Réunion sympathique à Epiais-lès-Louvres, après les élections départementales

de dos, Nicole, à sa gauche (dommage on les voit pas) les suppléants du canton de Goussainville (M. X, (j'oublie toujours son nom,) et Edwina Malika, puis Anthony Arciero, Clément Gouveia, Guy Messager, Djida Techtach, Cédric Sabouret, André Toulouse, Didier Vaillant, Bernard Corneille et Isabelle Rusin.

Rappelez-vous les élections départementales. D’habitude (je me trompe rarement) je fais des pronostics sur les résultats, là où je connais bien la situation. Mais cette fois, je n’en ai fait aucun, tellement les variantes (abstention, FN, etc.) étaient imprévisibles.

J’avais néanmoins dit, pour trois cantons que je connais plutôt bien (Goussainville, Villers-le-Bel, Mitry-Mory) pour qui je voterais (comme je le fais depuis longtemps, et ce n’est jamais un acte “militant”, plutôt un témoignage). Pour les trois, rien n’était évident. Aucun des binômes (avec leurs remplaçants) ne faisaient eux même de pronostics, tant pour le premier que pour le deuxième tour.

Et bien j’ai “gagné” dans les trois cantons (UMP/SE-PS-DVG/PCF) !

Du coup, j’ai eu l’idée de proposer une réunion, rencontre, plutôt sympathique avec les binômes en question, histoire de parler de la campagne, de faire mieux connaissance. Pas d’enjeu politique, pas… d’union sacrée ou quoique ce soit, mais dialogue. Tout de suite, sous réserve de “neutralité”, les trois binômes (qui ont confiance en moi ), me disent OK, et je dois dire plutôt avec enthousiasme, même si cette initiative était peu banale. On arrive à fixer la date au 29 avril, 18h30, à la Maison communale d’Epiais, avec, évidemment, l’accord d’Isabelle Rusin, notre maire, et … nouvelle conseillère départementale.

Chemin faisant, je pense à inviter d’autres élus. Certains députés du secteur (Yves Albarello (UMP77), François Asensi (FG 93), J-P Blazy (PS 95). Et d’autres encore et pas des moindres comme le président (DVD) du Conseil départemental 95,  Arnaud Bazin  et le nouveau président du CD 77 (UMP) de Seine-et-Marne, Jean-Jacques Barbaux. Malheureusement, après contacts pris (je sais faire) pas de réponse franche de ces deux derniers…  Bon, tant pis… J’avais aussi invité les présidents des CA Roissy Porte de France (Patrick Renaud, droite SE),  de la CA Val de France Didier Vaillant (PS) ,mais aussi André Toulouse (droite, maire de Roissy-en-France, Guy Messager (centre, maire honoraire de Louvres), Alain Aubry (droite), maire du Mesnil-Amelot et 1er vice-président de la CC Plaines et Monts de France (77). Dommage, les députés ainsi que Patrick Renaud étaient en vacances et Alain Aubry absent ce jour-là.

J’ai maintenu la rencontre au 29. Tout le monde est venu à l’heure. J’avais prévu des apéritifs, disposé des tables un peu partout pour laisser les gens discuter à leur guise. Ma voisine Nicole était venue me filer un coup de main. Je suis sorti un moment dehors et en rentrant, à ma grande surprise les tables avaient été rassemblées et les premiers arrivés avaient commencé à parler ensemble, ce qui n’était pas prévu, du moins pas sous cette forme. Et c’était mieux comme ça!

Je me suis retrouvé ainsi dans le rôle d’animateur de la discussion, qui fut très intéressante. On a parlé beaucoup des scores du FN, et, finalement, pas beaucoup du projet de fusion des Communautés du 95  et d’une partie de celle de Seine-et-Marne (une autre fois ?). J’ai particulièrement apprécié, avec surprise, l’intervention très sensée de Clément Gouveia “jeune populaire” de 20 ans, ce qui est encourageant. Jusqu’à presque 20H30 ! Tour le monde était content. Comme quoi, le dialogue est possible au-delà des étiquettes … EV

Partagez cet article

Le conseil départemental a élu son éxecutif et ses représentants dans les organismes

la séance, ce matin

Y avait séance ce matin, au conseil départemental (CD) du Val d’Oise (pour rappel on peut suivre facilement ou revoir les séances sur le site du Conseil). Séance exclusivement destinée à la désignation des vice-présidents, des membres des commissions, et des représentants du CD dans les divers (et nombreux !) organismes communaux, départementaux et régionaux.

la traditionnelle foto de famille, prise ce matin devant l'hôtel du département

Vous trouverez la liste des premiers ici. A noter, comme nous vous l’avions révélé la semaine dernière, que c’est Philippe Sueur, maire d’Enghien-lès-Bains qui est le premier vice-président du CD, en charge du développement économique, de l’emploi et des NTIC.  Il sera donc président du CEEVO, le bras armé du département en matière d’action économique.  Place a été faite aux nouveaux (et jeunes) conseillers avec par exemple la désignation comme conseillers délégués d’Antony Arciero (emploi), et de sa binôme Isabelle Rusin, qui elle présidera la commission”appels d’offres”, c’ est un poste important. EV

Partagez cet article

Les exécutifs des nouveaux conseils départementaux ont été élus hier

Mes conseillers préférés: Isabelle Rusin et Anthony Arciero (canton de Goussainville), nouveaux chevaliers de la Table ronde du Val d'Oise, hier, pour leur première séance

Dans toute la France les nouveaux conseils départementaux (CD) se sont réunis hier pour désigner leurs exécutifs.

Dans l’Oise (passé à droite), c’est Édouard Courtial qui a été élu président et c’est Frans Desmedt qui est vice-président (VP) en charge du développement économique et de l’aménagement du territoire. Retrouvez les autres vice présidents et la video de la séance sur Oise.fr.

Le nouvel exécutif de Seine-Saint-Denis, autour de Stéphane Troussel (foto CD)

En Seine-Saint Denis, Stéphane Troussel (PS) a été réélu président et Nadége Grosbois est VP en charge de l’emploi et de l’économie. Voir tout sur le site du CD.

M.Barbaux, nouveau président de Seine-et-Marne

En Seine-et-Marne (passée à droite), c’est Jean-Jacques Barbaux (canton de Fontenay-Tresigny) qui a été élu président. Et c’est Arnaud de Belenet (canton de Serris) qui est VP en charge de l’économie.

Dans le Val d’Oise, sans surprise c’est Arnaud Bazin (DVD) qui a été réélu président. L’opposition socialiste (10 sur 32 élus), présidée désormais par  M. Muller (avec Cédric Sabouret comme vice-président), maire de Magny-en-Vexin, canton de Vauréal, n’a pas présenté de candidat et n’a pas pris part au vote.  Douze vice-présidents (parité H/F) ont été élus (voir ici) mais  , contrairement aux autres départements, les délégations n’ont pas encore été données. Mais de bonne source on a appris que  Philipppe Sueur, maire d’Enghien-lès-Bains, sera en charge du développement économique.

Par ailleurs, et ce n’est pas banal, la Commission permanente compte désormais… tous les conseillers!

Voyez ici la vidéo de la séance où le président Bazin a fait un discours aussi triomphal que musclé…  Et les reportages de VO News et du Parisien (où l’on voit Anthony Arciero s’exprimer) ci-dessous. EV

Partagez cet article

2eme tour: grande vague bleue dans le 77, l’UVO confortée en Val d’Oise, le 93 reste en rose. L’Oise passe à droite (avec 2 FN)

Les quatre gagnants du canton de Goussainville, hier soir

Finalement ces départementales auront eu un gout de législatives, à examiner les résultats, qu’ils soient nationaux ou locaux (cliquez sur les liens, pour avoir accès tout de suite aux résultats évoqués, c’est pratique). Ceux qui ont voté (l’abstention a été importante dans les deux tours) ont voté plutôt “politique”. Dans le Grand Roissy, le score du FN, là où il est présent au deuxième tour, reste important, surtout dans les petites communes comme Bouqueval (95) par exemple (79.52%) ou même Roissy-en-France (60.59), où le maire pourra donc toujours être en colère (voir l’article plus bas).

La Seine-et-Marne a connu un tsunami de droite : seuls quatre (sur 23) cantons restent à gauche, dont seulement 3 pour le PS. Le FN faisant quand même 32.74% de voix. Le président du Conseil général sortant, le sénateur (PS) Vincent Eblé est réélu à Champs-sur-Marne (il était seul en lice, le PCF, arrivé en 2ème au premier tour s’étant retiré. Mais Gérard Eude, ancien vice président (PS) chargé des affaires économiques est battu à Torcy.

La gauche reste aux commandes dans la Seine-Saint-Denis, même si elle a eu chaud (12 cantons sur 21, le reste droite et centre).  A noter que la droite et le centre ont battu le sortant EELV (J-F Baillon) dans le canton de Sevran ( Villepinte-Sevran). Martine Valleton, maire (UMP) de Villepinte et Yvon Kergoat (UDI) ont été élus. Et dans le canton du Blanc-Mesnil, le binôme du nouveau maire (UMP) Thierry Meignen bat largement celui du sortant communiste Hervé Bramy avec 61.52%.

Et l’UVO du Val d’Oise (label de l’union de la droite et du centre)  peut pavoiser : elle emporte 16 cantons sur 21, le PS n’en ayant plus que 5 donc. Allez voir sur cette page de VO News TV, il y a de bonnes analyses et plein de bonnes vidéos.

L’Oise passe à droite (15 cantons sur 21) et la gauche en garde 4. Le FN  (qui est partout au deuxième tour) gagne deux cantons: Crépy-en-Valois et Noyon.

Et notons au passage que les 3 binômes pour lesquels j’ai ou j’aurais voté personnellement (sans faire de pronostics ni au 1er ni au 2éme tour, tellement ce n’était pas évident, mais, au-delà de mes sympathies, remarquez que j’ai eu le pif…) ont tous été élus: Cédric Sabouret et Djida Techtach (PS) à Villiers-le Bel, Bernard Corneille et Marianne Margaté (DVG et FG) à Mitry-Mory.

[easyrotator]erc_39_1427705753[/easyrotator]

Et bien sur Anthony Arciero et Isabelle Rusin (UMP/DVD) sur le canton de Goussainville, où je vote. Ils ont mené une belle campagne. Et même remporté largement dans la commune de Survilliers, là où Anthony avait échoué aux municipales (et on sait que le maire ex UMP de cette ville aurait bien aimé qu’il ne gagne pas…). A Epiais-lès-Louvres, commune dont Isabelle est le maire, le score est très bon. Notre maire sera donc conseillère départementale. Je vais tout de suite lui envoyer un courrier sur la saleté du rond-point “d’Epiais” à la sortie de CDG (et, promis, je m’occupe de Broussy après).  EV

Dans l'unique bureau de vote d'Epiais, hier soir

Partagez cet article

André Toulouse, maire de Roissy : “je suis déçu, vexé et en colère…”

Dessin de Pessin (paru dans Mediapart, je crois) , trouvé sur Facebook

En ce dimanche de deuxième tour des élections départementales, un petit mot sur le premier… Les résultats ont été dans le Grand Roissy à l’image, grosso modo, du reste de la France : abstention massive (un exemple : Goussainville 71.25% !), caracolage du FN, souffrance du PS ( dans le canton de Goussainville le sortant PS est éliminé). Dans le nouveau canton de Tremblay, le FN, arrivé en tête, met en ballotage le sortant (PCF).  Le canton de Sevran est un peu atypique : le sortant (EELV) est mis en ballotage par un duo UMP-UDI, le FN arrivant en 3ème et la candidate du FG, la célèbre Clémentine Autain en 4ème.

Les candidats pour lesquels j’ai (ou j’aurais) voté sont tous au 2ème tour

J’avais indiqué quelques préférences personnelles pour le premier tour (revoir ici). Dans le canton de Goussainville, où je vote, Michel Crédeville (FN) cartonne en tête à 31.99%, sans n’avoir presque pas fait campagne. Il est suivi par le binôme (UMP-SE) Arciero-Rusin, (25.5), ce qui n’était pas acquis du tout, d’autant qu’Élisabeth Hermanville (ex-UMP) était présente. Mais elle n’a pas gagné son pari d’être au 2ème tour (8.67%). Le conseiller PS sortant Luc Broussy est hors-jeu.

Dans celui de Villiers-le-Bel (dont Gonesse et Roissy-en-France), le sortant PS, Cédric Sabouret a eu la bonne surprise de se retrouver en tête (32.39) suivi de près par le FN J-M Dubois (28.77). Mais ici comme ailleurs, rien n’est joué pour le 2ème tour.

Dans le canton de Mitry-Mory, le binôme, quasiment inconnu, du FN arrive largement en tête avec 35.93, devant le sortant (DVG) Bernard Corneille (avec  Marianne Margaté, PCF) qui fait 27.73. Ils ont leur chance au 2ème tour car il y a des réserves de voix et que des maires comme M. Rigault  (DVD, Moussy-le-Neuf et président de la CC) et Alain Aubry (UMP, Le Mesnil-Amelot) leur ont clairement et rapidement apporté leurs soutiens.  Mais, encore une fois, rien n’est joué.

Le FN à Roissy-en-France : 45.79% ! Toulouse : “je voterai socialiste pour la première fois de ma vie”

Ca parait incroyable, mais c’est vrai. Dans la commune de Roissy-en-France (canton de Villiers-le-Bel), le FN a fait un score stupéfiant. Une vraie surprise dans cette commune plutôt populaire, riche, dont les habitants bénéficient d’équipements exceptionnels et d’innombrables avantages sociaux. Le maire (DVD), André Toulouse, premier magistrat depuis 1977, est sous le choc. Je l’ai appelé deux fois, et pas plus tard qu’hier soir, pour avoir son analyse. Très franchement, il a du mal à comprendre. Le caractère “national” pris par ces élections a dû jouer, les gens en ayant marre du “système”. Mais à ce point… Toujours est-il qu’il est, m’a t-il confié, “déçu, vexé et en colère”. Et de continuer : “je vais voter socialiste pour la première fois de ma vie !” Et, cette semaine, il a arpenté le village en expliquant aux gens le caractère local du scrutin et qu’ils avaient besoin d’un conseiller départemental compétent et proche, ce qui est le cas avec Cédric Sabouret.

Bon… On va voir tout ça ce soir, depuis Epiais-lès-Louvres (qui a bien voté dimanche dernier : 77.27% de votants, voir ici ). EV

Partagez cet article

Ce que je voterai (ou voterais), et ce que je ne voterai pas dimanche

Le bureau de vote d'Epiais-lès-Louvres, aux dernières municipales

Nous arrivons au terme (pénible…) de la campagne pour le premier tour des élections départementales “new look”, dont visiblement la majorité  des électeurs se contrefoutent. Sauf coup de théâtre à la Bibi, l’abstention sera record, ainsi que le score du front national.

Nous avons désormais l’habitude ici de dire, au terme de la campagne, notre choix. Cela date de la première élection d’Obama, où j’avais appris à l’époque que les médias américains, à la fin des campagnes électorales, donnaient à leurs lecteurs leurs sentiments, leurs choix. Ce qui ne se fait pas du tout chez nous (à tort, d’ailleurs, car tous les vrais journalistes ont bien une opinion, quand on ne les retrouve pas dans un cabinet -ou dans le lit- des politiques ), mais ça me plait bien.

Je continue donc, avec, et vous, chers lecteurs, vous avez compris depuis longtemps que ce n’était pas un acte “militant”, ni je ne sais quel “appel à voter”, mais plutôt un témoignage.

Je vote toujours où je travaille, et je suis bien content de le faire. Et donc, depuis maintenant plus de 10 ans, à Epiais-lès-Louvres (après Tremblay-en-France). Et ça fait très longtemps que je ne vote plus sur “consigne” de ce qu’il reste des “partis”, mais en mon âme et conscience, en prenant en compte, quand je connais (et je les connais) la qualité humaine des candidats, quitte à changer d’avis (cf.Paternotte). Ce qui est finalement très confortable et j’invite mes concitoyens à réfléchir sur cette méthode: les “zappareils” hum… “politiques” en ont peur.

J’ai suivi un peu cette campagne morose, un peu partout dans le Grand Roissy et je vous en ai rendu un peu compte. Je dis un peu car parfois, c’était pénible, et il n’y avait rien à vous dire. Ainsi la première réunion des candidats UMP sur le canton de Villiers-le-Bel, à Bonneuil-en-France: c’était (bis repetita) pénible, ça ne valait pas tripette, et surtout pas un article ici: je suis parti en courant. Idem pour Elisabeth Hermanville, (droite dissidente) qui était venue (à ma demande) dans nos bureaux pour une interview. Je vous jure, pas moyen de rédiger quelque chose. Faut dire que  son “binôme” M. Lescarret, un gars surgi de nulle part, m’avait vraiment gonflé, parlant sans arrêt (alors que je m’efforçais à prendre des notes), excité comme une puce, me donnant des leçons. Je ne pouvais pas placer une seule question, il m’interrompait à chaque fois.  Il a voulu (se réclamant de l’UDI,…)  m’expliquer que l’UDI était “sociale”, lui qui vient du RPF de De Villiers, anti-européen notoire. Et tout à l’avenant. Même “Babette” était plus coole (c’est dire)  et a voulu recentrer la discussion. Mais no way.

Pour Cédric Sabouret

Pour vous la faire courte, notre commune d’Epiais fait désormais partie du nouveau canton de Goussainville. Avant c’était celui de Gonesse. Pour les raisons que j’avais expliquées ici, lors des dernières cantonales en 2011, j’avais été “contraint” de voter pour le candidat PS, Cédric Sabouret, en réaction aux outrances du petit UMP Geoffroy Didier alors candidat (imposé par… Paternotte à l’époque). Sabouret a été élu et, ma foi, il a fait le job. Il est candidat sur le nouveau canton de Villiers-le-Bel (dans quelle se retrouve Roissy-en-France, on se demande pourquoi -en fait on sait…) et si je votais là-bas, je revoterais pour lui.

Pour Bernard Corneille

Dans le canton d’à côté de chez nous, en Seine-et-Marne, je voterais sans hésiter pour Bernard Corneille, maire (DVG) d’Othis, et conseiller général sortant, en charge du Grand Roissy. Je le connais bien maintenant, il a fait le job, il est dynamique. Il s’est binomé avec Marianne Margaté, 1ere adjointe (PCF) à la maire de Mitry-Mory. Même si, elle le sait, je ne suis pas d’accord avec elle sur le fond, elle aussi fait le job et ça suffit à mon bonheur de citoyen.

Ce que je voterai

Tout ça pour dire ce que je voterai. Je ne voterai pas, évidemment,

Read moreCe que je voterai (ou voterais), et ce que je ne voterai pas dimanche

Partagez cet article

L’UVO en campagne

L’UVO (Union pour le Vald’Oise), le label des candidats de la droite et du centre de ce département est en pleine campagne. Voyez la foto de famille des candidats autour d’Arnaud Bazin, président (sortant) du Conseil (désormais) départemental. Et remarquez la présence, (à sa droite, quel honneur !), d’Isabelle Rusin, notre maire d’Epiais-lès-Louvres et candidate sur le canton de Goussainville, avec Anthony Arciero (on le voit aussi, sur la foto, au fond). Vu la conjoncture politique actuelle (avec une gauche complètement divisée) la majorité du Conseil devrait aisément être reconduite… Avec toutefois les incertitudes liées au score du FN et … celui des abstentionnistes… Voyez ci-dessous le reportage de VO News sur l’UVO en campagne. EV

Partagez cet article

Alexandre Simonnot (FN 95): “le jeu est très ouvert, et nous en sommes ravis !”

Alexandre Simonnot, secrétaire départemental du Front national dans le Val d'Oise

Comme partout en France (intentions de vote de 30% (on en est à 33% depuis que j’ai mis en ligne cet article) , du jamais vu pour ce type d’élection), le Front national est en forme dans le Val d’Oise pour les élections départementales. Il peut même emporter quelques cantons. Ce serait une première. Nous avons demandé à Alexandre Simonnot, ses impressions. A 37 ans, natif de Taverny (95) où il est conseiller municipal d’opposition, il dirige la fédération du FN depuis 2010. Il a adhéré au parti en 1992, à l’âge de 14 ans : “j’ai été à l’époque le plus jeune adhérent de France”, m’a t-il précisé. Contrairement à ce que je pensais, il n’est pas “permanent” au  FN, mais bénévole, tout en menant son métier de délégué (ou visiteur) médical. Nous l’avions rencontré l’an passé, à Gonesse, lorsque  Marine Le Pen était venue soutenir la liste “RBM” de Karim Ouchikh (revoir ici). L’interview s’est bien passée au tél, ce matin:  pas de langue de bois, pas de “réponse à tout”. Il  l’a relue et validé, comme ça se fait d’habitude. EV

Pas besoin d'être diabolisé, moi. Je suis DÉJÀ le diable (Sheitan, coucou Ilham)

Avertissement: depuis cette montée en puissance du FN, il ne se passe pas un jour, dans les vrais médias nationaux et singulièrement à la télé, sans qu’un dirigeant de ce parti ne soit invité par les vrais journalistes (ce matin encore avec Philippot sur BFMTV, pendant que je faisais l’ITW de Simonnot au tél.)  Mais publier  cette interview dans un média de proximité comme l’est Roissymail est plus… plutôt moins “banal”. J’attends de pied ferme ceux qui, d’aventure, réagiraient en me traitant de “facho” (à l’image d’un Luc Broussy, conseiller général (PS) du canton de Goussainville qui, une fois de plus, sur son Facebook, a traité Roissymail d’ “organe officiel de l’UMP et du FN” (sic et MDR), après m’avoir traité, pêle-mêle, de mémoire, de misogyne (moi ??!), raciste (évidemment) et d’alcoolique (bon c’est  vrai que je carbure trop sur le visky, mais c’est moins cher que la coke des bobos de gauche et ça rapporte des sous à la Sécu ) : je saurai leur répondre, et ça va chauffer.

Voici l’interview :

RoissyMail : C’est la première fois que le FN présente des candidats dans tous les cantons du Val d’Oise. Est-ce révélateur ?

Alexandre Simonnot : A ma connaissance, (je suis responsable de la fédération du Val d’Oise depuis 2010), nous avons toujours présenté des candidats dans tous les cantons.  Il est vrai, mais je suppose que c’est également vrai pour les autres partis, ces élections sont un peu plus compliquées, dans la mesure où le renouvellement est complet et qu’il faut présenter 4 candidats. Mais nous n’avons eu aucun mal. Nous totalisons à ce jour 700 adhérents contre 90 en 2010 !

RM : Pensez-vous que vous pourrez en emporter certains et si oui, lesquels ?

AS : Oui, on peut l’emporter dans plusieurs cantons. Mais vous comprendrez que je ne donne pas les noms. Si je le faisais, ça aiguiserait l’attitude des candidats adverses, et ça pourrait décourager nos propres candidats ailleurs. Ce que je peux vous dire, c’est que le jeu est très ouvert, et nous en sommes ravis !

RM : Comment expliquez-vous l’engouement des électeurs pour le FN ? Celui-ci vous semble-t-il définitivement « dédiabolisé » ?

AS : Je n’ai jamais pensé que nous avions été « diabolisés ». Que s’est-il passé ? Depuis des dizaines d’années, le Front national dénonce l’insécurité, l’immigration massive et donc excessive, les dérives de l’Union européenne, entre autres maux. Les gens ne nous écoutant pas plus que ça, on pouvait paraitre comme marginalisés.  Mais, on le voit bien, ces maux sont devenus palpables par tous, ils ont vu l’UMPS à « l’œuvre », en fait ne rien faire. Et il y a quasiment un scandale par jour (sans parler des Cahuzac ou autres Thevenoud). Et c’est normal, qu’au bout d’un certain temps, les gens se disent « le FN doit avoir raison, on va l’essayer ». D’autant que nous avons un langage clair (écoutez Marine Le Pen ou Florian Philippot…) alors que tous les autres s’expriment d’une manière incompréhensible, et pour cause…

RM : je voulais évoquer, s’agissant de « diabolisation », les origines idéologiques du FN, les « petites phrases » de J-M Le Pen (le « détail », entre autres, ce n’était pas rien) …

AS : Tout cela a été monté en épingle. Quand Jacques Chirac évoquait « le bruit et les odeurs », personne ne l’a traité de raciste … Un autre exemple : voici une vingtaine d’années, vous devez le savoir, J-M Le Pen avait déclaré, s’agissant d’immigration, qu’il y avait davantage de médecins togolais en région parisienne que dans tout le Togo ! Tout le monde avait hurlé. Trois ou quatre ans plus tard, Dominique Strauss-Kahn déclarait la même chose s’agissant des médecins du Bénin en Ile-de-France, et personne n’a rien dit… Et rappelons-nous Carpentras…

RM : Donnerez-vous des consignes de vote au cas où certains de vos candidats soient éliminés au premier tour ?

AS : On fera comme d’habitude, c’est-à-dire laisser entière liberté à nos électeurs. Ils sont assez grands pour savoir ce qu’ils ont à faire. Cela étant dit, il n’est pas impossible, comme le FN l’avait fait pour une dizaine de députés au deuxième tour des législatives, que l’on appelle à battre tel ou tel candidat qui aurait été particulièrement insultant vis-à-vis de notre mouvement. Ce sera la décision de Marine Le Pen.

RM : Que reprochez-vous à la majorité sortante du Conseil général ?

AS : J’ai envie de vous répondre tout de suite : les routes du Val d’Oise sont un état « dégueulasse ». Il ne s’agit pas des conseils généraux dans ce cas, mais quand je vais en voiture de Roissy à Paris, j’ai honte de voir la saleté, les paysages délabrés tout au long des autoroutes. Quelle image de la France donne-t-on ainsi aux visiteurs étrangers qui arrivent chez nous ! Mais c’est pareil pour la majeure partie des routes du Val d’Oise.

Concernant la majorité sortante du Conseil général, les impôts ont continué à augmenter, doucement, mais sûrement. On n’a pas mis en place les contrôles pourtant nécessaires pour faire la chasse aux frondeurs aux aides sociales (RSA et autres) et dieu sait s’il y en a, ça représente de fortes sommes. Et puis les dépenses de fonctionnement sont trop élevées en général. Par exemple, il y trop de fonctionnaires. Si les dépenses étaient mieux gérées, on pourrait dégager beaucoup plus d’argent pour aider ceux qui, au niveau des compétences du département, en ont le plus besoin, je veux parler des personnes âgées en difficulté (il y en a de plus en plus) et les handicapés.

RM : Avez-vous une position sur le projet d’Europa City à Gonesse et d’une manière plus générale, comment considérez-vous le Grand Roissy?

AS : D’une manière générale, je n’ai rien contre les grands équipements. Mais il y déjà beaucoup de centres commerciaux ans cette région et les commerces de proximités en souffrent, c’est indéniable.

RM : soit, mais Europa City, ce n’est pas que ça, c’est surtout  un grand projet autour de la culture et des loisirs. Plus de deux milliards d’investissements privés quand même, des milliers d’emploi à la clé…

AS : Très franchement, je ne connais pas suffisamment le projet…

RM : Et le Grand Roissy ?

AS : Oh !  Grand Roissy, Grand Paris, tout ça ne me dit rien qui vaille. Il y a déjà trop de structures, les intercommunalités, sources de dépenses supplémentaires, je n’en vois pas l’utilité. Il faut simplifier ce mille-feuilles et redonner des pouvoirs aux communes …

Propos recueillis par Eric Veillon

Partagez cet article

Le FN en tête dans un sondage IFOP : 30% d’intentions de vote !

Les chefs d'EELV 95 : ça donne envie d'aller voter ! (foto La Gazette du Val d'Oise)

Voici, une fois de plus, ce que donne le beau spectacle de la classe politique française : dans un sondage IFOP publié hier (à un mois des élections départementales), le FN est donné en tête à 30%, devant l’alliance UMP-UDI  (28%) et loin devant le PS (20%). Comme pour les européennes, les électeurs vont se défouler !Avec ça et la grande abstention qui s’annonce, les pronostics s’avèrent difficiles et je m’en garderai bien cette fois.

Probable que ça se passe chez nous comme ailleurs, notamment dans le Val d’Oise où le parti d’extrême-droite présente des candidats partout. Il profitera aussi de la division à gauche : les Verts n’ont pas passé d’accord avec le PS pour cause… d’Europa City ! Ils reprochent en effet aux socialistes valdoisiens de soutenir le projet du Triangle de Gonesse … C’est ce qu’on a pu lire dans un article de la Gazette du Val d’Oise, (d’où est tirée cette foto).  Du coup ils présentent des candidats dans 19 cantons, dont 4 en alliance avec le front de gauche (ils n’en présentent pas dans le canton, qui risque d’être emblématique, de Goussainville).  EV

Partagez cet article

Didier Arnal y va !

Michèle Le Lez et Thierry Chiabodo : contre la finance !

Dans le canton de Goussainville (notre canton fétiche), les communistes Thierry Chiabodo (adjoint au maire de Gouss’) et Michèle Le Lez (adjointe au maire de Marly-la-Ville) se présentent avec un objectif central : le “refus de  toute politique d’austérité, qu’elle soit exigée par Bruxelles ou qu’elle soit mise en œuvre par l’UMP ou le gouvernement Hollande-Valls” (voyez leur tract en cliquant sur la foto). Broussy appréciera…

Coté PS 95 : un gros psychodrame ! Dans un communiqué publié par Rachid Témal, le “1er fédéral”, on apprend qu’aucun accord n’a pu être conclu entre le PRG  et le PS. Ouh la la! Ça fait mal ! La faute à qui? La faute à notre vieille connaissance Alain Leikine (ex PS) qui voulait être candidat PRG-PS sur le canton d’Argenteuil 2. C’était niet, du côté PS . Du coup, pas d’accord.

Sarcelles : Arnal y va tout seul

Dans le nouveau canton de Sarcelles, Didier Arnal, conseiller général (PS) et ancien président du Conseil (pendant 3 ans), président du groupe d’opposition “VOUS” a décidé d’y aller, avec Maria Chatellier. C’est courageux de sa part, d’autant qu’il sera sûrement exclu du PS, compte tenu qu’il n’a pas obtenu l’investiture. On attend les fotos du binôme. D’ici là, voyez leur premier tract iciEV

Partagez cet article