Ilham Moustachir a gagné son procès en appel contre Denis Vigouroux

Ilham pendant la campagne des municipales

C’était dans le cadre de la campagne pour les élections municipales de 2014, à Gonesse (revoir l’affaire ici). Denis Vigouroux, le pharmacien bien connu de Gonesse, conseiller municipal d’opposition (ex UMP) était alors candidat  sur la liste “Bleu Marine” dirigée par Karim Ouchik, (ex adjoint PS… ).  Marine Le Pen était même venue à Gonesse soutenir la liste (revoir ici).

Au début de la campagne,  Denis Vigouroux avait accusé, dans “Le Parisien 95“,  Ilham Moustachir, adjointe au maire (PS) sortante, de conflit d’intérêts, dans une histoire de billets d’avions achetés, pour le compte de l’association de jumelage avec la ville italienne de Leonessa, à la société de voyage gérée par le mari d’Ilham (et dans laquelle elle avait des parts). Les billets étaient vraiment pas chers, mais Vigouroux y avait vu à redire, publiquement.

Ce qui n’avait pas plus, vous pensez bien, Ilham (dont le caractère, bien trempé, est connu de tous -de moi en particulier…- , Vigouroux aurait dû y penser), qui avait porté plainte pour diffamation. Une première instance au tribunal de Pontoise,  avait donné tort à Vigouroux, qui avait fait appel.

La cour d’appel de Versailles a rendu son jugement le 15 septembre dernier, condamnant Vigouroux à 1000 € d’amende, 1000 € de dommages-intérêts pour Ilham, et 1500 € pour ses frais de justice. Ça fait 3500 quand même à sortir…  Ilham, qui a toujours été soutenue par le maire de Gonesse, J-P Blazy (sans toutefois lui avoir accordé la protection fonctionnelle), a publié hier un communiqué (à voir ici), dans lequel elle déclare “très heureuse d’être reconnue victime et totalement disculpée de ces accusations inadmissibles“. EV

Partagez cet article

Municipales, gouvernement, oui à l’option Grand Roissy, Métropole… Asensi s’explique

François Asensi a été réélu (brillamment, 69% au premier tour) maire de Tremblay-en-France. Cette commune est remarquable à plusieurs titres: elle est la plus étendue de Seine-Saint-Denis, elle possède sur son territoire une bonne partie de CDG (dont le siège d’Air France) et de Paris Nord 2, et en plus une ZAE communale bien fournie et la nouvelle ZAE Aérolians, qui avance à grands pas (voyez aussi ici). Et, si l’on excepte la période de l’Occupation, il n’y a eu que trois maires à Tremblay : Gilbert Berger, Georges Prudhomme (les deux PCF) puis donc F. Asensi (PCF, qu’il a quitté en 2010 pour rejoindre ensuite le FG). Il est aussi député de Seine-Saint-Denis depuis 1981. Il est aussi président (il vient d’être réélu, voir l’article plus bas) président de la CA Terres de France, qu’il a créée en 2010. Tout ceci en fait un personnage incontournable dans le Grand Roissy. Communiste dans l’âme, il ne manque pas pour autant une occasion de se distinguer en ayant, depuis longtemps, un discours pro-entreprise  (revoir ici) qui ferait pâlir nombre de libéraux. Tout cela nous va bien et on lui a donné la parole.  EV

RoissyMail : la liste que vous avez conduite aux dernières municipales a remporté un succès net (élue au premier tour). C’est d’autant plus remarquable vue la « vague bleue ». Comment expliquez-vous cette longévité ? Les gens se posent la question…. Y’a un secret ? On dit que vous êtes « atypique », « inclassable »…

F. Asensi : Aucun secret, c’était pour moi un résultat attendu. Je suis constamment présent dans la ville, proche des habitants. Je n’ai d’ailleurs aucun mérite ; j’aime les gens ! J’ai le contact facile. Depuis que je suis tout jeune, j’aime fédérer, rassembler, unir, échanger et porter vers l’action. Je mets un point d’honneur à avoir une gestion ouverte, respectueuse de chacun.

Je n’ai jamais caché mes valeurs, mes engagements Tout le monde les connaît à Tremblay. Je milite pour construire une autre société plus juste, plus humaine, plus respectueuse des individus, de tous les individus. Une société qui prend le contre-pied de l’argent-roi qui broie les vies.

Et puis j’ai toujours eu à cœur de défendre les valeurs de la Révolution française ; la liberté, l’égalité et la fraternité. La fraternité qui est souvent la plus oubliée de notre triptyque est d’ailleurs le thème de l’année 2014 à Tremblay. Je l’ai souhaité parce que c’est pour moi une des valeurs fondamentales de la République. Elle ne se décrète pas et doit imprégner toutes les actions publiques. Elle fait reculer l’intolérance, le racisme, les incivilités, l’irrespect. Elle est la garantie du vivre-ensemble.

J’ai bien conscience que ceux qui ont soutenu et voté pour la liste que je conduisais ne partagent pas tous mes convictions politiques. Ce serait une erreur de le penser. Cela dit, il faut savoir lire un résultat. Près de 69 % des Tremblaysiens ont voté pour moi, dès le premier tour, en connaissant parfaitement mes engagements. Je crois qu’ils savent que je ne fonctionne pas en mode partisan et que je combats toute forme de sectarisme. Et bien sûr, ça me fait plaisir. Preuve, s’il en était besoin, qu’assumer pleinement ses convictions n’empêche pas de partager avec d’autres des valeurs humanistes.

Tremblay avance dans le respect de son identité, de son histoire singulière ; une ville où chacun a sa place, avec une croissance maîtrisée, dans un cadre environnemental préservé. Ces aspects prennent une importance particulière face au projet de métropole du Grand Paris qui entend ôter aux maires une part essentielle de leurs compétences, notamment en matière d’urbanisme et de construction de logements. Un projet qui dénie toute intervention des citoyens dans la gestion locale.

Ses explications sur Villepinte

RM: autre chose qu’on a du mal à comprendre : en 2008 à Villepinte, (et je ne parle pas de Sevran…), vous aviez grandement soutenu Nelly Roland, que vous connaissiez, j’en témoigne, depuis longtemps et qui avait été élue maire. Puis les choses se sont mal passées, s’agissant des rapports entre elle et une partie de sa liste, vos amis pour être clair. Vous avez donc soutenu, au premier tour, une liste de gauche contre celle de Nelly Roland, avec les résultats qu’on connaît. On peut dire que c’est un échec pour vous… Peut-on savoir ce qui s’est passé pour en arriver là ?

Je vous répondrai bien comme Simone de Beauvoir « sans échec, pas de morale ». Dans la vie, on ne peut pas tout accepter, même si on sait qu’on ne gagnera pas tout de suite. Pour ma part, je crois beaucoup en la loyauté, la fidélité dans ses convictions.

Je n’ai pas choisi de retirer mon soutien à Nelly Roland. C’est elle qui a décidé de rejeter le mien en refusant d’être soutenue par le Front de Gauche, le Parti communiste et Europe Ecologie-Les Verts. En bref, les forces de gauche sans qui elle n’aurait jamais été élue maire en 2008. Totalement incompréhensible et incohérent ! En tournant délibérément le dos à ces forces, elle savait qu’elle ne pouvait avoir mon soutien.

Avec les élus de sa majorité, j’ai tout fait pour favoriser la cohésion de son équipe et développer une politique de solidarité et de dialogue entre nos deux villes, notamment au sein de Terres de France. Malheureusement son manque d’ouverture et de confiance dans son équipe a fait éclater sa majorité municipale. Neuf de ses adjoints ont été contraints de démissionner quelques mois avant l’élection.

Elle a même été mise en minorité par son propre Conseil municipal. Son refus, par exemple, d’aménager le parc naturel du Sausset est incompréhensible. Son Conseil municipal ne l’a d’ailleurs pas suivi.

Elle a aussi fait preuve d’hostilité à l’égard de la ville dont je suis le maire. Sans même me consulter, elle a favorisé l’installation, en face de Tremblay, d’un magasin Lidl, puis d’une station de lavage qui perturbent la tranquillité du secteur. Elle a provoqué la colère des riverains tremblaysiens. De la même façon, elle a mis unilatéralement en place le stationnement payant à la gare du Vert-Galant, alors que de nombreux Tremblaysiens s’y garent chaque jour pour prendre le RER.

Entre communes voisines, la règle et la courtoisie sont de travailler ensemble sur des projets de cette nature. Pour les projets limitrophes de Tremblay, je travaille en bonne intelligence avec les maires de Roissy, de Vaujours ou de Mitry-Mory par exemple. C’est bien normal. En région parisienne, les limites des villes ne sont pas des frontières impénétrables. Bien au contraire, on passe d’une ville à l’autre sans parfois s’en rendre compte et les installations sur l’une ou l’autre ville ont des impacts sur la ville d’à-côté.

Enfin, elle s’est auto-proclamée candidate sous l’étiquette d’apolitique ce qui, compte tenu des difficultés rencontrées dans sa gouvernance de maire, a heurté les militants et les sympathisants. Apolitique, une notion bien vague, sans vision d’avenir pour Villepinte. Dans la situation de crise que l’on connaît, cette position n’était pas de mise. Pour moi, comme pour beaucoup de Villepintois, la meilleure façon de s’opposer à la financiarisation économique, aux inégalités et aux injustices passait, et passe toujours, par l’affirmation d’un véritable ancrage à gauche.

Il fallait à Villepinte une liste de rassemblement, porteuse d’un projet d’avenir lisible. Il était tout simplement impensable que le Front de Gauche ne soit pas présent à ce scrutin et qu’il ne puisse pas défendre sa démarche.

C’est pourquoi, m’appuyant sur le vote des militants, j’ai soutenu la liste conduite par Arnaud Keraudren en espérant que Nelly Roland choisirait d’éviter la division. Le score d’Arnaud Keraudren est prometteur. Et je suis convaincu que la gauche, avec lui, a un avenir dans cette ville. Et puis, comme le faisait remarquer Max-Pol Fouchet : « Les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires ».

J’ai constaté un vrai désamour entre le peuple de gauche et le gouvernement Hollande.

RM: Vous n’avez pas voté (on s’en serait douté…) , à l’Assemblée nationale, la confiance au nouveau gouvernement. Pouvez-vous développer votre position ?

FA : changer les personnes sans changer de politique,

Read moreMunicipales, gouvernement, oui à l’option Grand Roissy, Métropole… Asensi s’explique

Partagez cet article

Municipales : les after ! E. Veillon très proche du FN. Gros bazar à Sevran. A côté, Goussainville c’était de la p’tite bière

Stéphane Gatignon, maire (EELV) de Sevran, lors de sa "grève de la faim" devant l'Assemblée nationale en 2012. Cliquez...

Eric Veillon : alcoolique, misogyne, vulgaire et très proche du Front national

Pour un bazar, c’est vraiment un gros bazar, à Sevran (93). A côté, la campagne à Goussainville, avec son flot d’insultes et de … “communautarisme”, (pour ne prendre que lui, votre serviteur, qui a suivi la campagne, a été qualifié par Luc Broussy (sur son FB) de …. “blogger alcoolique, misogyne et vulgaire“, pas moins, et par l’anonyme blogueur GDV, partisan du même Luc Broussy (revoir ici), qui a ouvert un nouveau  mur FB, (le GDV) de “très proche du Front national“, m’accusant de “méthodes fascistes“), était une promenade de santé.

Sevrangate : déliquescence politique, climat délétère (c’est un euphémisme) plaintes mutuelles et mains courantes en pagaille. Dont la plus importante : une plainte déposée contre le maire Gatignon (voir son parcours ici) en décembre “révélée” entre les deux tours par un certain Mohammed Chirani, candidat UMP (ex-délégué du préfet de Seine-Saint-Denis), éliminé au premier tour (8%), qui dénonce un “système mafieux”. C’est à lire avec délectation(?) ici

Clémentine Autain : nous voulons que Sevran se tourne vers Roissy

Un meeting (foto de son blog) de Clémentine Autain avec François Asensi

De son côté, Clémentine Autain (qui pense que la nomination de Valls est une “provocation” (voir sa déclaration au premier Conseil) , candidate FG, ardemment soutenue par François Asensi, dont elle la suppléante à l’Assemblée nationale, vient de déposer un recours contre l’élection de Gatignon, en arguant d’ achats de voix supposées,en autres.  . Le maire de son côté a porté plainte contre elle pour “diffamation”(voir ici).

Pour ceux qui n’ont rien compris (et personne ne leur en voudra), qu’ils sachent que les divisions et conflits “à gauche” se font entre partisans de la même (à quelques nuances près) idéologie “gauchiste” (il est bon de ressortir ce mot), customisée 21 ème siècle. Et que la droite sevranaise, que j’ai bien connue voici quelques années (ça c’est même aggravé)  est encore plus nulle que celle de Mitry-Mory. Et c’est pas peu dire !

Bon, la belle Clémentine  souhaite que Sevran se “tourne vers Roissy”, ce qui nous va bien, c’est vrai que Gatignon ne voit pas ça: il a tort à mon avis… Mais elle dit aussi dans son intervention (à lire absolument ici) : “pendant six ans, je serai personnellement et nous serons personnellement présents et vigilants”. Rires : si elle tient 6 ans comme elle le dit dans l’opposition municipale de Sevran, je veux bien être pendu haut et court (si je ne suis pas mort d’ici là) en public sur la place de la mairie de Sevran !  EV

Partagez cet article

Les maires ont été élus. Que les choses se calment maintenant et… au travail !

Le nouveau Conseil municipal d'Epiais-lès-Louvres

Voilà, les élections municipales sont terminées, les conseils installés, les maires et adjoint élus, restent les intercos. Ça a chauffé dans certaines communes et certains perdants ont parfois du mal à admettre leur défaite. C’est pourtant la démocratie. Il est temps maintenant que les esprits se calment, et que tous se mettent au travail, au service des administrés. Côté gagnants certains ont eu la dent dure. A l’image d’Arnaud Bazin président (DVD) du Conseil général du Val d’Oise (où la droite et le centre ont fait un tabac), qui en a remis une louche (voir ici, sur VO News) sur les conseillers généraux de gauche battus et même deux louches sur Didier Arnal. Ce qui a valu une vive réaction de l’ancien président (PS) de ce même conseil, dans un communiqué indigné

M. Clément, doyen du Conseil, a remis l'écharpe à Isabelle Rusin

A Epiais-lès-Louvres, c’était plus cool. Vendredi soir, Isabelle Rusin a été réélue à l’unanimité des 7 conseillers et Karine Bozzini, qui s’était présentée en solo (elle a été élue facilement au deuxième tour) a fait son entrée au Conseil. Elle n’a pas cependant été élue adjointe, vendredi dernier, le Conseil lui préférant Jérôme Drouillot, qui rempile donc. Un pot sympathique a clos la séance.

Je ne suis pas allé à l’installation du Conseil de Goussainville samedi matin. Comme Luc Broussy  qui, lui, a préféré partir sur la Côte d’azur 4 jours, après avoir néanmoins écrit sur son Facebook que la liste d’Alain Louis  été élue … grâce à lui, ce qui ne manquait pas d’air. Alain Louis a donc été élu, ainsi que ses adjoints. Vous pourrez lire son discours, sobre comme toujours, ici. Badr Slassi, qui avait été son directeur de campagne, a été élu Premier adjoint. Quant à Élisabeth Hermanville, une lectrice m’écrit : j’ai vu les larmes de Hermanville, on a cru à du cinéma au début , mais non , elle sanglotait de rage, s’en prenant au pauvre conseiller municipal de Bleu Marine et s’en prenant au Maire … J’ai bien cru qu’elle allait nous faire une crise cardiaque …

Le maire de Goussainville Alain Louis et ses adjoints

Les élections européennes devraient être plus calmes…

Pour une initiative de l’association des élus du Grand Roissy

Compte-tenu des résultats en Région Parisienne, il n’est pas évident que la future Métropole (virtuellement à droite maintenant), fasse partie des priorités du nouveau gouvernement …  L’association des élus du Grand Roissy pourrait mettre à profit cette situation nouvelle pour se renforcer et en appeler publiquement à la formation d’une Communauté du Grand Roissy, incluant bien sûr les communes concernées de Seine-Saint-Denis. EV

Partagez cet article

Le tsunami bleu n’épargne pas le Grand Roissy : Aulnay, Villeparisis, Villepinte passent à droite. Les fiefs communistes (Bobigny, Saint Ouen, Le Blanc-Mesnil) sont tombés

Tous les résultats sont sur le site de l’ex ministre de l’Intérieur, nouveau premier ministre …   Tout à déjà été dit, jusqu’au changement de gouvernement (c’est le minimum qu’il y avait à faire) et le départ de Cécile Duflot qui est une bonne nouvelle pour le Grand Paris et donc le Grand Roissy (revoir ici, notamment).

Grand Roissy 95 : le vieux a encore gagné, pour la 4ème fois !

Tout d’abord Georges Delahlt, maire (DVG, 84 ans) de Le Thillay a été réélu.! Ce coup-ci, j’avais pas fait de pronostic (j’en avais fait en sa faveur les trois dernières fois). Chapeau M. le Maire, votre ex Grand Chambellan  doit être vert ! Exit Paternotte (voir plus bas), exit Decolin (UMP) à Luzarches. A Garges, Maurice Lefebvre (UMP) a été réélu : son ancienne première ajointe, qui voulait le remplacer, a perdu son pari. Et le communautarisme, insupportable et faussement mielleux (depuis des années) de son adversaire PS Hussein Mokhtari, a échoué (et c’est une bonne chose), une fois de plus.  Goussainville : formidable victoire (c’était pas joué) d’Alain Louis (ex PS, DVG), voir plus bas. Germain Buchet, maire de Marly-la-Ville, (oups, Saint-Witz, excusez, merci à VD) est  réélu. A Fosses, le maire Pierre Barros (FG) qui a été élu au 1er tour avec 7 voix d’avance, va devoir affronter plusieurs recours de la part de son challenger UMP Frédéric Deschamps. A noter l’échec cinglant du “sûr de lui” Philippe Doucet (PS) à Argenteuil.

Grand Roissy 93 : wahou !

Election de François Asensi, maire de Tremblay, le 29 mars

Martine Valleton (UMP, ex UDF) retrouve, sans surprise, son siège de maire de Villepinte, après l’intermède de la gauche divisée. Stéphane Matignon (EELV) à Sevran a résisté à l’OPA de Clémentine Autain (FG), appuyée par François Asensi. Le gros changement c’est à Aulnay où le maire (PS) Gérard Ségura a été battu par l’UMP Bruno Beschizza. A Livry-Gargan l’ancien maire (PS) Alain Calmat ne pourra pas arroser sa victoire, car il a été battu par Pierre-Yves Martin (centriste). Et … Le Blanc-Mesnil ! Communiste depuis des lustres, c’est l’UMP Thierry Meignen qui a gagné. Idem pour Bobigny (chef lieu du département) où l’UDI Stéphane de Paoli  a terrassé la maire communiste sortante. A le Raincy, l’impayable Eric Raoult a été battu (sa femme doit être contente) par le DVD Genestier.

Grand Roissy 77 : Villepa’ a coulé, Mitry peut allumer des cierges … Planchou non

Villeparisis: pourtant bien élue en 2008 (74% au premier tour…), la liste de la majorité de gauche, nouvellement conduite par le pourtant talentueux Gilles Loubignac n’a pas pu résister à Hervé Touguet (DVD, allié à l’UDI au 2ème tour), qui a cartonné . On essaiera de comprendre ce qui s’est passé à Villepa’. Il semble que des divisions internes n’aient pas plu aux électeurs…  Mitry-Mory (PCF depuis des lustres)a résisté, mais le boulet de l’inoffensive droite-centre n’est pas passé loin. De quoi se faire poser des questions à l’équipe de Mme Dupont, maire de la ville…

A Chelles, le jeune Brice Rabaste (UMP), un proche d’Yves Albarello, a mangé tout cru Jean-Paul Planchou, le maire sortant PS de Chelles (par ailleurs vice-président de la Région IDF et compagnon de Nicole Bricq,  future ex  ministre et qui trouve la bouffe de l’Elysée “dégueulasse”…).

Du coup, avec les échecs de la gauche à Dammartin et Villepa’, la nouvelle grande interco sera dirigée par les “amis” d’Alba. Bien, les urnes ont parlé ! Maintenant il faut se mettre au travail pour le nord est 77…  Un mot, quand même, sur le succès( surprenant! compte tenu de la situation et qu’il avait récemment succédé à l’ancien maire) de Guillaume Lelay-Felzine (également ancien dircab du maire de Villepa’ et avant dircab de Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse) : 70.20% au premier tour !  EV

Partagez cet article

Alain Louis triomphe à Gouss !

J’ai trainé un peu à Épiais avant, comme dimanche dernier, d’aller voir les résultats à Goussainville.  Pas moyen de donner un pronostic, même si Alain Louis (ex PS) avait ma sympathie. Qu’allaient faire les électeurs (19.90% ) de Luc Broussy (PS), contraint de se retirer par la fédération du PS ? Qu’aillaient faire les électeurs du FN (14.9%) qui se maintenait au 2ème tour? Et comme Elisabeth Hermanville (UMP) était arrivée en tête au premier…

[easyrotator]erc_95_1396340524[/easyrotator]

J’arrive donc en retard et je vois tout de suite qu’Alain Louis vient de gagner, avec plus de 500 voix d’avance sur sa rivale UMP.  Une victoire non seulement nette, mais honnête, compte-tenu du mauvais comportement de Luc Broussy tout au long de cette campagne. J’ai félicité à plusieurs reprises le maire, qui a fait une campagne carrément géniale. Elisabeth Hermanville a reconnu très sportivement la victoire du maire. Le bureau du maire et la terrasse qui donne sur la place de la Charmeuse étaient ouvert à tous, y compris les FN  Chistophe Crédeville (qui rentre au Conseil de Gouss tout seul et Karim Ouchikh, nouveau Conseiller municipal à Gonesse. Etaient là aussi André Yannick Owona, candidat UDI et ses amis, M. Toumazet, l’ancien maire (PCF), Cédric Sabouret conseiller général (PS)…

Tout le monde avait le sourire, comme on peut le voir sur ces fotos et sur la vidéo ci-dessous. Y’a parfois un peu de morale en politique… EV

Partagez cet article

Looking for Mr “GDV” : RoissyMail offre 200 € cash !

Pendant la campagne de Goussainville, un petit malin avait ouvert un mur sur Facebook, nommé “Goussainville Débats Virtuels” . Objectif affiché faire connaitre le positions des différents candidats et encourager le débat avec les internautes. Comme, cette année, les campagnes se sont pas mal déroulées sur le web et sur FB en particulier, je trouve l’initiative intéressante et je m’inscrit sur le mur, histoire de “sentir” les débats.

Mais très rapidement, je vois où (on va l’appeler comme ça) GDV veut en venir. Il publie les programmes, des points de programme, et c’est gros comme un patate, il prend parti, d’une manière subreptice. Je lui demande de dire qui il est : refus catégorique. Je lui dit que ce n’est pas correct et que sa manière de “conduire” les débats est orientée et que dans ces conditions il faut qu’il se découvre. Refus encore. Le ton monte, j’essaye de le faire sortir de  ses gonds. Pas moyen, il lâche pas, l’animal !  Il est de plus en plus clair qu’il roule pour Broussy, sans le dire.

Je vous la fais courte : je lui ai promis que je trouverais qui il était. Et, à la fin, lorsque Broussy a été contraint de se retirer, le masque est tombé (mais pas son identité) et il a fini par fermer lâchement (c’est un lâche) son mur sans autre forme  de procès. Beaucoup d’internautes de Gouss avaient suivi les échanges. Parmi ses complices, un certain Hasan Charbonnier (sic), présent sur la liste de Broussy (16H37 oups! erreur, j’ai été trop vite, il n’était pas sur la liste, mais fervent partisan) , qui m’avait accusé d’être “acheté” par des promesses du maire Alain Louis, pour de la pub sur “ce torchon de RoissyMail”. J’ai proposé audit Hasan de m’appeler au tél. afin que je lui explique comment on a  gardé notre indépendance depuis 10 ans (pour ne prendre que RoissyMail.com…). Le courageux Hasan n’a pas répondu… (Je viens de l’avoir sur FB , il n’ose pas confirmer ses accusations…et me demande de retirer son nom de cet article LOL )

200 € !

Tout ça pour dire que je ne lâcherai pas l’affaire et que je vais démasquer ce malhonnête GDV. RoissyMail offre 200 € cash à celui ou celle qui nous donnera des informations permettant de situer le bonhomme. On n’est pas riche à RM (on l’a jamais été …), mais ce sacrifice est le prix de la liberté.  Alors, en piste, tous ! Non, mais !  EV

Partagez cet article

Epiais-lès-Louvres village civique : 95,77 % de votants

Voici un score plutôt rare en France ! On a frisé les 100% de votants (68 sur 71 inscrits), dimanche dernier. Il s’agissait de désigner le 7ème conseiller qui n’avait pas eu la majorité au premier tour. Trois candidats étaient en lice: Karine Bozzini, Jean-Michel Duru (conseiller sortant) et Nicole Oudet. Celle-ci, pour des raisons mystérieuses (il y a beaucoup de mystères à Epiais….) n’a pas déposé de bulletin, favorisant ainsi Karine, qui avait failli être élue au premier tour. C’est donc elle qui a été élue. Mais on ne l’ a pas vue au dépouillement… EV

Partagez cet article

Sannois : Paternotte battu par son propre adjoint…

Bernard Jamet, qui avait été son adjoint, a battu le maire sortant (UMP), Yannick Paternotte, avec un score sans appel 48.19 % contre 32.94 à l’ancien député de la 9ème circonscription du Val d’Oise  (la gauche faisant 18.25).

Paternotte avait pourtant essayer de remonter la pente entre les deux tours en envoyant une lettre, plutôt pathétique, aux électeurs (la voir ici).

Il aura été maire de Sannois depuis 1992. Il avait été aussi premier vice président du Conseil général, puis député de “Roissy” pendant un mandat (2007-2012). Voyez sa fiche Wiki.

Visiblement, le fait d’avoir été finalement acquitté dans une affaire d’abus de faiblesse n’aura pas eu d’effet sur les électeurs. La situation des finances communales, plutôt mauvaise aux dires de son concurrent, a fait le reste. La justice des urnes a parlé.

Il n’a donc plus de mandat à ce jour. Une page est tournée. On ne s’en plaindra pas ici …

Voyez ce que dit le nouveau maire dans cette vidéo de VO News.  EV

Partagez cet article

En difficulté à Aulnay, le maire (PS) Gérard Ségura fait son autocritique sur Facebook

Gérard Ségura, maire (plutôt sympa au demeurant)d’Aulnay-sous-Bois , en difficulté sérieuse fait son autocritique sur sa page facebook (voyez ci-dessous). Moi je veux bien M. le maire, mais… Cahuzac et consorts, vous appelez ça comment? La gauche “dure, sans pitié? sans scrupule” ?

Bonjour à tous,

C’est avec beaucoup d’attention que je lis les conversations qui se nouent sur les réseaux sociaux. J’entends les points de satisfaction que certains expriment à l’égard du travail effectué durant ce mandat. Mais j’entends surtout beaucoup de déceptions, d’oublis de notre part, beaucoup de reproches et de remises en cause qui nous sont adressés. Comme maire, j’assume l’entière responsabilité des erreurs que nous avons pu commettre. Ces erreurs, je sais que vous les ressentez douloureusement et qu’elles vous mettent à juste raison en colère. Sachez que la leçon a été entendue. Soyez certain qu’elle a été retenue. Je ferai le plus grand cas, soyez-en persuadé, de tout ce que vous me dites aujourd’hui et de ce que vous avez sur le cœur.

Il reste, toutefois, qu’un danger imminent nous menace. Un danger d’une brutalité sans précédent dans l’Histoire de notre ville. Beschizza, c’est la droite dure, la droite de Copé et Sarkozy, la droite sans scrupule, ni état d’âme.

Aussi l’heure n’est pas aux récriminations, aussi justes soient-elles. L’heure est à l’union de toutes les forces disponibles pour faire barrage à cette droite sans pitié. L’heure est au rassemblement le plus large possible pour dire non à la régression sociale et aux exclusions. Toute la semaine, une prise de conscience a grandi. Le flot a monté peu à peu. Une formidable mobilisation est désormais en marche au point qu’un renversement de situation spectaculaire est en train de se produire. Il faut à présent que chacun y prenne part. Dans la toute dernière ligne droite, dans les dernières heures, il faut que chacun contribue à grossir cette vague pour la rendre irrésistible. La victoire est possible. La victoire est à notre portée.

Le moment est grave et solennel.
Je compte sur vous comme vous savez pouvoir compter sur moi !


Partagez cet article