Drôles d’élections municipales…

Dès le début, je ne la sentais pas cette élection municipale, tant au niveau national que local. Et je m’étais bien gardé de faire des pronostics (sauf pour François Asensi, réélu au 1er tour avec 75.27 % ! ), comme j’en fais d’habitude. Quelques faits notables quand même, après le 1er tour. D’abord à Roissy-en-France: la liste conduite par Michel Thomas (soutenue par André Toulouse) a gagné contre celle de Patricia Petit (voir les résultats ici) . Tout était possible, mais on peut dire que la campagne agressive et démagogique de l’ancienne adjointe au maire a finalement joué contre elle.

Bon, sinon, surprise, Yves Albarello, maire de Claye-Souilly depuis 1989 a été battu au premier tour par son ancien premier adjoint Jean-Luc Servières (voir ici). Ambiance…

Point spécial sur Epiais-lès-Louvres. Ce petit village a toujours voté massivement  comme le montre le tableau ci-dessus. Isabelle Rusin, maire depuis 2008 et ses colistiers ont tous été élus au 1er tour (voir ici), éliminant une liste hétéroclite d’opposants divers…

A Bonneuil-en-France, le maire (depuis 2001) Jean-Luc Herkat a été battu (voir ici).

Bon, les équipes en place resteront jusqu’à mi mai,comme l’a annoncé hier le premier ministre en raison du virus…

A suivre,  d’autres commentaires… EV

 

Partagez cet article

Ambiance à Gonesse : Ilham Moustachir a lâché Jean-Pierre Blazy !

Ça a été une surprise, pour moi et certainement pour beaucoup. Dans un communiqué daté du 23 février, plutôt salé (à voir ici ), Ilham Moustachir  (élue au Conseil municipal de Gonesse depuis 2008), a annoncé qu’elle ne serait pas sur la liste et , à la fin elle souligne ” je ne soutiens donc plus la candidature de J.P Blazy et je ne voterai pas pour lui”. Carrément… Et elle n’y va pas avec le dos de la cuillère  ! Ce qui est étonnant car, j’en témoigne, autant elle a toujours eu son indépendance, elle a toujours soutenu Blazy mordicus. Je l’ai bien connue et toujours apprécié son travail, notamment au niveau de l’aide à l’emploi.

Quelle conséquence aura son attitude sur le résultat de l’élection municipale? Cédric Sabouret (PS), challenger de Blazy, (PS…) mène une campagne dynamique, comme le montre notamment l’affluence (foto ci-dessous à son dernier meeting (400 personnes contre 200 à celui du maire). Mais rien n’est joué, et je me garderais bien, ici comme ailleurs, de faire un pronostic… EV

Partagez cet article

A Roissy-en-France, il risque d’y avoir du sport !

Voici la liste que mène Patricia Petit, ancienne adjointe (depuis 2016, revoir ce moment épique ici) au maire André Toulouse. Elle avait vu ses délégations retirées en septembre 2019 (revoir ici) suite à une crise de confiance avec le maire. Dans la foulée, après m’avoir assuré, en 2018, qu’elle ne se présenterait pas, elle a décidé de le faire, s’opposant ainsi à la liste conduite (revoir ici) par Michel Thomas, soutenue par André Toulouse, qui ne se représente pas. Sur la liste de Patricia Petit, on trouve plusieurs personnes qui avaient été élues avec André Toulouse. Notamment Renata Trudelle (étonnant…). Surprises aussi les candidatures (nouvelles) d’Halima Houille, directrice de l’Holiday Inn et de sa sœur Zahra Rahmoune Dali, directrice du Campanile. Surprenant aussi, la présence de Jérémy Desprets, qui  fut directeur d’Aéroville (maintenant directeur de Forum des Halles).

Il est vrai que l’ambiance au conseil municipal de Roissy s’était un peu détériorée ces derniers temps…

Je ne fais pas de pronostic… EV

Partagez cet article

Meaux : André MOUKHINE-FORTIER conduira une liste sans étiquette contre Jean-François Copé

cliquez pour voir ses 12 engagements

C’est quand même une surprise, en tout cas pour moi. André MOUKHINE-FORTIER, conduira une liste “sans étiquette” à Meaux (77), contre J-F Copé, maire depuis 25 ans. Je ne l’ai jamais rencontré, mais on a parlé quelque fois, toujours avec plaisir (c’est un lecteur assidu de Roissymail) et je reçois les informations de l’association qu’il préside depuis longtemps: Meaux Environnement. Je lui avais demandé des précisions sur lui. Voici ce qu’il m’a répondu :

“Merci pour ce message. Il y a un bio express au verso du tract. J’ai 61 ans, marié, 1 enfant. Je suis né, je vis et j’habite à Meaux. Je suis directeur d’une école publique très proche de Roissy, toujours en activité et président de l’AME (Association Meaux Environnement) depuis 26 ans.

Je ne fait partie d’aucun parti politique, ma dernière carte remonte au RPR. Je suis ce qu’on appelle un gaulliste social écologiste si cela veut dire quelque chose. Pour être plus clair, j’ai soutenu Alain Juppé lors des primaires de la droite, voté et soutenu Macron lors des présidentielles, et voté Ecolo aux Européennes.

Ce qui m’intéresse avant tout, c’est Meaux et uniquement Meaux, c’est grandement suffisant pour moi !

Le magazine l’Expansion qui fait référence m’a classé il y a quelques années lors d’un reportage consacré au Pays de Meaux dans les 10 personnalités les plus influentes de Meaux… Bien que je ne possède aucun mandat électif.

Je n’ai jamais été candidat au poste de Maire de Meaux. Uniquement sur la liste de Guy DRUT en 1989 et très jeune conseiller municipal dans mon village de Juilly en 1983.

Je ne sais pas ce qui se passera en mars 2020 à Meaux mais ce qui est certain, c’est que le match est très ouvert. Situation inédite à Meaux depuis 1995, il y a 25 ans, date de l’élection de JFC.  Si besoin, n’hésitez pas à me contacter. Bien cordialement, André MOUKHINE-FORTIER”

Transports “gratuits” et “trains à l’heure” …

N’empêche, et je lui ai dit (il a de l’humour, vous savez, cette chose devenue rare ) que j’avais ri en lisant ses 12 propositions. Il préconise (comme d’autres) la “gratuité” des transports. Évidemment, cette “gratuité” n’existe pas. Dans ce cas, ce sont les contribuables qui payent, y compris ceux qui ne prennent pas les “transport”… Ce qui n’est pas juste, selon moi.

Autre chose qui m’a fait sourire dans ses propositions: ” des trains à l’heure”…

Cela étant, j’ai souhaité parler de lui, car, depuis peu, Copé, après avoir dénigré, pendant des années j’en témoigne, l’aéroport CDG, tente (il est aussi président de l’agglo du Pays de Meaux) de se rapprocher de la CA Roissy Pays de France. Il a même été à l’origine d’un “GIP” (qui ne sert à rien, c’est pour ça que je n’en ai jamais parlé ici) avec cette dernière (qui, au passage, rigole bien en secret). On va suivre la campagne à Meaux, car c’est vrai que le jeu est ouvert… EV

Partagez cet article

C’est Michel Thomas qui conduira la liste de la majorité sortante

Michel Thomas

Le suspens s’est terminé lundi matin, à l’heure où les Roisséens ont reçu la liste (ci-dessous) qui sera conduite par Michel Thomas. Celui-ci, retraité, avait été adjoint au maire à deux reprises dans le passé. La liste présente de nombreux nouveaux candidats (à comparer avec l’actuel conseil municipal). A noter qu’elle devra affronter la liste de Patricia Petit, ancienne adjointe au maire, qui s’est déclarée en septembre dernier (revoir ici). Quatre cinq membres de l’actuelle majorité sont sur sa liste.

C’est inédit à Roissy (je me souviens qu’à deux reprises, dans le passé, la liste d’André Toulouse n’avait personne en face).  Un duel que nous suivrons, bien sûr.

Et, comme nous l’avions écrit, Patrick Renaud, actuel premier adjoint, ne se représente pas. La question de sa succession à la présidence de la CA Roissy Pays de France se pose déjà…

EV

cliquez pour agrandir

Partagez cet article

François Asensi a lancé sa campagne

Le vendredi 6 décembre 2019, dans la (belle) salle Jean-Ferrat à Tremblay-en-France, a eu lieu la soirée de lancement de campagne électorale pour les municipales 2020 de François Asensi, maire sortant (depuis 1991) et député honoraire, sous le slogan : « Tremblay ensemble, la ville écologique et solidaire qui s’engage avec vous ». La soirée s’est tenue devant une salle pleine, en présence des collaborateurs municipaux qui ont profité de cette occasion pour établir un bilan du mandat effectué. Des livrets ont été distribués au public, retraçant les points forts du dernier mandat et les objectifs à venir.

Pendant son discours d’une vingtaine de minutes, le candidat Asensi a témoigné sa reconnaissance aux habitants de la ville de Tremblay-en-France, ainsi qu’à ses collaborateurs proches, pour leur confiance et le travail accompli, déclarant : « Nous avons ici, les forces vives de Tremblay. J’ai beau avoir de la bouteille (74 ans ndlr) … Ce n’est pas la campagne d’un seul homme. C’est un travail d’équipe et j’ai besoin de vous ».

« Pour ces élections, la configuration politique sera inédite. Nous connaissons les valeurs de la gauche. Socialiste, extrême-gauche, écologiste… notre message s’adresse à toutes les parties de la gauche. Nous devons rassembler toutes les forces politiques de gauche, au sein de ce paysage politique dévasté », dit François Asensi.

Côté bilan social, le maire sortant évoque les progrès mais aussi les difficultés de son mandat : « Il reste de nombreuses choses à faire pour notre ville. Nous devons corriger les inégalités et redistribuer les richesses avec plus d’égalité, par la fraternité. L’augmentation de la pauvreté est de 14%, à Tremblay-en-France. Le chômage, quant à lui, atteint les 15%. Beaucoup de gens, en situation précaire, ont des difficultés à se loger. C’est de la responsabilité d’un maire, de s’occuper de ce problème. J’entends la jeunesse en difficulté ».

« Nous sommes un domaine culturel au répertoire international, pour les jeunes et les personnes âgées. Beaucoup d’activités sportives et culturelles se déroulent à Tremblay. Nous y voyons comme un frein à l’exclusion et un moyen de réunir les générations entre elles », exprime-t-il.

Contre : ADP (T4, privatisation), Europa City, Amazon…

Sur le plan économique, la ville de Tremblay-en-France profite d’un bilan positif, avec une situation financière bonne. Bien qu’ouvert aux implantations d’entreprises sur son territoire, François Asensi ne décolère pas : « Je me félicite de l’annulation d’Europa City, projet ne servant qu’à défigurer la nature, mais également notre victoire sur un tueur d’emplois, Amazon. Le combat n’est pas fini, car demain, nous devrons lutter contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) et contre la construction du Terminal 4, qui augmentera les nuisances aériennes irrémédiablement. Nous sommes dans un refus des constructions à outrance ».

Poursuivant par : « Nous ne pouvons pas laisser le capitalisme sans rivage détériorer notre cadre de vie. La sauvegarde de l’écosystème et la protection de la nature sont des enjeux majeurs. De ce fait, nous avons sanctuarisé 400 hectares d’espaces agricoles et 70 hectares de zone boisée. Nous devons créer encore plus de vergers autour de la ville ».

Lors de sa conclusion, après avoir lu l’Article-1 de la Constitution, François Asensi en appelle à ses soutiens : « C’est tout un projet de continuer à s’améliorer, dans le respect de l’esprit républicain. Ma campagne se veut dynamique et citoyenne. Une société de fraternité, dans un monde actuellement bien trop inégalitaire. Recherchons un avenir pacifique dans le partage. Construisons ensemble ! ».

Dans cette démarche démocratie participative, François Asensi et ses collaborateurs municipaux proposent aux habitants de Tremblay-en-France, de venir participer à quatre ateliers thématiques afin de bâtir le programme municipal, qui se dérouleront à Tremblay-en-France: les jeudi : 12 décembre 2019,  thème « ville citoyenne », salle l’Odéon, 16 janvier 2020 : thème « ville écologique », Maison des Associations du Vieux-Pays. 23 janvier 2020 : thème « ville attractive », Espace Henri Barbusse.  30 janvier 2020 : thème « ville solidaire », Théâtre Louis Aragon. WM

L’avis d’EV

Allez, j’ose… Franchement, il est gonflé François Asensi. Se réjouir (une fois de plus), au motif de “l’écologie” de l’abandon d’EuropaCity, alors qu’il a soutenu et encouragé l’extension de Paris Nord 2, nommée Aérolians, sur des terres agricoles de Tremblay, sur une superficie bien plus grande que les 80 hectares d’Europa (je retrouverai le chiffre exact, mais “c’est pas petit”, comme on dit en Afrique ! How dare you ?

cliquez pour voir Aérolians

Et bien sûr, Amazon, qualifié de “tueur d’emplois”,alors que l’entreprise embauche à tour de bras en France, construit des entrepôts et permet à des milliers de petites entreprises de développer leurs chiffres d’affaires et par conséquent  leurs emplois, comme elles ne l’auraient pas même pas pu l’imaginer avant Amazon. J’en sais quelque pour être un utilisateur régulier d’Amazon (comme certainement un grand nombre d’habitants de Tremblay). On trouve tout, pas cher et livraison gratuite ou peu chère. Que demande le peuple ? Vous pouvez voir ou revoir ce que j’avais écris récemment à ce sujet.

Et ADP ! Celle-là c’est le pompon ! Tremblay, (35 700 habitants) a, depuis longtemps, sur son territoire nord une grande partie de l’aéroport CDG : Terminal 2, l’essentiel de la zone de fret, une partie de la gare TGV, Roissypôle (avec les sièges d’Air France et d’ADP, une grande partie du Centre commercial Aéroville… Tremblay ne subit pas de bruit, sauf, à la marge, sur une petite partie nord du “Vieux-Pays”.

Ce qui a permis à cette belle ville très étendue du sud au nord, des rentrées fiscales de plus en plus importantes au fil des années permettant à la ville (qui était pauvre avant) de s’équiper d’une manière énorme, la bonne gestion budgétaire aidant, comme l’a rappelé à juste titre F. Asensi. Sans parler des grands services à la population.  Et voici, à l’heure où il est  question de construire le T4 (pas sur le territoire de Tremblay…) pour anticiper la croissance certaine du transport aérien, Monsieur Asensi n’en veut pas, au prétexte des nuisances aériennes …

Partagez cet article

Une page se tourne à Roissy : André Toulouse ne se représentera pas

Qu’allait-il faire ? Tout le monde se posait la question … André Toulouse, maire du village de Roissy-en-France depuis 1977 a finalement décidé de ne pas se représenter aux prochaines municipales. Et a expliqué sa décision dans une lettre distribuée à la population, le 4 décembre. La future liste sera présentée aussi par lettre à la population qui sera distribuée dimanche soir. Selon nos informations, Patrick Renaud, 1er adjoint ne sera pas dessus. Ce qui posera la question de sa succession à la présidence de la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France. Des noms circulent déjà… A suivre donc… EV

cliquez pour lire la lettre

Partagez cet article

Frédéric Navas se déclare candidat aux municipales 2020 à Louvres.

Frédéric Navas au milieu, bien entouré par Guy Messager (ancien maire) et Jean-Marie Fossier (maire sortant)

Ce vendredi 22 novembre 2019, lors d’un café-presse au bistrot « Le Margeride », Frédéric Navas, Maire-Adjoint aux Travaux et à l’Urbanisme depuis 2014, porte sa candidature aux élections municipales du printemps 2020, sous le slogan « Parce que j’aime Louvres ». En tant que tête de la liste d’Union Républicaine pour la Défense des Intérêts Communaux, Frédéric Navas veut s’inscrire dans l’héritage et la continuité des décisions politiques ayant façonné la ville de Louvres, depuis les dernières décennies.

Selon lui : « Louvres possède un fort potentiel d’attractivité, où il fait bon vivre. L’éducation, les sports et la culture y ont une place très importante dans notre ville, mais aussi pour de nombreuses autres villes et villages environnants. Le développement de Louvres ne doit pas se faire au détriment d’une baisse de la qualité de vie. Et c’est pour cela, qu’avant toute chose, la liste d’Union Républicaine pour la Défense des Intérêts Communaux s’inscrit au-delà d’une étiquette politique. Nous voulons rassembler un maximum de gens autour d’un projet d’intérêt commun. »

Jean-Marie Fossier, actuel Maire sortant, et Guy Messager, Maire honoraire, rejoignent la liste du candidat Navas. Les deux hommes défendent le bilan positif de ce dernier mandat. Pour Jean-Marie Fossier : « L’éco-quartier et les aménagements urbains effectués sont des réussites, selon moi. Nous misons sur un développement durable et une offre culturelle, permettant à Louvres d’être un pôle d’attractivité sur le long terme. »

La liste définitive sera officiellement présentée courant mi-février, avec le bilan de l’ancien mandat. En attendant, Frédéric Navas et son équipe lancent un appel à tous les citoyens de Louvres, afin de les rejoindre dans l’aventure des municipales 2020. « Notre liste n’est pas encore complète. J’en appelle à ceux qui aiment Louvres, à nous rejoindre au plus vite. Ensemble, nous continuerons à être une référence dans le futur, sans renier le passé historique de notre ville. » WM


Partagez cet article