Il y aura bien, d’après Christophe Crédeville, une liste FN à Goussainville.

Contrairement à ce que je prédisais (eh oui, ça m’arrive de me tromper, incroyable, non?) il y aura bien une liste FN (“Bleu Marine” à Goussainville”. C’est du moins ce que nous a confirmé hier Christophe Crédeville (voir son blog) . Voici la présentation qu’il nous a faite :

Christophe Crédeville, militant du Front national

Je suis né à Goussainville , j’y ai grandi , j’ai fréquenté l’école Jules Ferry, le Collège P. Curie. J’ai longtemps pratiqué le judo , le foot , le rugby dans les structures sportives de la ville  Enraciné dans la ville, proche des habitants dont je connais les préoccupations, les attentes et les espoirs, je servirai l’intérêt général et les Goussainvillois.

J’ai travaillé à la Commune en qualité d’animateur pendant de nombreuses années. Cette expérience au service de la ville  me permet de produire un diagnostic juste et de  mesurer le désarroi du personnel communal  face à la désunion de l’équipe municipale .

Si je me présente aujourd’hui , c’est en recours. J’ai vu notre ville se dégrader lentement. Je ne peux pas l’accepter et je ne peux pas assister, effaré, aux querelles d’ego qui portent atteinte à la vie publique. Il faut à notre ville des élus honnêtes et rigoureux

Notre ville doit s’engager sur le chemin de la modernité. Les Goussainvillois ne peuvent se résigner à choisir entre une gauche fracturée, et une droite condamnée en justice. Ils ne peuvent se résigner à choisir entre des projets poussiéreux et des hommes  et des femmes du passé.

A noter qu’il nous a assuré que la liste est quasiment bouclée. A noter aussi que Christophe  est le fils de Michel Crédeville, ancien 1er adjoint d’Élisabeth Hermanville, hyper fâché avec elle et passé ensuite au Modem (oui, oui…) . Les “mauvaises langues” disent que c’est lui qui pousse son fils… Décidément, Goussainville…             EV


Partagez cet article

Luc Broussy et ses colistiers ont marqué un point

mardi soir, au "Sancerre" à Goussainville

Dans la bataille qui l’oppose au maire de Goussainville Alain Louis (qui a quitté le PS pour se représenter) Luc Broussy et ses amis ont incontestablement marqué un point mardi soir. Dans  la salle du Sancerre (centre commercial Carrefour) ils ont réuni 250 personnes pour un meeting de soutien à leur liste. Je crois savoir que Broussy lui-même a été surpris de ce score.  Vous pourrez lire son discours ici. Rappelons qu’ Alain Louis, soutenu par les communistes, a retiré leurs délégations aux maires adjoints favorables à Broussy (relire ici).

Partagez cet article

Du côté de Gonesse…

L’actu à Gonesse, c’est bien sûr le dépôt de bilan de la société Mory Ducros, dont le siège national (200 salariés) est situé dans une des ZAE de  la commune. Des milliers d’emplois sont menacés. Le tribunal de commerce de Pontoise a consenti un redressement judiciaire. Je me demande, à l’instar des poulets Doux ou Thillay Tilly, (oups! quel lapsus! merci au lecteur de me l’avoir signaler, d’autant que j’ai vendu, dans le passé, des tonnes de poulets Tilly en Afrique) comment on a pu en arriver là. Je penche pour la mauvaise gestion et la productivité du travail, sinon on ne comprend pas…

Du coup, Ducros, (qui ne s’est pas décarcassé) devient un enjeu électoral à Gonesse. Le maire (PS), Jean-Pierre Blazy a publié un communiqué de soutien. Et,  plus rigolo, Denis Vigouroux, conseiller municipal (ex, enfin pas tout à fait, UMP puisqu’il continue à signer ses communiqués “groupe UMP” ) et numéro 2 de la future liste “FN light” (Rassemblement Bleu Marine) a publié un communiqué vengeur contre Blazy, responsable si l’on a bien compris, du chômage massif à Gonesse. Lisez-le  c’est d’la bââl et ça confirme ce que j’avais écris ici : le Parti “de Gauche” devait faire liste commune avec le FN. Ils ont exactement la même manière de voir les choses et le même “programme”.

Enfin, dernier non-évènement (mais on en parle quand même car c’est rigolo), Philippe Haroutiounian, qui avait démissionné du groupe PS au conseil municipal (à revoir ici), vient de pondre un communiqué dans lequel il annonce s’allier au Petibi, un vague centriste. C’est délicieux… Il devrait aller à Goussainville … Ah! les mecs qui mettent qui mettent 6 ans pour s’apercevoir qu’ils se sont trompés… !

EV

Partagez cet article

Le maire Alain Louis retire les délégations à 5 élus. It’s the war !

Alain Louis, maire (ex PS) de Goussainville

Luc Broussy (qui vient d'être décoré de l'Ordre du Mérite national)

Ce n’est plus chaud, c’est bouillant à Goussainville, du côté gauche. On se souviendra que l’actuel maire, Alain Louis, avait refusé se de frotter aux primaires socialistes qui l’opposait à son adjoint Luc Broussy, par ailleurs conseiller général du canton de Goussainville-Louvres. Et il avait démissionné du PS la veille du vote de la section. Alain Louis avait ensuite annoncé qu’il se présenterait à sa propre succession, avec le soutien des communistes (qui avaient géré la ville pendant longtemps, voici des années), Luc Broussy recevant l’appui des verts de EELV en la personne de Abdel Bourakba (celui qui est contre le développement de la région aéroportuaire, contre le triangle de Gonesse etc.) , adjoint au maire.

On a appris hier qu’Alain Louis avait retiré ses délégations à 5 élus : Luc Broussy, Cécile Madura,David Ulger, Sevgi Karaman (tous adjoints au maire) et Abdel Bourakba, conseiller municipal délégué.

Un prochain conseil municipal devrait se tenir rapidement. Pas moyen de joindre Alain Louis pour avoir plus d’explications sur ce geste symbolique qui reste incompréhensible aux yeux de beaucoup.

A ce train là, Elisabeth Hermanville, la charismatique et sulfureuse ancienne maire (droite, UMP au besoin, mais surtout Hermanvillienne)  de Gouss, est assurée d’être élue.

!!!

EV

Partagez cet article

Anthony Arciero veut être maire de Survilliers

Anthony lors du dernier 11 novembre (foto piquée sur son FB)

Ah! les élections municipales dans le Grand Roissy vont avoir au moins le mérite d’être, pour certaines communes du moins, plutôt mouvementées, la principale caractéristique de celles-ci étant les batailles zinternes aux partis politiques. Ainsi, après la war (war plus haut) à Goussainville, les luttes internes à Villepinte, la “mère des batailles” à Sevran, les cocufiages à Puiseux-en-France, les trahisons à Le Thillay, (on reviendra sur ces  dernières), c’est au tour de Survilliers de faire parler d’elle.

En plus, il a une bonne gueule, non?

De bonne source, on a appris que le jeune patron des jeunes UMP du Val d’Oise, Anthony Arciero (dont j’ai un jour écris que, parti comme il est, il pourrait bien devenir un jour président de la République…), s’est lancé dans la course pour succéder au maire (UMP) actuel de Survilliers (95), Jean-Noël Moissey, dont c’était le premier mandat. Il était, avant sa retraite, le directeur de la “cartoucherie” et devait être un maire “de transition”. Anthony est simple conseiller municipal, alors que, si je me souviens bien, il devait être adjoint ou avoir une délégation. Ça ne s’est pas fait, et on peut imaginer un certain ressentiment, d’autant que ce jeune élu a été très actif pendant ce mandat. Il est quand même délégué à La CA Roissy Porte de France (et délégué UMP , j’oubliais, de la 9ème circonscription).

Toujours est-il qu’il se pose en candidat pour mener une liste à Survilliers. Il semblerait (non, il semble…) que l’actuel maire veuille, contre toute attente, se représenter. Le dossier sera examiné courant décembre par les instances départementales de l’UMP. Et il ne devrait pas y avoir foto: on voit mal comment l’UMP 95 désavouerait son président (dynamique par ailleurs, et une de ses  étoiles montantes ) des djeun pop ! Voyez son Facebook

D’autant que, ironie de l’histoire, l’ancien maire, Arnaud de Saint-Salvy (qui avait pourtant mis en place Moisset) soutiendrait Arciero.

Bon, y’a de la bataille dans l’air… Moisset, à mon avis, a dû se sentir pousser des ailes quand Paternotte l’a choisi (faute de mieux …) pour être son candidat suppléant. Mais Anthony est ceinture noire de judo …En tout cas, vous aurez compris que ce dernier à la sympathie de l’observateur que je suis… Pourquoi ? Parce qu’il est actif, pas borné, ne manie pas la langue de bois, fais des choses, et… fait de la politique ! Ça suffit à mon bonheur de vieux citoyen.

EV

Partagez cet article

Les communistes d’Aulnay : “les choix austéritaires du Président de la République et de son gouvernement sapent l’espoir à gauche et favorisent la montée du FN”

Le PCF a abandonné (en catimini )la faucille et le marteau récemment. Dommage, je l'ai toujours trouvé génial ( l'allégorie...)

Pauvres communistes d’Aulnay-sous-Bois ! Dans un document (une soupe, plutôt) intitulé “Les élections municipales : les communistes s’expriment” (à lire ici, c’est un morceau non d’anthologie, mais … d’anthropologie), ils ne s’expriment pas, en fait. Écartelés entre leur désir de continuer à exister au sein de la municipalité dirigée par le maire Gérard Ségura (PS, qui se représente) et leur position politique nationale anti-gouvernementale, ils terminent leur improbable prose par ceci : “Nous sommes prêts à prendre nos responsabilités non seulement pour être force de proposition dans la conception d’un projet pour Aulnay, mais également pour le mettre en œuvre dans le cadre d’une équipe municipale reconnaissant pleinement le rôle et la place des communistes dans une majorité de gauche par un renforcement du nombre d’élus et de maires adjoints communistes.
Un tel engagement ne pourra se faire qu’avec la concrétisation d’un accord politique sur lequel les adhérents communistes se prononceront souverainement
.”

C’est pathétique. Il sont donc prêts à s’allier (comment pourraient-ils faire autrement, ils ne représentent plus rien à Aulnay…) avec Gérard Segura et ses amis socialistes qui soutiennent François Hollande et son gouvernement, qui eux-mêmes, “favorisent la montée du Front national” (sic). Et en plus, en demandant davantage d’élus et  d’adjoints, pas moins  !

Si j’ai bien compris,

En fait, c'était dans ce sens là, pour le PCF. Voyez le wikipedia...

dans ce cas, ils favoriseraient eux-même ladite montée…

Robert, reviens ! ils sont devenus fous !

Quelle tristesse, quelle pauvreté ! Robert Ballanger, ancien maire d’Aulnay  (qui fut, de 1979 à 1981 mon patron en tant que président du groupe communiste à l’Assemblée nationale) doit se retourner dans sa tombe.

Et… bon courage, M. Ségura …

EV

Partagez cet article