Islamisme à l’école : incroyable mais vrai…

J’ai acheté et lu ce livre après avoir vu à la TV une interview de l’auteur. Je connaissais le problème, mais les faits relatés par cet inspecteur général de l’Éducation nationale sont sidérants (au point que j’ai eu parfois du mal à lire). Il a dénoncé plusieurs fois cette montée (depuis 20 ans) de l’islamisme à l’école, notamment dans un rapport officiel en 2004, mais qui est resté lettre morte. Le livre est très bien écrit, très documenté.

Je le conseil à tous ! EV

Partagez cet article

Retour d’expérience sur l’autoédition chez Amazon

Qui n’a jamais eu l’envie de se lancer dans l’écriture d’une saga littéraire, d’un essai philosophique, de ses mémoires ou de simplement d’une histoire réelle ou fictionnelle ? Par transmission ou par défi personnel, cela reste, très souvent, dans le carton des projets à remettre plus tard. Pouvant créer des interrogations et des appréhensions, ce monde semble inaccessible pour la plus grande partie des gens. Pour permettre aux plus grands nombres la possibilité de publier des livres et faire connaître ses œuvres au plus grand nombre sur toute la planète, Amazon lança en novembre 2007 le service en ligne Kindle Direct Publishing (KDP). Ce service gratuit d’autoédition rencontra rapidement un succès outre-Atlantique, permettant aux auteurs novices ou expérimentés de publier facilement sans passer par la case de « l’édition classique ». Pour rappel, le schéma habituel se déroule par l’envoi de manuscrits à des éditeurs, passage en lecture, commission d’édition, puis réponse donnée. Ceux qui ont déjà essayé ne pourront que confirmer, ce procédé peut prendre un temps considérable, se comptant en plusieurs années d’attente, voire en décennie avant de pouvoir signer dans une maison d’édition. De ce fait, le KDP apporte un service qui peut s’avérer être une solution, au premier abord. Avec mon retour d’expérience, Kindle Direct Publishing dispose de beaucoup de qualités, mais également de quelques mauvais points.

Mon aventure littéraire commence en 2018, à une époque où j’avais moins de cheveux, avec l’envie de tenter la création d’une trilogie littéraire d’anticipation aventure, mettant à profit mes connaissances acquises au cours de mon diplôme universitaire, saupoudré d’une proposition visionnaire sur notre futur, cherchant à aborder les enjeux de demain tels que l’exploration spatiale, la politique, l’écologie et la technologie, tout en alliant les visions de deux de mes auteurs préférés que sont Jules Verne et Carl Sagan. Cette idée avait muri au retour d’un séjour à New York en 2017 et ne m’avait plus quitté. Ayant du temps devant moi pour entreprendre ce projet, je réunis mes notes, croquis et autres post-it, en m’imposant le défi de sortir la trilogie sur une année entière, à dater de la sortie du premier tome. Enfermé dans ma bulle créative, j’écris en 3 mois le premier tome sous Word, en respectant la mise en page et le format appréciés (police « Time New Roman » à la taille 11). L’équivalent de 130 pages, aux dimensions un peu plus grosses que celles du format poche, voit le jour… Puis, j’enchaîne les deux autres tomes avec plus de facilité. Ainsi naquit la trilogie Astrvm Imperivm.

En bref résumé de cette trilogie, l’histoire se déroule en 2769 dans un monde où la technologie est au service d’une humanité s’étant unie autour d’un empire des nations, ayant dépassé sa condition d’Homo Sapiens vers une doctrine universelle la faisant évoluer sur un modèle de civilisation de type 1, nommé Homo Astralis. La Terre est, en ces temps, pacifiée. Une voie commune pour le bien de l’intérêt général. Cet empire des nations unies a comme objectifs prioritaires la protection de l’environnement, le maintien de l’ordre et de la paix, et la conquête du Système Solaire, permettant de multiplier la présence de l’humanité afin d’en assurer la pérennité de l’espèce. Le tome 1 commence à l’intérieur du Propsector-26, vaisseau spatial de prospection minière, en compagnie de trois employés se trouvant en orbite de Saturne. Tout se passe dans le meilleur des mondes jusqu’à ce que d’obscurs événements ne viennent perturbés la mission de prospection et l’ordre établi.

Au-delà de la science-fiction, cette trilogie m’a permis d’aborder des thèmes comme la psychologie humaine durant les longs voyages spatiaux, les différentes cultures, la philosophie, les enjeux du millénaire, la politique, la robotique et l’intelligence artificielle. Cet œuvre m’a également permis de conceptualiser des stations orbitales et des vaisseaux spatiaux fonctionnels. Dans l’Astrvm Imperivm, vous ne trouverez pas d’extraterrestres ou d’appareils se déplaçant à la vitesse-lumière comme dans Star Wars ou Star Trek. Bien que la technologie soit plus avancée comparé à notre époque, l’œuvre s’inscrit dans une proposition réaliste et réalisable. La trilogie est disponible en anglais depuis cette année.

Pour conclure sur le support d’édition, Amazon KDP fonctionne très bien et n’oublie pas ses auteurs, en versant les royalties à 40% ou 70% directement sur votre compte bancaire, mensuellement. Ergonomique et simple d’utilisation, en broché ou eBook, avec accès à la vente directe sur la plateforme Amazon, le KDP a ses atouts pour convaincre les écrivains indépendants, sans oublier qu’à tous moments, vous pouvez signer chez un éditeur et reprendre les droits de vente exclusifs. Rien ne vous engage sur le long terme. Côté des points négatifs à revoir, l’établissement d’un réseau de distribution librairie, orchestré par Amazon à l’instar de ce qui se fait déjà pour le marché américain (librairies, bibliothèques, supermarchés WallMart…), serait une excellente chose à l’avenir, facilitant au maximum la partie communication des auteurs. D’un point de vue personnel, KDP est une bonne expérience, très enrichissante. Cela m’a permis de mettre un pied dans ce monde inconnu et d’en apprendre sur l’écriture ainsi que l’édition. A l’heure où un Amazon bashing s’installe en France, il est intéressant de constater la création de concepts identiques venant de certains éditeurs français, en plus que ces derniers utilisent la plateforme pour vendre leurs livres depuis quelques années, au même titre que quelques librairies ayant un compte Amazon. Un double jeu plein de contradictions qui est rarement cité par les médias. KDP et Amazon sont une chance pour les auteurs, parfait pour les débutants mais également pour les confirmés, outrepassant les problèmes engendrés par les fermetures récurrentes de librairies, en ces temps de pandémie. De manière générale avec un avis tranché, je conseille vivement à ceux qui franchiront le cap de rejoindre les plus de 100 000 auteurs en France, loin des préjugés envers Amazon, l’autoédition avec Kindle Direct Publishing (https://kdp.amazon.com/en_US/).

Découvrez la trilogie Astrvm Imperivm sur le site dédié https://www.astrvmimperivm.com et l’intégralité de mes livres ici. WM

Partagez cet article

Télétravail : LE livre à lire !

Je le dis sans ambages, ce livre d’actualité est tout simplement magnifique, à tous points de vues. Il a été écrit par Patricia Wendling, spécialiste des relations au travail. J’avais reçu, voici quelques semaines, un mail prévenant de la parution du livre. Qui m’intéressait d’autant plus que je dois écrire un article sur le télétravail (moi qui télétravaille depuis plus de 4 ans, j’ai des choses à dire…). J’ai appelé Patricia et elle m’a envoyé son livre. Que j’ai lu avec délectation. D’abord c’est bien écrit, clairement, bien documenté et illustré d’une manière sympa.

Sont passées en revue les situations, que ce soit pour les salariés que pour les managers. Avantages, inconvénients, conseils. Elle connait son affaire , j’en témoigne. Je me suis bien retrouvé dans tout ça. Et même appris des choses !

De quoi m’encourager à terminer mon article témoignage sur mon télétravail (j’ai procrastiné… la procrastination est aussi un effet du télétravail, mais ça se combat).

D’où cet article ici pour vous encourager à lire le livre.  Vous pourrez le commander en broché ici. Et en format Kindle ici. EV

Partagez cet article

13 siècles !

J’ai fini de lire ce livre (voir sa présentation sur le site de Gallimard), paru en 2007, mais dont presque personne n’avait  parlé (j’ai découvert son existence par hasard). Il raconte la mise en esclavage des Noirs pendant 13 siècles par les Arabo-musulmans dont presque personne ne parle. Ben oui, surtout de nos jours, où la traite transatlantique est, à juste titre, dénoncée, mais dénoncer celle des Arabes, pourtant incomparablement supérieure et cruelle n’est pas politiquement correct…

Le livre est très bien écrit et documenté. Heureusement, l’auteur (voir son wikipedia ici) est Noir ! Imaginez s’il avait été Blanc !!! Voyez aussi ce qu’en dit le site Babelio où l’on peut voir de nombreux commentaires de lecteurs.  EV

Voici la couv’ de l’édition poche:

Partagez cet article

“Contre l’écologisme” : un livre époustouflant de Bruno Durieux

Cliquez-ici pour voir la présentation de l’éditeur

J’ai fini de le lire (avec délectation). J’en avais entendu parler sur Internet et, intéressé, je l’ai acheté (sur Amazon…). Voyez le titre complet… Différence entre écologie et  écologisme. C’est donc écrit par Bruno Durieux (75). Il a une fait une belle carrière dans la haute fonction publique et dans la politique (plusieurs fois ministres, j’avoue que je l’avais oublié, mais son nom est vite revenu à ma mémoire). Il est, depuis 1995, maire de la (charmante) petite ville de Grignan, dans la Drôme.

En 253 pages, fort bien écrites et très documentées, il démonte avec brio, en remontant dans l’histoire récente, toutes les prophéties catastrophiques (qui se sont avérées fausses) des “théoriciens” malthusianistes  (comme la faim dans le monde, ente autres, sans parler de ceux qui, voici des années, prévoyaient un… refroidissement climatique) ). Et pourfend avec autant d’arguments ce que j’appellerai la “dictature” écologiste ambiante de nos jours, dont je témoigne quotidiennement (le dernier beau coup étant, chez nous, l’interdiction scandaleuse, d’un trait de plume, d’EuropaCity par E. Macron, pour courir après les “écologistes”  mais qui ne voteront jamais pour lui, erreur et précipitation), après 10 ans de préparation de ce  qui devait être un formidable équipement.

Pour le reste, s’agissant de “l’écologisme”, il suffit de voir les “programmes” des candidats, toutes tendances confondues, aux prochaines municipales. Mort de rire!!

Je reviendrai sur ce livre. J’ai laissé un message tout récemment à l’auteur, en sa mairie. J’attends avec hâte qu’il me fasse signe, pour parler avec lui et notamment de sa motivation pour avoir écrit, maintenant son livre. Mais renseignez-vous à son sujet ? Et achetez-le: satisfaction garantie ! EV

voyez l’interview sur BFM Business (juin 2019)

Partagez cet article

Enfin la vérité sur l’Afrique !

Tout le monde connait mon attachement envers l’Afrique noire, de l’Ouest en particulier (voici plus de 20 ans j’avais fait imprimer cet autocollant que je distribuais partout). Mais la pauvre Afrique est vraiment, passez  moi l’expression, dans la merde, et c’est de pire en pire. Rappelez-vous, j’avais apprécié (revoir ici) un livre de Bernard Lugan sur “Les guerres d’Afrique” et j’avais vu sur son site, qu’il avait aussi écrit, en 2015, un autre livre “Osons dire la vérité à l’Afrique” que je m’étais promis de lire (merci Amazon…). Ce que j’ai fait donc. Je ne trouve pas les mots… magnifique, édifiant, unique … Toujours très documenté. Il pourfend les poncifs habituels (PIB qui ne veulent rien dire, aides massives de l’UE, entre autres, qui n’ont jamais servi à rien, quand elles n’ont pas été détournées -ce que je confirme-. Il démonte avec talent les écrits des bien-pensants habituels.  Vraiment je conseille la lecture de ce livre (223 pages).

Et je ne résiste pas à reproduire ce passage (page 189) sur un sujet que je connais bien :  “Les Africains doivent également se montrer plus que circonspects face aux essaims d’ONG qui s’abattent sur leur continent. Que peuvent en effet leur apporter à long terme ces organisations composées d’exclus ou de retraités des pays du Nord dont les motifs altruistes masquent trop souvent le fait qu’ils sont eux mêmes à la recherche de solutions à leur propres problèmes existentiels ou matériels ? Or, et il importe d’être très clair à ce sujet, sauf rares exceptions, ces “petits blancs” étouffent littéralement l’Afrique sous de milliers de “petits projets”  aux “petites capacités”, portés par de “petites” ambitions qui ont pour nom puits villageois, foyers améliorés, petits moulins, petits barrages, petits élevages, petits potagers…, le tout soutenu par “petits” moyens, et surtout avec une absence totale de perspective et de coordination”.

Et encore ! Il n’a pas cité les “actions” en Afrique, de beaucoup de collectivités locales (j’en connais beaucoup dans le Grand Roissy). J’en ai jamais parlé ici, de crainte d’être mal compris (pensez-donc, les pauvres africains…) , mais je peux dire vous qu’on se donne bonne conscience, mais à grands frais. J’y reviendrai peut-être. EV

cliquez pour la fiche du livre et des extraits

Partagez cet article

Le Grand Abandon !

cliquez pour voir ce qu'en dit l'éditeur

Je viens de terminer  (le 11 septembre…) la lecture de ce livre d’Yves Mamou, que je recommande vivement. Très précis, très documenté. Et je peux vous dire qu’il n’y va pas avec le dos de la cuillère (il a été journaliste au Monde pendant 23 ans). Ça fait froid dans le dos… Si ça continue, on sera encore plus mal… EV

Partagez cet article

Les Guerres d’Afrique !

J’ai lu ce livre, dont j’avais trouvé l’existence par hasard. Beaucoup d’entre vous connaissent mon intérêt pour l’Afrique, dont j’ai la prétention de connaitre assez bien l’histoire, entre autres. Eh bien, à la lecture de ce livre (que je recommande vivement voir ici), écrit par Bernard Lugan, j’ai appris plein de choses ! Notamment s’agissant des colonies allemandes (Togo, Cameroun, actuelle Namibie, Afrique orientale) . Je croyais, jusque-là, qu’elles avaient été “confisquées” aux Allemands à la fin de la première guerre mondiale. Or, des guerres (ça a chauffé !) ont eu lien dès 1914 entre Allemands et les autres puissances coloniales dans ces territoires. Les Allemands ont tous été vaincus et le Traité de Versailles a confirmé la fin de l’empire colonial allemand.

L’ouvrage, très bien documenté (avec des cartes splendides et très pédagogiques),  et citant toutes ses sources avec précision,  évoque les guerres dans tout le continent depuis -5000, en plusieurs parties: avant les colonisations, pendant, après, après la fin de la guerre froide et les guerres actuelles.  Avec des détails qui font froid dans le dos !

Incroyable, je n’avais jamais entendu parler de l’auteur. Lorsque j’ai évoqué le livre à un de mes amis sur mon FB (perso), il y a eu un commentaire très agressif contre ledit auteur. Du coup je l’ai “googlelisé. ” Effectivement, sur le wikipédia qui lui est consacré, on voit que Bernard Lugan (né en 1946), professeur d’université,a été très controversé , c’est le moins que l’on puisse dire par certains de ses collègues. A cause des ses positions iconoclastes sur l’ Afrique (“aggravées” aux yeux de ses détracteurs  par le fait de ses sympathies politiques, il a été membre de l’Action française) il y a eu plein de procès, la plupart du temps intentés par lui. Selon wikipédia, il les  a tous gagné, y compris contre … le Canard Enchaîné (ce qui est rare). Voyez ce qu’il dit, notamment, sur le wiki : Entre 1990 et 2002, Bernard Lugan a intenté et gagné plusieurs procès pour diffamation à l’encontre de diverses publications et personnalités qui l’avaient qualifié notamment de « révisionniste » ou de « négationniste »17. Il avait déclaré à ce sujet :

« J’ai fait condamner Ivan Levaï qui ne s’en est jamais vanté, et ce fut le premier de la longue série de mes procès gagnés. La presse lyonnaise a largement fait écho à ces attaques en ne tenant jamais compte de mes explications, de mes démentis, des jugements rendus et qui m’étaient tous favorables. J’ai eu affaire non à des journalistes, mais à des inquisiteurs, à des militants politiques. À cette occasion, France Info Lyon s’est particulièrement distinguée. Les plus malhonnêtes furent cependant les journalistes du Figaro Lyon, les moins malhonnêtes, ceux de Libération Lyon. J’ai d’ailleurs intenté des procès au premier et pas au second. Je ne me suis pas laissé faire : j’ai engagé dix-sept procès, que j’ai tous gagnés. Ça m’a permis de refaire une partie de la toiture de la superbe maison que j’avais en Bourbonnais. Le Canard enchaîné et L’Événement du jeudi m’ont, quant à eux, payé la réfection d’une très belle cheminée du XVIe siècle… Depuis que je n’ai plus de procès, mon train de vie a baissé18… »

Bernard Lugan a aussi un blog, très fourni, sur l’Afrique, que je vous conseille vivement de consulter ici. Dans tous ses écrits, il joue les Cassandre par rapport aux discours convenus des bien-pensants sur l’Afrique (que beaucoup ne connaissent pas). En 2015, il a publié un livre intitulé “Osons dire la vérité à l’Afrique”  que je me promets de lire . Rappelons qu’en 1962, René Dumont, plutôt bien de gauche, avait publié “l’Afrique noire est mal partie”… Mais comme il était de gauche, presque pas de critiques à l’époque… Eh bien on en est là, même (beaucoup) pire, en 2019.

Eh bien je suis globalement d’accord avec Bernard Lugan (ce qui me vaudra certainement d’être traité de facho et de raciste par la bien-pensance qui, comme d’hab, n’argumentera pas  (j’ai l’habitude).

Sur le constat africain, je fais le même que lui, à mon humble niveau. Je vous recommande de relire (ou lire) l’article  (surtout la fin) que j’avais publié en aout dernier, en rentrant du Bénin. EV

cliquez pour l'article

Partagez cet article

“Le grand abandon” d’Yves Mamou : comprendre la montée de l’islam en France

Je suis en train de lire ce livre d’Yves Mamou, ancien journaliste au monde. J’en suis à la moitié, mais c’est suffisant pour le recommander ici. Il explique dans le détail la montée de l’islam (et de l’islamisme) dans notre société ces trente dernière années. C’est impressionnant ! Il faut voir notamment la complicité objective et subjective d’une partie de la classe politique pour accompagner sinon encourager cette montée. Certains passages sont tellement “durs”  que je ferme le livre pour le reprendre plus tard, le temps de “digérer”. Cliquez sur l’image en haut pour voir un résumé et pouvoir le commander (sur Amazon!). EV

Partagez cet article

Attentats islamistes : comment en finir ? Un livre magnifique pour aider à comprendre le communautarisme et… l’islamisme

Une fois de plus, les terroristes islamistes ont massacré dans notre pays. Ce qui s’est passé vendredi à Trèbes, bouleverse et révolte tout le monde (sauf ce petit con de Stéphane Poussier, ex-candidat de la France insoumise aux élections législatives 2017, qui s’est réjoui de l’assassinat du pauvre lieutenant-colonel). Et, comme d’hab, tout le monde se pose des questions : comment se fait-ce ?  Fichiers S, état d’urgence, expulsions, surveillance (20 000 fichés S…), attribution de la nationalité, déchéance de la nationalité, j’en passe et des meilleures … Je rappelle que le terroriste islamiste de la gare Saint-Charles (2017) n’était pas fiché S et que celui de Nice mangeait du porc etc. C’est la “taqîya”, un mot arabe qu’on a appris à… apprendre.

Débats parfois étonnants, si ce n’est… psychédéliques. Entre angélisme (“pas d’amalgame”) et certains propos excessifs, voire de récupération politicienne, (de chaque côté), c’est dur de trier.

J’ai un avis sur ces questions, avis basé sur plus de 25 ans d’observations. J’ai vu, petit à petit, depuis que je suis rentré de mon premier séjour en Afrique noire (Bénin de 1981 à 1989) monter le “communautarisme” et la complaisance et la violence tant dans l’école publique  (j’ai enseigné, à mon retour en France, deux ans et demi en collège et lycée, j’ai vu des choses incroyables) que dans la vie des communes (j’ai écris plusieurs fois sur ce sujet). J’ai assisté à la montée de l’islam et de l’islamisme qui vise (un peu partout, et pas seulement dans les “quartiers”) à envahir l’espace public, imposer sa “loi”. Et de l’antisémitisme, dont on ne devrait plus entendre parler dans notre pays surtout, souvent caché par un “antisionisme” (jusqu’à l’assassinat de Mireille Knoll 85 ans, rescapée de la Shoah, vendredi dernier  à Paris).

revoyez cette tentative, minable, communautariste de ce bobo PS. Battu à plate couture, aux dernières législatives, il a quitté le territoire, sans armes, sans bagages. Et encore, c'était un communautarisme amateur. Les vrais élus savent mieux faire #soumission

Résultat, des quartiers entiers dans notre région, comme dans toute la France, fermés, des zones de non-droit (qu’on “dénonce” de temps en temps, depuis Pasqua, en passant par Chevènement et ses “sauvageons”, Sarko et son Karcher, Valls et ses “ghettos”…).  Mais on ne fait rien. Ces quartiers  se sont fermés tous seuls, sous la pression des islamistes et des trafiquants  de tous poils (souvent les mêmes). Encouragés de fait par les discours et les pratiques communautaristes. Ce sont les communistes qui ont initié ces dernières, vite rejoints par les socialistes, et peu après par la droite classique (sauf de rares exceptions). Démagogie, non-dits, non-dénonciation des exactions et excès de toutes sortes au nom, d’un “antiracisme” (certains voient du racisme partout) devenu une vraie religion, excuses, évolutions sémantiques (il n’y a plus de mauvais élèves, mais des élèves en difficulté…) , lâchetés partout. Résultat, des comportements violents (j’ai assisté aux émeutes  de 2015 à Tremblay) des “radicalisations” (faudrait trouver un autre mot) en pagaille, qui ont mené aux attentats que l’on connait. Le tout encouragé mondialement par des mouvements islamistes qui, à défaut d’avoir réussi à retrouver “l’Islam des Lumières” (développement économique, social et culturel,  et de ne jamais avoir eu le courage de combattre leurs propres dictateurs) en sont revenus à une lecture et application stricte du Coran (qui date du 7ème siècle, que je suis en train de lire, c’est pas triste…) et de ses dérivés (hadith etc.). Plus facile d’attaquer les Etats démocratiques, ou les Etats faibles d’Afrique (Mali, Somalie, Nigeria, Cameroun etc.).

On ne peut pas “surveiller” les quelques 20 000 fichés S . Il va falloir trouver d’autres solutions : tolérance zéro, application de la loi, partout. Ceux, qu’ils aient la nationalité française ou non, qui ne sont pas contents, qui veulent imposer leur religion ou leur mode de vie peuvent toujours rentrer dans leur pays d’origine. C’est ce que je disais à l’époque aux Français du Bénin qui critiquaient, parfois publiquement et sans nuance, le pays qui les accueillait.

A chaque attentat, je peux vous dire que les Musulmans “normaux” (je n’aime pas ce terme, mais faut bien trouver quelque chose… D’ailleurs les mots justes sont difficiles à trouver dans ces histoires dramatiques) souffrent énormément et que je suis solidaire d’eux. Même si, et on peut le comprendre (sans l’excuser) , ils sont parfois, dans un premier temps du moins, à chaque attentat, dans le déni.

Résultat encore, et pas des moindres, la montée fulgurante, depuis 1972, de l’extrême droite et singulièrement du FN (deux fois au deuxième tour aux présidentielles !). Voyez les résultats  pour les dernières élections nationales dans des villes de gauche comme Othis, ou communistes comme Compans, Mitry ou Tremblay  (pour ne prendre qu’elles, où les maires sont confortablement réélus depuis des années) : c’est révélateur. Et je peux vous dire que c’est en très grande majorité pour ces raisons, que les électeurs ont voté pour le FN (on en a tous autour de nous).

Voyez l’entretien des deux auteures avec Ruth El Krief (janvier dernier)

Le livre (paru en janvier dernier et déjà 25 000 exemplaires vendus) dont je vous parle (et dont je vous recommande la lecture) montre bien tous ces phénomènes en racontant l’histoire de la ville de Trappes (78). Un gros travail de plus d’un an (j’ai eu Ariane Chemin hier au téléphone, qui m’a expliqué). J’ai parfois eu du mal à lire tellement ça fait froid dans le dos. EV

Partagez cet article