Deux ou trois choses que je sais de la SNCF

S’il est un endroit où le transport de personnes par le train est indispensable, pour aller travailler, c’est bien le Grand Roissy.  Beaucoup de travailleurs prennent le train pour se rendre soit à CDG, soit à Paris Nord 2, mais aussi dans les multiples zones d’activités de la région. Dans l’autre sens, beaucoup le prennent aussi pour aller travailler à Paris et dans toute la région parisienne.

Je veux redire ici que, depuis des années, c’est une vraie galère que subissent ces voyageurs sur les lignes B et D du RER . Retards incessants, grèves intempestives sans explications (surtout sur le RER B, même si ça c’est un peu calmé depuis un moment), insécurité, saleté des wagons …  J’ai eu, au fil du temps, des témoignages multiples d’usagers à ces sujets. J’habite Paris depuis longtemps et, heureusement, je vais toujours à “Roissy”en voiture.  J’ai néanmoins, une fois, pris le RER D, à Louvres, pour me rendre à une réunion au siège de l’EPA Plaine de France, en 2006 de mémoire. C’était un après-midi. L’aller s’était plutôt bien passé, mais le retour fut épique ! Les trains ne s’arrêtaient pas, pas d’infos sur les tableaux. J’avise un voyageur, et on parle. Sympa. Ce type était carrément blasé. Habitué à tous ces dysfonctionnements, depuis des années, il m’a raconté un peu, sans colère et sur un ton monocorde, sa galère quotidienne depuis des années, sur le même parcours. Effarant… Et, toujours sur le RER D, je vois régulièrement Cédric Sabouret, conseiller départemental (PS) du Val d’Oise, livrer sur son FB ses impressions sur les retards (il habite Gonesse et se rend à Paris pour son travail, au Sénat, tous les jours).

Sur le RER B, un plan, voici quelques années nommé “RER B nord plus”, destiné à améliorer la situation, a été engagé. Pas moyen de savoir ce qui a été fait, le site web qui lui était consacré n’existe plus. Même Marianne Margaté, conseillère départementale (PCF), 1ere adjointe au maire de Mitry-Mory, grande Pasionaria des transports en commun, pourfendeuse active du CDG Express, n’a pas pu m’en  dire plus.

Et puis est arrivée, dernièrement, cette incroyable “grève perlée” de la SNCF. Mais deux ou trois choses avant de dire ce que j’en pense.

Les trains qui arrivent à l’heure

J’ai connu la grande époque où la France était citée en exemple pour ses “trains qui arrivent à l’heure”. Et connu à l’époque pas mal de cheminots conducteurs de trains, qui m’expliquaient quel plaisir ils prenaient à faire en sorte que le train arrive à la seconde près. Étudiant, je fais Bar-le-Duc / Nancy plusieurs fois par semaine, jamais un problème. Puis, en 78/79 j’étais surveillant au lycée de Bar-le-Duc (eh oui ,j’ai toujours travaillé étant étudiant, même lycéen les week-end et je ne m’en suis jamais mal porté) et j’étudiais (à Tolbiac (!), qui avait déjà été occupée pas les “autonomes”, qui furent expulsés par les CRS)  cette année là, et résidais à Paris. J’y allais en train, une fois par semaine, et même en 1ere classe, grâce à un abonnement étudiant particulièrement avantageux. Jamais un problème, les trains étaient toujours à l’heure, à la seconde près.

Quelques années après, j’avais fait le voyage en train avec ma femme et mon fils, tout petit alors. Au retour, en gare de Bar-le-Duc, le train ne démarre pas, ça dure. Étonnement. Je descends et apprends que le train est bloqué sur la voie par des manifestants. Je vais voir et j’aperçois (ils étaient 4 ou 5) un de mes camarades (j’étais encore au PCF…). Il m’explique que c’est par “solidarité” avec les travailleurs d’une usine du coin menacée de fermeture (elle ne le fut pas). J’étais furax et je lui ai dit ce que j’en pensais. On a pu partir, finalement,  avec au moins 45 minutes de retard.

Une autre année, je pars seul en train vers Bar-le-Duc. Gare de l’Est donc. Et là, je vois qu’à chaque entrée de wagon est posté un contrôleur pour vérifier les tickets. J’y croyais pas. Un contrôleur m’explique : il y a tellement de fraude (une amende n’est jamais payée et à l’époque on ne demandait pas les papiers d’identité), qu’on fait de temps en temps ce type d’opération. Mon dieu !

Je commençais à comprendre pourquoi on ne voyait plus d’auto-stoppeurs sur les routes (je fus moi-même un grand auto-stoppeur).

Plus récemment, sur la ligne Rouen Paris. Le fils de ma femme est étudiant à Rouen, dans une école d’ingénieur. Il venait une fois par mois en week-end chez nous, à Paris. A chaque fois le grand bazar ! Changements d’itinéraires, retards… Du coup il s’est mis à prendre les bus “Macron”, dont une compagnie (Ouibus de mémoire) affrétée par … la SNCF, comprenne qui pourra. Vu pendant ce temps à la télé le ras-le-bol des usagers de cette ligne (beaucoup habitent Rouen et travaillent à Paris: c’est 100 km, pas l’Orient Express!)  protester massivement en refusant de montrer leur titre de transport. Et ils ont eu raison.  100 km !!!

Contre ce type de grève

Je le dis tout net, cette grève “perlée” est proprement scandaleuse. En fait elle ne touche, elle n’embête que les plus pauvres; qui n’ont pas besoin de ça. Les autres n’en ont rien à faire. J’assimile ça à de la prise d’otage, même si, de nos jours, ce mot est inapproprié. Je ne remets pas du tout en cause le droit de grève. Mais les travailleurs d’une usine de conserves de petits pois en grève, ça embête leur patron, mais pas les consommateurs, qui trouveront toujours d’autres boites de petits pois… Et  rappelons que les militaires, les policiers, les personnels de santé n’ont pas le droit de grève (ces derniers étant systématiquement réquisitionnés). Imagine-t-on les gardiens de prison ne fermant plus les portes des cellules?

Mais cette “grève” des cheminots c’est autre chose. D’abord la SNCF est en quasi monopole. Et les gens se déplacent de plus en plus en train. Il faudrait trouver d’autres moyens “d’action”. Rappelons nous, il n’y a pas si longtemps, quand il y avait gréve à EDF (alors en situation de monopole de distribution), il y avait des coupures de courant. Il n’y en a plus. On peut imaginer qu’un autre système de résolution des conflits a  dû être mis en place. Et ça marche.

Idem pour la RATP. Il n’y a plus de grève dans le métro parisien (et dieu sait s’il y en a eu!). Et pourtant il tourne…

A ce propos, un élu de grand Roissy me confiait, voici quelques années, la chose suivante. Il était employé RATP, mais pas conducteur. Et il a fait conducteur pendant 1 an, ce qui lui a permis de prendre sa retraite à…50 ans.

Un dernier mot sur le fret ferroviaire. Beaucoup croisent ou suivent des semi-remorques, (nombreux sur l’A3) qui font le trajet “Hollande-Méditéranée” (en fait vers Espagne-Portugal). La plupart ne font aucune escale et toutes ces marchandises sont transportables par le train, avec tous les avantages (prix, pollutions, accidents) liés. Beaucoup (dont Francis Roll-Tanguy) ont essayé, au niveau de l’Etat, de réformer le secteur ferroviaire de la SNCF afin de le favoriser. Tous se sont heurtés au Niet des syndicats de cheminots.  EV

Partagez cet article

Apres Tremblay, c’est le tour de Mitry. Le CDG Express est-il (finalement) vraiment utile?

voyez l'arrêté qui organise l'enquête parcellaire

Après Tremblay, c’est au tour de sa voisine Mitry-Mory (77) de faire l’objet d’un enquête parcellaire sur les terrains concernés  par le tracé du futur CDG Express.  Mais si Tremblay reste discrète sur ce vieux  projet, la municipalité (PCF) de Mitry est vent debout contre, depuis longtemps (au passage, et pour le fun, la commissaire enquêtrice pour Tremblay est une … militante communiste, ancienne adjointe au maire à Noisy-le-Grand)  . Voyez ici le Mémoire que la ville avait déposé lors de la dernière enquête publique (2016).

Ce que j’ignorais :

C’est la fréquence importante des RER directs Gare du Nord CDG et CDG Gare du Nord. C’est un de mes honorables correspondants (qui suit ce dossier, dans le détail, je peux vous l’assurer, depuis le début), qui me l’a appris récemment. Pour un prix de 10,30 € (contre 24 prévus pour CDG Express).  Du coup je lui ai demandé de me faire un mot sur l’état actuel du dossier.  Très instructif, le voici (non dénué d’humour) :

CDG Roissymail express (c’est son titre !)

Après celle de Tremblay-en-France, l’enquête parcellaire de Mitry-Mory sur le projet CDG Express s’avère explosive compte tenu de l’opposition farouche de la mairie  à ce « transport de riches » qui se ferait au détriment du RER B.  Le passage en plein champs des navettes ne sera pas une partie de campagne car 5 ouvrages d’art ponctueront la plate-forme ferroviaire sur le territoire de Mitry  :  où rouleront les navettes : 3 ponts-rails pour franchir le chemin communal n° 2, la RN 2 et la D9, un pont route à rallonger, celui de la D 84, et l’ouvrage de débranchement de la ligne nouvelle depuis la ligne K avec peut-être en supplément quelques gazoducs souterrains à déplacer. Bref un chantier titanesque, dispersé, avec des routes à tracer pour les engins de chantier, tout ça pour une ligne nouvelle que ne sera circulée que par 4 trains à l’heure et par sens…

Le CDG express sera-t-il prêt pour les JO de 2024 ? On peut en douter puisque deux recours en annulation de la DUP complémentaire du 31 mars 2017 (celle relative à la gouvernance et au financement du projet) ont été déposés au conseil d’Etat et il serait déraisonnable de ne pas attendre le prononcé des arrêts avant de commencer les expropriations. Celles-ci prennent du temps et risquent de ne pas aboutir avant la date fatidique du 18 décembre 2018 au-delà de laquelle cette DUP principale sera caduque et imposera le vote d’une nouvelle loi pour son renouvellement avec les aléas inhérents à la procédure législative.

Elus du 77 et du 93 sont réservés, voire hostiles au CDG Express et l’Etat, maître d’ouvrage du projet en attendant que le consortium chargé de réaliser le projet voit le jour, a intérêt à ne pas hérisser le poil de ceux du 93 en leur imposant un train dont ils ne veulent pas car ils seront les partenaires incontournables des JO et que la Seine-Saint-Denis en sera le cœur avec le village des athlètes, celui des médias, le stade de France et le grand bain olympique de La Plaine Saulnier.

Le véritable enjeu ne consisterait-il pas à renforcer le RER B qui offre de nombreux trains directs entre gare du nord et Roissy CDG ? Qu’on en juge : il y des RER directs dans les deux sens, tous les ¼ d’heure, pour un trajet qui dure 30 mn (contre 20mn pour le projet CDG Express) : Du lundi au vendredi  train au 1/4 h GDN/Roissy  :  de 9 h 57 à 16 h 39   et de 20 h 57 à 22 h 42      – Roissy /GDN   : de 8 h 53 à 15 h 51 et de 20 h 06 à 22 h 36. Samedi,dimanche et fêtes train au 1/4 h GDN/Roissy :   de 5 h 42 à 22 h 42   –      Roissy/GDN  :   de 6 h 06 à 22 h 50

Lors de l’enquête publique, plusieurs personnes ont indiqué que les trains directs roulaient à moitié vides.

La vraie question à se poser donc est de savoir pourquoi les voyageurs aériens boudent les directs du RER B ?  RoissyMail est disposé à organiser une table ronde sur le sujet afin d’aider le CDG Express à voir le bout du tunnel !

Y’ a de quoi se poser des questions …

Je reprends la main. Et le débat est ouvert sur ce vieux dossier, plein de zones d’ombres.  Voyez les arguments côté CDG Express en cliquant ci-dessous.  EV

Partagez cet article

ligne 17 : réponse hypocrite à une question hypocrite

cliquez pour voir le film de la Société du Paris sur la ligne 17

Le 24 octobre dernier, le député (LAREM) de Seine-et-Marne Rodrigue Kokuendo avait posé une question écrite au ministre “de la cohésion des territoires (ça ne s’invente pas…) sur le devenir de la ligne 17. J’avais vu passer cette question et je n’ai pas senti le besoin d’en parler ici. Pourquoi? Parce c’est question vague, mais surtout hypocrite car elle ne pose la question du respect des délais (2024 et 2030). Ça ne risquait pas d’embêter le gouvernement car de la manière  dont  elle posée,  elle permettait une réponse sans risque, du genre “on va faire la ligne 17”, mais sans parler de délais . Eh bien c’est qui c’est passé. Dans sa réponse parue le 9 janvier, le ministre termine ainsi : À ce titre, la ligne 17 est la parfaite illustration d’un nouveau transport en commun, solution alternative à la voiture, qui offrira de nouvelles possibilités de déplacements en particulier aux habitants de la Seine-et-Marne. L’engagement du Gouvernement à maintenir le projet GPE dans son intégralité malgré les difficultés techniques et financières démontre son engagement pour les transports du quotidien et pour favoriser l’égalité des territoires.

Bien sûr, il ne parle pas de délais. Et pour cause, la décision n’est toujours pas prise en haut lieu. Gageons, ce qu’à dieu ne plaise, que si le gouvernement décide de ne pas faire la ligne 17 dans son entier, il dira qu’elle sera faite, mais… plus tard.  Voyez la question et la réponse ici. EV

PS: et, comme par hasard, l‘Autorité Environnementale vient d’en remettre une couche. Après avoir rendu un avis défavorable sur le Triangle de Gonesse (en fait contre Europa City) sur le tronçon nord de la ligne 17 elle vient, dans un communiqué du 11 janvier (à voir ici, en bas) en demandant une nouvelle actualisation de l’étude d’impact de la ligne 17, actualisation sur laquelle ladite “Autorité” entend bien donner son “avis”. Avis dont on se doute bien du contenu… Si le gouvernement décidait de “reculer” le tronçon Nord, il pourrait bien prendre appui sur ça. Ça me parait cousu de fil blanc.

Partagez cet article

Ligne 17 : mobilisation tous azimuts

voyez la lettre ouverte au président de la République

On est toujours dans l’incertitude sur le “report” ou non de certaines lignes du futur métro Grand Paris Express (GPE) et singulièrement des lignes 16 et 17, qui concernent directement le Grand Roissy. A priori, L’association “Entreprendre à Tremblay” a récemment publié une lettre ouverte au Président de la République lui demandant “instamment” de maintenir la ligne 17 dans les délais prévus (2024).

Dans une interview au journal l’Opinion du  5 décembre, Nicolas Sarkozy, initiateur du projet Grand Paris, revient sur la question et conteste notamment la thèse qui court en ce moment, selon laquelle le surcout annoncé du GPE plomberait les comptes de la France en vue de la réduction du déficit à 3% du PIB (il a raison : il s’agit d’un investissement! ).

Et en même temps” (selon l’excellente formule des vrais journalistes de BFM TV), l’Etat souhaite maintenir dans le budget 2018 un” prêt” (une astuce, certainement, des as de Bercy, pour que ça ne tombe pas dans le déficit…) de 1.7 milliard pour financer la société qui va construire le CDG Express.

Au  sénat, le sénateur du Val d’Oise Arnaud Bazin a enfoncé le clou en faisant voter à nouveau un amendement supprimant cette disposition: voyez le communiqué ici (avec une belle coquille…) et surtout, surtout, (merci à Yohann Ettoré de l’avoir postée sur son FB) son intervention ci-dessous au Sénat : tout est dit et bien dit. EV

voir l'intervention d'Arnaud Bazin
Partagez cet article

Les élus n’ont pas voté le bugdet de la Société du Grand Paris

La Société du Grand Paris a voté le 1er décembre son budget 2018. Mais c’est un budget forcément provisoire vu les incertitudes qui pèsent sur certaines lignes (notamment la 17). Les élus membres du Conseil de Surveillance,(9 au total, de droite comme de gauche, dont les présidents des Conseils départementaux) ne l’ont pas voté, pour protester contre ces incertitudes qui durent depuis un bon moment (le président Macron devrait rendre son arbitrage en janvier). Le budget a néanmoins été voté, les représentants de L’État (11) étant majoritaires.  Voyez le communiqué  des élus ici. A suivre donc… EV

Partagez cet article

Lignes 16 et 17 : la mobilisation continue !

Page de "pub" publiée dans Le Parisien (et dans le Monde) d'avant-hier (et on sait qui l'a payée celle-là)

Tant que les incertitudes sur la réalisation dans les délais (2024) des lignes 16 et 17 du métro Grand Paris Express continueront, la mobilisation suivra. Ce jour, les élus concernés sont devant les gares pour sensibiliser les usagers et faire signer la pétition qui sera adressée au Président de la République (elle est ici, faites-le? ). Bravo à eux ! Voyez le communiqué . EV

Partagez cet article

Jean-Pierre Blazy déplore le financement du CDG Express par l’Etat

voyez l'animation du groupe ADP

En ces temps de menaces sur la ligne 17 du Grand Paris Express, Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse a vivement réagit à l’annonce, suite à un vote de l’Assemblé nationale du financement ( par un prêt de l’État d’1.7 milliard) du CDG Express (vieux projet qui date de 2002), qui doit relier directement CDG à à la gare de l’Est en 2023.  Voyez la réaction de J-P Blazy ici. EV

Partagez cet article

Ligne 17 : la ministre des Transports va-t-elle vraiment recevoir les élus?

cliquez pour écouter Patrick Renaud lisant la lettre de Matignon . video tournée par CARPR, R. Tamburrino

Il y avait donc, le 25 octobre, un nouveau rassemblement d’élus devant l’hôtel de Matignon pour le maintien, dans les délais, des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express. Un peu moins de monde que la fois d’avant, mais ils étaient là, notamment Yves Albarello, maire de Claye-Souilly et Alain Aubry, maire du Mesnil-Amelot qui, empêchés, n’avaient pu venir au premier rassemblement.

Ilham Moustachir (adjointe au maire de Gonesse) interviewée par BFM Paris. Derrière le journaliste on aperçoit François Pupponi, député du Val d'Oise, ancien maire de Sarcelles

Motif de satisfaction cette fois : le chef de cabinet du Premier Ministre a répondu à la demande d’audience des élus. Dans une lettre reçue le matin même à la CA Roissy Pays de France, lue (voir la vidéo) par Patrick Renaud aux élus, on a apprit que la demande avait “retenu l’attention du Premier ministre”. Et que celui-ci avait transmis la demande de rendez-vous à Elisabeth Borne, ministre des Transports. Qui devrait donc fixer une date. Et bien à ce jour aucune nouvelle du cabinet de la ministre! Et ça ne sera pas pour cette semaine non plus, vu son agenda à 8 jours…

C’est décourageant.EV

Et cette fois les éluEs ont pu tenir la banderolle !

Partagez cet article