelle j’avais assisté. Résultat, le retard encore actuel d’Air France sur ce point. En 2009 il est remplacé par Pierre-Henri Gourgeon (qui n’aura pas laissé un bon souvenir…), jusqu’en 2011. Et, tout récemment, à la demande du Premier  ministre, il a remis au gouvernement un rapport sur le… transport ferroviaire.

De Juniac est parti en courant !

revoyez ce grand moment (mars 2015)

Le 1er juillet 2013, c’est Alexandre de Juniac, qui remplace Spinetta. Le conseil d’administration vote, en mars 2015, sa reconduction pour 4 ans. Mais il démissionne le 5 avril 2016. Il est depuis septembre 2016 directeur général de IATA, l’organisation mondiale du transport aérien. Assurément, il en a eu marre. Revoyez, en cliquant ci-dessus son intervention aux “Entretiens de Royaumont” (Val d’Oise) : à la fin, il dénonce une n’ième gréve des pilotes. On le sent excédé…

Le coup de Jarnaillac !

on lui avait, à l'époque, souhaité la bienvenue, et... "surtout bon courage"...

L’emploi du mot “coup” vient de l’expression “coup de Jarnac“. Ça vaut ce que ça vaut, mais l’expression, selon le Littré, a connu un succès : “Gui de Chabot Jarnac, dans un duel, le 10 juillet 1547, fendit d’un revers de son épée le jarret à son adversaire François de Vivonne, seigneur de La Châtaigneraie. Ce coup fut trouvé très habile et fournit une expression proverbiale, qui a pris un sens odieux ; mais c’est un tort de l’usage, car le coup de Jarnac n’eut rien que de loyal, et le duel se passa dans toutes les règles de l’honneur”.

Bref, c’est un coup qu’on ne voit pas venir. Ça  avait réussi à Christian Blanc, on l’a vu, en 1994. Certainement excédé et las, comme quasiment tous ses prédécesseurs, Jean-Marc Janaillac, qui avait succédé comme PDG à Frédéric Gagey (qui avait succédé à de Juniac, de juillet 2013 à novembre 2016) a repris la formule du referendum sur les salaires, en mettant sa démission dans la balance, en cas de désaveu. Cette fois, 4 mai dernier,  le referendum a rejeté le plan de la direction à plus de 55% (faut dire que cette fois, y’avait pas 20 milliards de F à la clé…).

En fait, selon moi, Janaillac (qui, né en 1953, a sa carrière derrière lui…), a été très intelligent : ou bien il gagnait et faisait comme Blanc, ou bien il perdait et il s’en allait. C’était du gagnant pour lui dans tous les cas. Car cette compagnie, j’ai essayé de le montrer est vraiment ingérable.

Allez ! Sans revenir sur le coup de la chemise arrachée (dont la vidéo avait fait le tour du monde), quelques rappels. Air France, en manque de cash, a vendu récemment Servair à un groupe chinois. La compagnie n’a pas communiqué la-dessus et quasiment personne, jusqu’à ce jour, n’en a parlé. J’avais appelé le dircom de Servair (abonné à RoissyMail…). Il m’avait répondu : je ne  peux rien dire…

Une “anecdote” (parmi d’autres…) : dans les années 80, je vivais et travaillais au Bénin (Afrique de l’Ouest). Longtemps UTA a été la seule (mise à part l’ex Air Afrique,, morte de … corruption) compagnie a desservir ce pays, comme beaucoup d’autres ex colonies françaises, j’ai été témoin d’une chose… aussi “rigolote ” que révélatrice … Je ne me souviens plus, je dois dire, de l’année exacte. Mais voilà : les PNC (hôtesses et stewards) d’UTA faisaient leur escale, comme d’hab, dans le meilleur hôtel de l’époque (que j’avais vu construire et que j’ai fréquenté beaucoup, magnifique ), alors sous enseigne Sheraton (aujourd’hui Bénin Marina Hotel, 4 étoiles), au bord de l’océan, à un km de l’aéroport. Oups! cette fois ils sont hébergés … pas côté mer, mais côté terre. Colère de ces travailleurs ! Eh bien ils se sont mis en grève, refusant d’embarquer sur le vol d’après…  Vrai, vrai !

c'est ce coté que les pauvres petits PNC n'ont pas eu cette fois-là. Cliquez ?

Et les pauvres travailleurs ont dû subir ce côté:

On apprend ce jour que Anne-Marie Coudert vient d’être choisie pour être présidente par intérim… EV


Partagez cet article

Les Grands projets du Groupe ADP

cliquez pour avoir le document

Voici un document très précieux, diffusé récemment par Aéroports de Paris. Il s’agit d’une synthèse des travaux et adaptations tant à CDG qu’à Orly, sur la période 2016-2020, mais aussi des projections sur le trafic, la politique commerciale (boutiques etc.), les divers renforcements des capacités d’accueil, les compagnies… On se réjouira particulièrement ici du renforcement des capacités de tri-bagages à CDG, qui devrait être terminé ce mois-ci (y’avait besoin…). Lisez (et gardez) ce document très bien fait (et illustré). EV

voici ce qui va se passer sur le T1. Trois anciens terminaux seront détruits pour laisser place à ça. Pas de date prévue pour la fin des travaux
Partagez cet article

Trafic aérien de Paris Aéroport : en hausse de 4.5% en janvier, 4.9 à CDG

cliquez pour voir la présentation du plan Connect 2020, par le PDG Augustin de Romanet

Le Groupe ADP a publié, mercredi dernier, les statistiques du trafic aérien sur les aéroports qu’il gère. Vous pourrez les consulter en cliquant ici. CDG s’en tire bien ! + 4.9 % en terme de passagers. Et aussi une augmentation des mouvements d’avions :  CDG 36 605  en janvier (+1.5%) ce qui fait en moyenne… 1180 par jour ! Pour illustrer, je vous ai trouvé cette vidéo (sur le site du Groupe), où l’on voit le PDG Augustin de Romanet le plan stratégique du Groupe”Connect 2020” pour la période 2016-2020.  A noter tout de même, ADP ne publie plus, depuis longtemps, ses statistique de fret... EV

Partagez cet article