Fête des pères : le jour d’après

Mon petit frère Bruno (il édite le magazine 100% Vosges) avait mis, voici peu, un post sur son FB avec cette foto. Comme il ressemblait (et encore maintenant), beaucoup à mon père, j’avais regardé rapidement la foto pensant que c’était Bruno jeune. Puis, en regardant mieux la foto (les voitures, l’appareil foto…) j’ai compris que ce n’était pas lui, mais bien mon père, jeune. Entre les deux, c’est la photocopie, comme on dit en Afrique. Notre père, Hubert Veillon, mort prématurément (à 49 ans) était un vrai journaliste et avait fait l’essentiel de sa carrière à l’Est Républicain, le grand journal de Lorraine. D’abord à Épinal, puis à Toul et enfin à Nancy. Enfant, je l’accompagnais souvent, à Toul, dans ses différentes tournées. La dernière fois que je l’ai vu, c’était en aout 1981, lorsqu’il était venu nous voir au Bénin. Un personnage ! Il est mort (il était malade) en septembre d’après, au moment où nous venions juste d’arriver en France. Souvenirs, souvenirs… EV

 

Partagez cet article

Magnifique Luzarches !

cliquez pour la vidéo

J’avais oublié de partager ce film (très bien réalisé, en bonne partie aérien) sur la belle ville de Luzarches (nord-est du Val d’Oise, 4500 habitants), membre de la communauté de communes Carnelle Pays de France (voisin de la CA Roissy Pays de France), dont elle abrite le siège.

La ville (voyez  le site de la mairie), encore une fois est vraiment superbe, en pleine nature. J’adore le centre ville avec sa halle magnifique et ses commerces vivants. Et j’en ai plein de bons souvenirs, tant professionnels que privés…  EV

Cliquez pour bien voir
Partagez cet article

Bleuet de France et hommage à Gilles Chauffour

Voici quelques jours, la famille et les amis de Gilles Chauffour, maire de Villeneuve-sous-Dammartin, (récemment décédé prématurément, revoir ici) ont organisé une cérémonie à la mairie. Il s’agissait, suite à une collecte,  de remettre un chèque au Bleuet de France. C’est que Gilles Chauffour, que j’ai bien aimé, soutenait ce mouvement qui existe toujours et avait été créé après la 1ere guerre mondiale pour venir en aide aux victimes de cette (c’est moi qui le dit) affreuse guerre civile européenne.  Occasion, en ce 11 novembre, de repenser à tout ça, et à Gilles Chauffour. EV

Partagez cet article

Prélévement à la source : souvenirs de Pierre Lalumière

c'est ici, dans l'annexe Panthéon de Paris 1 que Pierre Lalumière donnait ses cours

J’ai toujours eu la chance d’avoir, de la maternelle à l’université, de très, très bons maitres et professeurs. Aussi pédagogues, que fermes et gentils. Je pense souvent à eux, car je leur doit beaucoup. Quelques souvenirs (au-delà des jambes et des très hauts-talons de Mme Boucher, maitresse en CP qui doit être responsable de mon addiction sur ces chaussures), mon maitre de CE1  qui me frappait les doigts avec sa règle en fer quand je récitais mal les tables de multiplication , M. Guimard, maitre de CE2 (en blouse grise) qui avait mis en garde notre génération “vous allez avoir des problèmes de retraite” (on n’avait rien compris), M. Grifatton, mon prof de français de 4ème qui, me rendant une rédaction en me pointant du doigt et me disant : Veillon, c’est pas d’votre patte, ça (faut dire que, pas malin, j’avais recopié mot pour mot des passages d’une encyclopédie…).

Tous les imbéciles sourient…

Toujours en 4ème mon prof de maths, me voyant sourire (j’étais… turbulent -jusqu’à ce jour d’ailleurs-, mais jamais impoli) , certainement d’un air narquois, me dit: “Veillon, tous les imbéciles sourient. Posez-vous la question de savoir si tous ceux qui sourient sont des imbéciles”. Je me souviens toujours de cette phrase, mots pour mots. J’ai arrêté… M. Fuchs, mon excellent prof d’allemand nous soulevait en tirant sur la patte de cheveux si on ne connaissait pas par cœur les “aus, bei, mit”… et  autres “durch, für, gegen…” (je les connais encore par cœur).

Au lycée pareil, toujours de bons profs, notamment MM. Burgard (Français ,Latin), Defoug, (Histoire géo).

A la fac, en première ( non 2ème euh!) année d’histoire géo,à Nancy II, j’ai eu la chance d’avoir, notamment, Yves Burnand, spécialiste national d’histoire de la Gaule. A Paris 1, en licence d’histoire, j’ai eu l’honneur de suivre les cours d’Albert Soboul, grand spécialiste de l’histoire de la Révolution française. Après ma licence d’histoire, j’ai fait un DEUG de droit (mention science politique)  toujours à Paris 1. Il y avait un cours d’initiation au droit  pénal, dispensé par … Robert Badinter ! (que j’ai eu l’occasion de revoir avec grand plaisir en 2011 à Dammartin-en-Goële, c’est ici).

Tout ça pour en venir à Pierre Lalumière, et au prélèvement à la source. Pierre Lalumière (le mari de Catherine, l’ancienne ministre) était (il est mort en 1996, à l’âge de 65 ans…) professeur de finances publiques à Paris 1, et j’avais suivi, toujours en DEUG, son cours d’initiation. Ce fut formidable ! Il éditait un livre “Finances publiques” , qui était la “bible” en la matière. Il faisait ses cours sans aucune note, tout de tête, mais extraordinairement structurés (et avec une bonne blague appropriée de temps en temps). Jamais, je m’en souviens très bien, mes notes avaient été aussi bien écrites.

Un jour, puisqu’il était question d’impôts, il nous avait bien expliqué le principe du prélèvement à la source. Et, avec malice, il nous avait dit qu’aucun gouvernement n’oserait faire ça, tant ça serait impopulaire !

Eh bien c’est fait maintenant, et ça à l’air de marcher. Personne n’a rien dit… Et, selon la presse de ces derniers jours, les prévisions de recettes de l’impôt sur le revenu sont augmentées d’un milliard pour cette année …   EV

Partagez cet article

Un livre témoignage de Simon Dawidowicz

Voici presque deux ans, j’avais croisé, à Aéroville,  Rosette Dawidowicz, la veuve de Simon Dawidowicz, décédé trop tôt en décembre 2010. J’étais bien content de la revoir. On s’en souviendra, Simon avait été adjoint au maire de Tremblay-en-France, chargé des affaires économiques (ce qui n’est pas rien dans cette ville). Et donc mon patron direct, lorsque, de fin 1992 à mi 1997, j’étais directeur du développement économique.

Plus de quatre ans de collaboration quasi quotidienne, avec cet homme dynamique, que j’admirais beaucoup et qui m’ a appris beaucoup. Dès le premier jour, il m’avait invité au restaurant, pour faire connaissance. Et, d’emblée, il avait tenu à me confier que, enfant, lui et sa sœur avaient pu échapper aux rafles des Juifs, pendant la guerre, grâce à l’accueil (risqué) de familles, qui ont fait partie de ceux qu’on a appelé après  les Justes parmi les nations, bien après. Il ne m’en plus jamais parlé, mais c’était comme s’il avait tenu à ce que je sache…

J’ai eu plusieurs fois Rosette au téléphone après notre rencontre à Aéroville. Et c’est au cours d’une de nos conversations qu’elle m’a appris que Simon avait publié, en 2008 un petit livre de témoignages sur cette horrible période, sur ces fuites de lui, sa sœur et de son frère. Je l’ignorais, car à cette époque, je ne voyais plus beaucoup Simon, tout occupé que j’étais avec mon agence VPP (pour laquelle, quand je l’ai crée fin 96, Simon m’avait prodigué de précieux conseils). Elle me l’a envoyé voici une bonne semaine, avec cette dédicace : pour Eric Veillon, ce livre écrit pour que de tels évènements ne recommencent jamais . Je l’ai lu tout de suite, vous pensez bien. Poignant… En fait une fuite à travers la France, de famille en famille… Ça fait mal de lire ça, mais on peut admirer le courage de ces familles qui risquaient leur vie en cachant des Juifs.

Montée incroyable de l’antisémitisme en … France !

J’avais aussi appelé Rosette, comme de nombreux amis juifs, pour leur  dire toute l’horreur et l’incompréhension que je ressentais en voyant  cet antisémitisme renaissant dans notre pays. En France, après tout ce qui s’était passé pendant la guerre ! La police française allant au-delà des exigences des nazis pour traquer les Juifs et les envoyer dans les camps de la mort ! Quelle honte!  “Mort aux Juifs” a-t-on pu entendre ces dernière années dans certaines “manifestations”, souvent sous couvert “d’antisionisme” …  Incroyable .. Sans parler des meurtres…  Parfois je me demande si je ne rêve pas. En tout cas, à mon niveau, je ne laisserai pas faire, je dénoncerai toujours haut et fort (je le fais sur mon Facebook personnel). Tout récemment encore, Mahmoud Abbas “président” de ‘l’Autorité” palestinienne, a tenu publiquement des propos antisémites  incroyables (voir ici). L’ONU et L’Union européenne ont condamné ces propos indignes, mais pas la France ( si encline à donner des leçons de morale au monde entier), à ma connaissance.

Rosette n’a plus beaucoup d’exemplaires du  livre, mais je vais voir si je peux en faire des retirages chez mes amis de RoissyCopy, et en faire aussi une version numérique afin de pouvoir le partager.

Voyez aussi l’article (en cliquant ci-dessous) que j’avais publié à l’occasion de l’hommage rendu au cimetière intercommunal, au Vieux-Pays de Tremblay, en 2010, vous en saurez plus sur ma collaboration avec Simon Dawidowicz.  EV



Partagez cet article

Pascal Trudelle : déjà 6 ans!

Le 26 janvier ça fera déjà 6 ans que Pascal Trudelle, cofondateur de RoissyCopy est mort prématurément (il avait 50 ans) d’un cancer qui ne lui a laissé aucune chance, en un an. Très connu à Roissy-en-France où il participait activement à le vie de la commune, mais aussi bien au-delà. Il était devenu mon ami (alors que nous n’avions pas du tout le même … “style”). Comme quoi… Il manque toujours à beaucoup. Une pensée à son épouse Rénata (qui fut ma secrétaire longtemps) et à leur fille unique Aurélia, et aussi à Patrick Boudaud, son ami d’enfance, avec qui il avait fondé RoissyCopy. EV

Partagez cet article

Camelinat à Mitry-Mory ! Choses Publiques…

Voyez le wikipedia de Camélinat

Retrouvée cette foto que j’avais prise début 2002.  Cette plaque dédiée au célèbre communard Zéphirin Camelinat, est située au bas d’un immeuble communal du parc de la Villette-aux-Aulnes, à Mitry-Mory. J’avais prévu, à l’époque, de faire un article sur ce parc dans le mensuel gratuit (éphémère: 3 numéros) Choses Publiques. Voyez le premier ici et le dernier là.. Ça avait été un succès, pourtant: 25 000 ex (non : 30 000), distribués dans les boites aux lettres de Tremblay et de Villepinte, équilibré par la publicité. J’ai retrouvé les archives de Choses publiques dans le déménagement : beaucoup de gens s’étaient abonnés bénévolement (15 € minimum par an, mais certains donnaient plus : voir ci-dessous). L’argent est toujours là, sur un compte spécial (faudra que je pense à dissoudre le “Club” et donner l’argent à une association). C’était passionnant, les gens nous appelaient, venaient nous voir (notamment tous les politiques du coin), nous écrivaient, tous appréciaient les infos “très locales”… On avait un site internet (fermé depuis).   J’avais voulu étendre la diffusion à Mitry, Aulnay, Vaujours… Mais ça faisait trop de travail, il fallait plus de moyens humains, et j’avais pas assez de sous (comme d’hab…). On a arrêté, la mort dans l’âme. Un de mes rares regrets dans l’histoire de notre agence VPP.

Un des bulletins d'abonnement

Pour revenir à Camélinat, il est un peu oublié (mais il y a des rues à son nom : celle d’Aulnay a été débaptisée récemment). Il fut un membre important de la Commune de Paris (directeur de la Monnaie de Paris), et plus tard, après avoir contribué à la naissance de la SFIO, il fut parmi ceux qui fondèrent le PCF en 1920. D’où sa présence sur cette plaque à Mitry-Mory (toujours communiste !). Je crois me souvenir qu’il y a une société d’études historiques à Mitry (ou à côté): peut-être en saura t-on un peu plus sur les circonstances de cette plaque.  EV

Allez : le numéro 2 de Choses publiques (cliquez, comme ça vous pourrez me voir en … garde à vue !)


Partagez cet article