Apres Tremblay, c’est le tour de Mitry. Le CDG Express est-il (finalement) vraiment utile?

voyez l'arrêté qui organise l'enquête parcellaire

Après Tremblay, c’est au tour de sa voisine Mitry-Mory (77) de faire l’objet d’un enquête parcellaire sur les terrains concernés  par le tracé du futur CDG Express.  Mais si Tremblay reste discrète sur ce vieux  projet, la municipalité (PCF) de Mitry est vent debout contre, depuis longtemps (au passage, et pour le fun, la commissaire enquêtrice pour Tremblay est une … militante communiste, ancienne adjointe au maire à Noisy-le-Grand)  . Voyez ici le Mémoire que la ville avait déposé lors de la dernière enquête publique (2016).

Ce que j’ignorais :

C’est la fréquence importante des RER directs Gare du Nord CDG et CDG Gare du Nord. C’est un de mes honorables correspondants (qui suit ce dossier, dans le détail, je peux vous l’assurer, depuis le début), qui me l’a appris récemment. Pour un prix de 10,30 € (contre 24 prévus pour CDG Express).  Du coup je lui ai demandé de me faire un mot sur l’état actuel du dossier.  Très instructif, le voici (non dénué d’humour) :

CDG Roissymail express (c’est son titre !)

Après celle de Tremblay-en-France, l’enquête parcellaire de Mitry-Mory sur le projet CDG Express s’avère explosive compte tenu de l’opposition farouche de la mairie  à ce « transport de riches » qui se ferait au détriment du RER B.  Le passage en plein champs des navettes ne sera pas une partie de campagne car 5 ouvrages d’art ponctueront la plate-forme ferroviaire sur le territoire de Mitry  :  où rouleront les navettes : 3 ponts-rails pour franchir le chemin communal n° 2, la RN 2 et la D9, un pont route à rallonger, celui de la D 84, et l’ouvrage de débranchement de la ligne nouvelle depuis la ligne K avec peut-être en supplément quelques gazoducs souterrains à déplacer. Bref un chantier titanesque, dispersé, avec des routes à tracer pour les engins de chantier, tout ça pour une ligne nouvelle que ne sera circulée que par 4 trains à l’heure et par sens…

Le CDG express sera-t-il prêt pour les JO de 2024 ? On peut en douter puisque deux recours en annulation de la DUP complémentaire du 31 mars 2017 (celle relative à la gouvernance et au financement du projet) ont été déposés au conseil d’Etat et il serait déraisonnable de ne pas attendre le prononcé des arrêts avant de commencer les expropriations. Celles-ci prennent du temps et risquent de ne pas aboutir avant la date fatidique du 18 décembre 2018 au-delà de laquelle cette DUP principale sera caduque et imposera le vote d’une nouvelle loi pour son renouvellement avec les aléas inhérents à la procédure législative.

Elus du 77 et du 93 sont réservés, voire hostiles au CDG Express et l’Etat, maître d’ouvrage du projet en attendant que le consortium chargé de réaliser le projet voit le jour, a intérêt à ne pas hérisser le poil de ceux du 93 en leur imposant un train dont ils ne veulent pas car ils seront les partenaires incontournables des JO et que la Seine-Saint-Denis en sera le cœur avec le village des athlètes, celui des médias, le stade de France et le grand bain olympique de La Plaine Saulnier.

Le véritable enjeu ne consisterait-il pas à renforcer le RER B qui offre de nombreux trains directs entre gare du nord et Roissy CDG ? Qu’on en juge : il y des RER directs dans les deux sens, tous les ¼ d’heure, pour un trajet qui dure 30 mn (contre 20mn pour le projet CDG Express) : Du lundi au vendredi  train au 1/4 h GDN/Roissy  :  de 9 h 57 à 16 h 39   et de 20 h 57 à 22 h 42      – Roissy /GDN   : de 8 h 53 à 15 h 51 et de 20 h 06 à 22 h 36. Samedi,dimanche et fêtes train au 1/4 h GDN/Roissy :   de 5 h 42 à 22 h 42   –      Roissy/GDN  :   de 6 h 06 à 22 h 50

Lors de l’enquête publique, plusieurs personnes ont indiqué que les trains directs roulaient à moitié vides.

La vraie question à se poser donc est de savoir pourquoi les voyageurs aériens boudent les directs du RER B ?  RoissyMail est disposé à organiser une table ronde sur le sujet afin d’aider le CDG Express à voir le bout du tunnel !

Y’ a de quoi se poser des questions …

Je reprends la main. Et le débat est ouvert sur ce vieux dossier, plein de zones d’ombres.  Voyez les arguments côté CDG Express en cliquant ci-dessous.  EV

Partagez cet article

ligne 17 : réponse hypocrite à une question hypocrite

cliquez pour voir le film de la Société du Paris sur la ligne 17

Le 24 octobre dernier, le député (LAREM) de Seine-et-Marne Rodrigue Kokuendo avait posé une question écrite au ministre “de la cohésion des territoires (ça ne s’invente pas…) sur le devenir de la ligne 17. J’avais vu passer cette question et je n’ai pas senti le besoin d’en parler ici. Pourquoi? Parce c’est question vague, mais surtout hypocrite car elle ne pose la question du respect des délais (2024 et 2030). Ça ne risquait pas d’embêter le gouvernement car de la manière  dont  elle posée,  elle permettait une réponse sans risque, du genre “on va faire la ligne 17”, mais sans parler de délais . Eh bien c’est qui c’est passé. Dans sa réponse parue le 9 janvier, le ministre termine ainsi : À ce titre, la ligne 17 est la parfaite illustration d’un nouveau transport en commun, solution alternative à la voiture, qui offrira de nouvelles possibilités de déplacements en particulier aux habitants de la Seine-et-Marne. L’engagement du Gouvernement à maintenir le projet GPE dans son intégralité malgré les difficultés techniques et financières démontre son engagement pour les transports du quotidien et pour favoriser l’égalité des territoires.

Bien sûr, il ne parle pas de délais. Et pour cause, la décision n’est toujours pas prise en haut lieu. Gageons, ce qu’à dieu ne plaise, que si le gouvernement décide de ne pas faire la ligne 17 dans son entier, il dira qu’elle sera faite, mais… plus tard.  Voyez la question et la réponse ici. EV

PS: et, comme par hasard, l‘Autorité Environnementale vient d’en remettre une couche. Après avoir rendu un avis défavorable sur le Triangle de Gonesse (en fait contre Europa City) sur le tronçon nord de la ligne 17 elle vient, dans un communiqué du 11 janvier (à voir ici, en bas) en demandant une nouvelle actualisation de l’étude d’impact de la ligne 17, actualisation sur laquelle ladite “Autorité” entend bien donner son “avis”. Avis dont on se doute bien du contenu… Si le gouvernement décidait de “reculer” le tronçon Nord, il pourrait bien prendre appui sur ça. Ça me parait cousu de fil blanc.

Partagez cet article

Ligne 17 : mobilisation tous azimuts

voyez la lettre ouverte au président de la République

On est toujours dans l’incertitude sur le “report” ou non de certaines lignes du futur métro Grand Paris Express (GPE) et singulièrement des lignes 16 et 17, qui concernent directement le Grand Roissy. A priori, L’association “Entreprendre à Tremblay” a récemment publié une lettre ouverte au Président de la République lui demandant “instamment” de maintenir la ligne 17 dans les délais prévus (2024).

Dans une interview au journal l’Opinion du  5 décembre, Nicolas Sarkozy, initiateur du projet Grand Paris, revient sur la question et conteste notamment la thèse qui court en ce moment, selon laquelle le surcout annoncé du GPE plomberait les comptes de la France en vue de la réduction du déficit à 3% du PIB (il a raison : il s’agit d’un investissement! ).

Et en même temps” (selon l’excellente formule des vrais journalistes de BFM TV), l’Etat souhaite maintenir dans le budget 2018 un” prêt” (une astuce, certainement, des as de Bercy, pour que ça ne tombe pas dans le déficit…) de 1.7 milliard pour financer la société qui va construire le CDG Express.

Au  sénat, le sénateur du Val d’Oise Arnaud Bazin a enfoncé le clou en faisant voter à nouveau un amendement supprimant cette disposition: voyez le communiqué ici (avec une belle coquille…) et surtout, surtout, (merci à Yohann Ettoré de l’avoir postée sur son FB) son intervention ci-dessous au Sénat : tout est dit et bien dit. EV

voir l'intervention d'Arnaud Bazin
Partagez cet article

Les élus n’ont pas voté le bugdet de la Société du Grand Paris

La Société du Grand Paris a voté le 1er décembre son budget 2018. Mais c’est un budget forcément provisoire vu les incertitudes qui pèsent sur certaines lignes (notamment la 17). Les élus membres du Conseil de Surveillance,(9 au total, de droite comme de gauche, dont les présidents des Conseils départementaux) ne l’ont pas voté, pour protester contre ces incertitudes qui durent depuis un bon moment (le président Macron devrait rendre son arbitrage en janvier). Le budget a néanmoins été voté, les représentants de L’État (11) étant majoritaires.  Voyez le communiqué  des élus ici. A suivre donc… EV

Partagez cet article

Lignes 16 et 17 : la mobilisation continue !

Page de "pub" publiée dans Le Parisien (et dans le Monde) d'avant-hier (et on sait qui l'a payée celle-là)

Tant que les incertitudes sur la réalisation dans les délais (2024) des lignes 16 et 17 du métro Grand Paris Express continueront, la mobilisation suivra. Ce jour, les élus concernés sont devant les gares pour sensibiliser les usagers et faire signer la pétition qui sera adressée au Président de la République (elle est ici, faites-le? ). Bravo à eux ! Voyez le communiqué . EV

Partagez cet article

Jean-Pierre Blazy déplore le financement du CDG Express par l’Etat

voyez l'animation du groupe ADP

En ces temps de menaces sur la ligne 17 du Grand Paris Express, Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse a vivement réagit à l’annonce, suite à un vote de l’Assemblé nationale du financement ( par un prêt de l’État d’1.7 milliard) du CDG Express (vieux projet qui date de 2002), qui doit relier directement CDG à à la gare de l’Est en 2023.  Voyez la réaction de J-P Blazy ici. EV

Partagez cet article

Ligne 17 : la ministre des Transports va-t-elle vraiment recevoir les élus?

cliquez pour écouter Patrick Renaud lisant la lettre de Matignon . video tournée par CARPR, R. Tamburrino

Il y avait donc, le 25 octobre, un nouveau rassemblement d’élus devant l’hôtel de Matignon pour le maintien, dans les délais, des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express. Un peu moins de monde que la fois d’avant, mais ils étaient là, notamment Yves Albarello, maire de Claye-Souilly et Alain Aubry, maire du Mesnil-Amelot qui, empêchés, n’avaient pu venir au premier rassemblement.

Ilham Moustachir (adjointe au maire de Gonesse) interviewée par BFM Paris. Derrière le journaliste on aperçoit François Pupponi, député du Val d'Oise, ancien maire de Sarcelles

Motif de satisfaction cette fois : le chef de cabinet du Premier Ministre a répondu à la demande d’audience des élus. Dans une lettre reçue le matin même à la CA Roissy Pays de France, lue (voir la vidéo) par Patrick Renaud aux élus, on a apprit que la demande avait “retenu l’attention du Premier ministre”. Et que celui-ci avait transmis la demande de rendez-vous à Elisabeth Borne, ministre des Transports. Qui devrait donc fixer une date. Et bien à ce jour aucune nouvelle du cabinet de la ministre! Et ça ne sera pas pour cette semaine non plus, vu son agenda à 8 jours…

C’est décourageant.EV

Et cette fois les éluEs ont pu tenir la banderolle !

Partagez cet article

Roissy Pays de France prend en charge une partie de frais de transport scolaires

cliquez pour voir le mot du président Renaud

Lors de sa séance du 18 mai, le Conseil communautaire de la CA Roissy Pays de France (95/77) avait voté, à l’unanimité, le principe d’une prise en charge partielle des frais de transports scolaires pour l’année  2017/2018 (collégiens, étudiants, pré-apprentis) pour les 42 communes que compte la Communauté. Une campagne de communication est donc lancée pour informer les familles voyez le communiqué ici et aussi le Flash Info spécial en cours de distribution dans les boites aux lettres et qui explique la marche à suivre. Cela concerne la carte Imagin’Air et celle des lignes de bus régulières. Pour une première inscription, il faut retirer un dossier dans sa mairie. Voir aussi toutes les explications sur cette page de la CA.

Partagez cet article

Picardie-Roissy : c’est reparti ! La Région Hauts de France a voté sa part de financement

voir l'annonce du Conseil régional des Hauts de France

Je veux également insister sur la dimension importante que jouent les transports dans le contrat que nous venons de signer. L’accessibilité de votre agglomération dans cette nouvelle grande région est plus que jamais une condition de son développement. J’ai tenu à rendre irréversible la réalisation si longtemps attendue de la liaison ferroviaire qui reliera votre territoire à la plateforme aéroportuaire de Roissy. Grâce à cette nouvelle ligne les principaux pôles d’emplois picards et franciliens entreront en communication et de nouvelles activités pourront se développer autour des savoir-faire industriel et du tourisme d’affaires notamment. Je tenais beaucoup à ce que ce barreau fût fait. Il est déterminant pour le désenclavement d’Amiens, ilest fondamental pour le développement économique de la région et je n’ai absolument rien à retirer, au contraire, j’ai tout à conforter de ce qui vient d’être dit à l’instant par les élus régionaux et locaux qui viennent de s’exprimer. Notre soutien est total.
C’est la raison pour laquelle l’État financera ce projet de plus de 300 millions d’euros à hauteur de 51,5 % aux côtés de la région des Hauts-de-Seine, des collectivités de la Somme, de l’Oise et de SNCF RÉSEAU. Le protocole d’intention que nous nous apprêtons à signer permettra que l’enquête publique ait lieu l’hiver prochain et que les travaux soient lancés en 2020 en vue d’une mise en service de cette nouvelle liaison en 2024. Voilà très précisément pour le calendrier et pour le chiffre.

C’est ce qu’ a annoncé, le 16 mars dernier, le Premier ministre, lors de son déplacement à Amiens. Les choses sont claires !

La région Hauts de France est très contente : elle a, le 30 mars, voté 105.6 millions pour sa part (plus du tiers du montant global) pour ce vieux projet,  jusqu’ici en stand by, de liaison ferroviaire “Picardie Roissy”, qui permettra aux trains (TGV et TER) de l’ancienne Picardie de rejoindre directement le réseau des lignes à grande vitesse en arrivant à la gare de Roissy CDG. Cela passe par la construction du fameux “barreau picard” : 6 km de voies nouvelles entre Louvres (95) et CDG, qui avait fait, à l’époque, hurler les élus locaux du Val d’Oise et ceux de la CA Roissy Porte de France en particulier le barreau passe sur son territoire). Mais cette fois, à ce jour, il n’y a pas eu de réactions officielles. EV

cliquez pour voir l'annonce du conseil régional
Partagez cet article

La ligne 17 du Grand Paris Express déclarée d’Utilité Publique. J-P Blazy ne croit plus trop au “barreau de Gonesse”

cliquez pour voir les détails de la ligne, sur le site de la Société du Grand Paris

C’est une bonne nouvelle pour le Grand Roissy-Le Bourget : un décret paru au JO le 14 février a déclaré d’utilité publique la ligne 17 nord (6 gares de Le Bourget RER au  Mesnil-Amelot) du futur métro automatique. Le tronçon Le Bourget RER/ CDG T2 devrait être mis en service en 2024, et il faudra attendre 2030 pour atteindre Le Mesnil-Amelot.

Dans un communiqué (à voir ici) Jean-Pierre Blazy, député, maire de Gonesse s’est franchement réjouit de cette avancée, qui conforte les projets immobilier du Triangle de Gonesse et notamment Europa City. En revanche, et là c’est nouveau de sa part, il évoque, à la fin de son communiqué le  projet de “barreau ferré de Gonesse” en disant:

Je me félicite d’autant plus de la publication de ce décret que nous attendons toujours (avec de plus en plus l’idée que le projet ne se fera pas) la réalisation du barreau RER reliant les lignes B et D – projet complémentaire à la ligne 17.

Marrant… EV

Partagez cet article

Un plan Michelin du Grand Paris Express !

Surprise courant janvier quand j’ai reçu des vœux de la Société du Grand Paris (SGP) : y était joint un vrai plan Michelin du futur métro automatique ! Drôle d’impression, c’est comme si tout ça était fait…  Je vais le garder car ça sera sûrement un collector …

Bonne occasion pour signaler, actuellement sur le site de la SGP (très bien fait par ailleurs) une carte interactive du futur réseau où l’on peut bien voir les lignes, les gares et même simuler un voyage… Voyez ça en cliquant sur la foto en bas. EV



Partagez cet article

Le BHNS (ligne 20) a été inauguré samedi. Blazy interpelle V. Pécresse sur le barreau ferré

Le fameux BNHS (le superbus, revoir ici) a été inauguré samedi dernier, en grandes pompes, en présence de nombreux maires, d’Anthony Arciero, conseiller départemental, de Patrick Renaud, président de la CA Roissy Pays de France, du député-maire de Gonesse, JP-Blazy et d’Arnaud Bazin, président du Conseil départemental 95. Le super bus offre aux habitants de l’Est du Val d’Oise une ligne dédiée (30 mn maxi)entre la gare RER D de Villiers-le-Bel/Gonesse/Arnouville et celle du RER Parc des Expositions. Il facilite incontestablement les déplacements. 7000 personnes devraient l’emprunter.

Jean-Pierre Blazy  a profité de l’évènement pour rappeler à Valérie Pécresse (absente ce jour-là), présidente de la Région Ile-de France ses promesses de campagne à propos du vieux projet de “barreau ferré de Gonesse” qui doit normalement faire la liaison entre RER D et RER B (le super-bus étant sa préfiguration. Valérie Pécresse avait effectivement promis le barreau ferré pour 2020. Depuis, plus de déclarations à ce sujet, lui reproche le député. Il a publié un tract pour lui rappeler sa promesse.

voir le reportage de BFM Paris (où l'on voit notamment Anthony Arciero)

Bon, on sait ce que j’en pense (revoir notamment ici). Le barreau ferré (qui couterait au moins 300 millions pour quelques 7 km) est un serpent de mer depuis des années. Peu importe d’ailleurs les majorités au conseil régional. Je me souviens bien d’une réunion publique en présence de Jean-François Placé, alors vice-président (EELV)du Conseil régional en charge des transports. Celui-ci avait clairement fait comprendre que le barreau n’était pas une priorité. Jean-Pierre Blazy doit s’en souvenir…  EV (merci au CD 95 et à Philippe Vielliard pour les fotos).

voir le tract

Partagez cet article

Le ministre dément le report de la ligne Roissy Picardie

La vraie presse se faisait l’écho, voici une dizaine de jours, d’un report à 2030 de la ligne Roissy Picardie qui doit permettre l’arrivée directe des TGV d’Amiens à Roissy. 2030 pouvait-on lire un peu partout. Le secrétaire d’Etat aux transports, Alain Vidalies a démenti ce report. C’est à lire ici. EV

Partagez cet article

Le BHNS en fonction le 14 novembre

Après des années d’attente, 18 mois de travaux, 35.5 millions d’euros, le fameux “BHNS” (Bus à Haut Niveau de Service) va enfin être opérationnel le 14 novembre. Il relie la gare RER  D de Gonesse à celle de Villepinte Par d’Exposition (RER B), soit 10 km. 7200 usagers par jour sont attendus. Cliquez sur l’affiche en haut pour voir le dossier BHNS sur le site  Conseil départemental du Val d’Oise : il y a tout. EV

Partagez cet article