Zahra est la nouvelle présidente de l’Association des hôteliers du Grand Roissy

Et ce depuis début octobre… Zahra Rahmoune Dali (que j’aime beaucoup) est la directrice de l‘hôtel Campanile (le plus grand de France, 269 chambres, 3 étoiles) de Roissy-en-France depuis 2011. L’association réunit en fait non seulement les hôtels de Roissy, mais aussi plusieurs  autres dans l’ensemble du  Grand Roissy.

Bonne occasion de rappeler que Zahra a plein de sœurs qui travaillent aussi dans l’hôtellerie ! Revoyez- ça dans l’article ci-dessous, ce n’est banal…  A noter, je viens de l’apprendre, que sa soeur Halima, qui était directrice de l’Holiday Inn de Roissy, a récemment démissionné pour se mettre à son compte. On en saura plus…  EV

 

Halima et ses soeurs : une étonnante “fratrie” hôtelière !

Partagez cet article

Télétravail : LE livre à lire !

Je le dis sans ambages, ce livre d’actualité est tout simplement magnifique, à tous points de vues. Il a été écrit par Patricia Wendling, spécialiste des relations au travail. J’avais reçu, voici quelques semaines, un mail prévenant de la parution du livre. Qui m’intéressait d’autant plus que je dois écrire un article sur le télétravail (moi qui télétravaille depuis plus de 4 ans, j’ai des choses à dire…). J’ai appelé Patricia et elle m’a envoyé son livre. Que j’ai lu avec délectation. D’abord c’est bien écrit, clairement, bien documenté et illustré d’une manière sympa.

Sont passées en revue les situations, que ce soit pour les salariés que pour les managers. Avantages, inconvénients, conseils. Elle connait son affaire , j’en témoigne. Je me suis bien retrouvé dans tout ça. Et même appris des choses !

De quoi m’encourager à terminer mon article témoignage sur mon télétravail (j’ai procrastiné… la procrastination est aussi un effet du télétravail, mais ça se combat).

D’où cet article ici pour vous encourager à lire le livre.  Vous pourrez le commander en broché ici. Et en format Kindle ici. EV

Partagez cet article

La forêt de Chantilly en péril, élus et spécialistes sonnent l’alerte

 

Au cours de l’événement « Ensemble, sauvons la forêt de Chantilly », qui s’est déroulé le samedi 10 octobre 2020 sur le domaine du Campus Serge Kampf Les Fontaines à Gouvieux, les élus de l’Oise, les scientifiques et diverses associations écologiques se sont donnés rendez-vous afin d’alerter sur la situation préoccupante concernant la santé de la forêt de Chantilly. En 2020, de nombreux chênes montrent des signes de dépérissement. Face aux évolutions climatiques et une attaque massive de hannetons, l’incertitude progresse. Chênes et autres cèdres centenaires sont menacés, ce qui impactera la flore mais également la faune. Le temps est compté pour agir et préserver ce patrimoine historique naturel, comme le souligne cette vidéo d’annonce de l’événement : https://www.youtube.com/watch?v=PS6gzfV4kao.

Présents lors de cette réunion, Frédéric Nancel, Président de l’Office du Tourisme Chantilly-Senlis, Xavier Darcos, Chancelier de l’Institut de France, Xavier Bertrand, Président de la Région des Hauts-de-France, Bertrand Cheyrou, Président du Campus Serge Kampf Les Fontaines, Hervé Le Bouler, Fondateur d’Interface Forêt, Daisy Copeaux et Marine Roussel, représentant de l’Office National des Forêts (ONF), Eric Sevrin, Directeur adjoint du Centre National de la Propriété Forestière (CNPF), François Xavier Saintonge, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Département Santé des Forêts en charge du suivi des dépérissements en France, Eric Woerth, Député de l’Oise et Président de la commission des finances à l’Assemblée Nationale, Franck Jacobée, chargé de mission pour le Conseil Forestier Indépendant, Nicole Garnier, Conservatrice générale du Patrimoine en charge du Musée Condé, Jérôme Millet, délégué auprès du Chancelier de l’Institut de France pour le domaine rural du domaine de Chantilly, Daisy Copeaux, adjointe au délégué auprès du Chancelier de l’Institut de France pour le domaine rural du domaine de Chantilly, Alexis Ducousso, représentant l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRAE), Luc Abbadie, Directeur de l’Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris-Université La Sorbonne, Bernard Meunier, membre et ancien Président de l’Académie des Sciences, ainsi qu’ancien Président du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Jean-Luc Hercent, chargé de mission pour le Parc Naturel Régional Oise Pays de France, Guy Harlé d’Ophove, Président de Fédération Chasseurs de l’Oise, Patrice Marchand, Maire de Gouvieux, conseiller départemental et Président du PNR Oise Pays de France, Pascal Yvon, associé gérant-fondateur de Carbon Forest, Timothée Boitouzet, Fondateur de la société WOODOO, Philippe Gourmain, Président des Experts Forestier Français, Eric Orsenna, membre de l’Académie française, Jacques Perrin, membre de l’Académie des Beaux-Arts, Myriam Legay, Directrice de l’école Agrotech Paris-Nancy, Eric Goulouzelle, Directeur territorial Seine Nord et membre de l’Office National des Forêts, Barbara Blin Barrois et Sabine Gourmain, expertes innovation et dynamiques territoriales pour l’initiative Couleur Forêt, Anne-Laure Cattelot, Députée du Nord, et Sandrine Roche, bénévole associatif.

Présidant et animant la réunion, Frédéric Nancel déclare dans son discours d’ouverture, à la suite suite du visionnage de la vidéo de présentation de l’événement citée plus haut dans l’article et celle de l’Office du Tourisme de Chantilly : « Si nous avons montré ces vidéos en introduction, c’est pour rappeler que la forêt est partout. La forêt est au centre de notre destination comme un acteur du tourisme incontournable. Nous avons beaucoup de public qui circule dans la forêt, plus que dans toutes l’offres touristiques se trouvant dans le Sud de l’Oise. Et posons-nous la question, si demain il n’y a plus de forêt, en tout cas une forêt endommagée, cela se reflétera sur toute notre destination, notre belle destination touristique ».

Frédéric Nancel

Vous pouvez revoir l’intégralité de l’événement « Ensemble, sauvons la forêt de Chantilly », en cliquant sur ce lien : https://youtu.be/MU4ARRyk59s?t=434. WM

L’avis d’EV

J’ignorais que c’était grave à ce point…

Partagez cet article

Dernières nouvelles des bâtiments construits par SEGRO dans la ZAC du Moulin

Le mardi 19 novembre 2019, au cœur de la ZAC du Moulin se trouvant en face de FedEx, au 1 et 5 Rue du Meunier, Roissy Mail avait couvert l’événement de la pose de la première pierre des bâtiments, en compagnie d’André Toulouse, ancien maire de Roissy-en-France, de Patrick Renaud, président de la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France au moment des faits, de David Gallienne, président du Groupe Foncière du Huit, et de plusieurs représentants de Grand Paris Aménagement. L’article de cet événement est disponible ici : https://www.roissymail.fr/2019/11/24/david-gallienne-a-clos-la-zone-dactivite-du-moulin/.

11 mois plus tard et ayant accusé un léger retard de livraison à cause de la crise sanitaire de ce printemps, les deux bâtiments construits et géré par SEGRO, imaginés par le Groupe Franc Architectures, ont accueilli leurs premiers occupants. Chacun des deux bâtiments possède une surface bureaux et entrepôts de 5 252 m², répartie sur 4 cellules bureaux rez-de-chaussée + 1er étage de 248 m² et 4 cellules entrepôts de 1 065 m². Totalisant pour les deux bâtiments, une surface d’activités de 10 504 m² sur un terrain de 20 000 m² en comptant les parkings et les espaces verts. Un troisième bâtiment, dont le chantier n’a pas encore commencé, verra le jour dans le futur, mettant ainsi un terme à l’aménagement de la zone d’activités commerciales du Moulin qui aura duré pendant deux décennies.

Pour l’année 2020, SEGRO France, en prenant en compte le projet SEGRO Park Roissy, ainsi que les projets SEGRO Park Massy et SEGRO Park Collégien, la société d’investissement et de développement immobilier a porté son portefeuille de parcs d’activités à plus de 220 000 m² en Île-de-France.

Au moment où ces lignes sont écrites, le bâtiment 1 a trouvé acquéreur et 1 locataire. Parmi ces entreprises ayant pris possession des lieux, Guez Père & Fils SAS (https://www.univers-decor.com/), Univers Bagage SAS (https://www.depeek.com/), Lanco (entreprise d’import-export) et Cinodis Groupe C2C (https://www.cinodis.fr/). Contacté par Roissy Mail lors d’un entretien téléphonique, Cédric Collet, président du Groupe C2C, déclare : « Nous sommes très satisfaits de l’acquisition de nos nouveaux locaux sur la ZAC du Moulin. A ce jour, nous y sommes bien installés et contents d’être présents sur ce site ».

En ce qui concerne le bâtiment 2, trois lots sur les quatre restent encore disponibles à la location. Les intéressés pourront contacter Gauthier Sirjean, agent immobilier SEGRO, au 01.56.89.31.33 ou en remplissant le formulaire via cette page web : https://www.novaloca.com/industrial-unit/to-let/roissy-en-france/segro-business-park-roissy/170958?search=true.  WM

Partagez cet article

L’Iron Motors a plus que jamais la cote auprès des aficionados de motos

 

Pendant le week-end du 17 et 18 octobre 2020, au Circuit Carole à Tremblay-en-France, l’Iron Motors, événement rassemblant les passionnés de motos anciennes et de prototypes café racer, a réussi son pari malgré les circonstances sanitaires qui ont eu raison de nombreuses manifestations, depuis mars. Se déroulant habituellement tous les ans, au printemps, les organisateurs de l’Iron Motors ont dû s’adapter rapidement afin que cette édition voit le jour pour pouvoir accueillir ses visiteurs et ses exposants en toute sécurité. Dans ces initiatives permettant d’être en adéquation avec la réglementation en vigueur, l’utilisation d’une billetterie uniquement accessible via internet, limitant les interactions entre les personnes, ainsi que le nombre de visiteurs présents pendant le week-end de l’événement.

Autrefois nommé l’Iron Bikers, comme le rappelle cet ancien article de Roissy Mail au cours de l’édition 2018 consultable ici : https://www.roissymail.fr/2018/03/16/iron-bikers-une-huitieme-edition-bouillonnante-a-carole/, l’Iron Motors a été accueilli avec enthousiasme par les motards et les passionnés de motos de caractère, qui ont vivement répondu à l’appel. Existant depuis 2011, l’Iron Biker s’est fait sa place dans le paysage motocycliste français, devenant un événement incontournable à l’instar des championnats Promosport et Open de vitesse. Mais ici, pas d’arsouille ou de compétition, juste la passion, que ce soit pour les expositions ou pour les roulages sur la piste du circuit, s’apparentant plus à des séances d’exhibition.

Son fondateur, Nicolas Sonina, (photo) âgé de 61 ans et toujours autant passionné, déclare : « Nous sommes très heureux que cette édition se soit réalisée. Nous remercions nos partenaires qui nous accompagnent et qui nous ont fait confiance. L’Iron Motors est destiné à une clientèle de passionnés, et je les remercie de leur présence. Après cet événement, il n’y a plus rien. C’est le dernier de l’année en ce qui concerne le Circuit Carole. D’où l’importance qu’il se fasse ».

Du côté des chiffres du week-end, l’Iron Motors, limité par la réglementation sanitaire pour toutes les manifestations, devra se contenter du millier de visiteurs, loin des 4 à 5 000 accueillis durant les week-ends des précédentes éditions. Ces derniers ont pu profiter d’une trentaine d’exposants, habituellement au nombre d’un centaine, tels que Génération Scrambler, Indian, Harley-Davidson, Royal Enfield, BMW, Cohen Jean Vintage, V Helmets Custom… et d’une dizaine de club comme le CB 750 Club, Ducati Perfomance Club, Green Racing Team, Paris Classic Riders ou le Vmax Club pour ne citer qu’eux. Les visiteurs ont pu également se restaurer auprès de quatre stands prévus à cet effet.

Cet Iron Motors 2020 s’est déroulé dans une ambiance bon enfant, faisant oublier le temps d’un week-end l’actualité moribonde de ces derniers mois. Déambulant sur le paddock, chaque pas emmène les visiteurs de découverte en découverte, allant de modèles anciens de customs aux machines 2-temps de Grand Prix, en passant par de nombreux prototypes dans un style café racer. De véritables œuvres d’art mécaniques qui ont traversé les époques pour mieux se laisser admirer par les contemporains. Les animateurs rappelaient fréquemment aux visiteurs, via les haut-parleurs, de porter le masque même si tout le monde respectait déjà les règles. De mon point de vue, c’était une bonne expérience. Et quel plaisir de voir des gens discuter, échanger et passer un bon moment autour d’une passion commune !   WM

 

Partagez cet article

Ouverture d’un nouvel hôtel Hyatt Place & House à Paris Nord 2

Au cours du mois d’octobre 2020, dans la zone d’activités hôtelières de Paris Nord 2, le Groupe Hyatt a ouvert un nouvel hôtel Hyatt Place & House **** d’une surface d’une capacité de 309 chambres pour le Hyatt Place et de 121 appartements au format studio et suite pour la partie Hyatt House. Le complexe dispose un restaurant, nommé Zoom, où le chef Kasymoun Touré propose une variété de plats mêlant cuisine gastronomique française et internationale. Une piscine et une salle de fitness ont été intégrées, ainsi qu’un « Market » se rapprochant d’un petit magasin alimentaire, permettant d’acheter des plats à emporter. Le complexe hôtelier 4 étoiles possède également 11 salles de séminaire et une salle de conférence de 250 m², d’une capacité de 130 places assises et de 200 personnes en configuration debout. Le parking est privatif avec voiturier et vous y trouverez aussi des billards pour les instants de détente. Des atouts de poids qui ne manqueront pas de charmer les entreprises pour leurs prochains événements.

Malgré la situation sanitaire actuelle impactant le monde de l’hôtellerie, en ayant ralenti drastiquement le nombre de clients voir en entraînant simplement la fermeture des hôtels autour de l’aéroport Charles de Gaulle, ce nouvel hôtel, dirigé par Pierre Brochard en qualité de Directeur d’Opérations, montre qu’il n’y a pas de fatalité et qu’il faut continuer à avancer de façon optimiste en prévision du futur. Le complexe hôtelier se veut proposer une offre globale de services digne d’un resort grand standing, avec de nombreuses activités et équipements. La partie Hyatt Place s’inscrit dans un registre plus classique, avec des chambres pour les courts séjours. Tandis que le Hyatt House s’oriente vers les moyens et longs séjours, avec des studios disposant de kitchenettes et de tout le confort n’ayant rien à envier à un appartement de particulier. Le complexe hôtelier, arborant le logo Pet Friendly, accepte les animaux de compagnie. Cependant, il vous faudra sûrement attendre encore un peu avant de pouvoir profiter de la salle de sport et la piscine, car provisoirement inaccessible aux clients avec les mesures sanitaires en vigueur.

Le hall d’accueil, spacieux et lumineux, est dans un style épuré accompagné d’un mobilier design. Les dalles marbrées au sol reflètent la lumière provenant des baies vitrées, diffusant un éclairage homogène et donnant un aspect visuel chaleureux. C’est une belle réalisation. Le personnel est accueillant et sympathique, nous ne pouvons que leur souhaiter une reprise de l’activité hôtelière dans les semaines et mois prochains.

Pour toutes réservations à l’hôtel Hyatt House, rendez-vous sur le site : https://www.hyatt.com/fr-FR/hotel/france/hyatt-house-paris-charles-de-gaulle-airport/cdgxp ou au téléphone : 01.70.03.12.34. En ce qui concerne la partie Hyatt Place, les nuitées seront disponibles à partir du vendredi 16 octobre 2020. Mais vous pouvez d’ores et déjà effectuer vos réservations sur le site : https://www.hyatt.com/fr-FR/hotel/france/hyatt-place-paris-charles-de-gaulle-airport/cdgzp ou au téléphone : 01.48.16.12.34. Adresse d’Hyatt Place & House : 241 Rue de la Belle Étoile, 95700 Roissy-en-France. WM

Partagez cet article

Deux nouvelles expressions et… rubriques sur Roissymail

Avant même ces temps troublés dûs au virus, j’ai toujours eu en tête deux “expressions” d’enfants.

La première vient de ma fille, quand elle était petite (6 ou 7 ans). On partait chaque année, depuis Paris, en vacances, dans le sud de la Meuse (super, que je recommande). Une fois, en arrivant près des lieux, il y avait eu des travaux sur les routes, et j’avais dû faire plusieurs fois demi-tours. Ma fille, impatiente d’arriver, sûrement, me demande alors, d’un ton inquiet: “comment on va faire papa ?”

La seconde date de quelques années plus tard, dans le nord du Bénin, dans la ville de Bembèrèké, où habitait alors ma femme, dans la “maisonnée” comme on dit là-bas, (des appartements autour de la cour) du roi.  Le fils (qui devait avoir  3 ou 4 ans) de voisins,  Espé (diminutif d’Espérance) entendait l’appel à la prière de la mosquée du coin, il ne comprenait pas, bien sûr, et il répétait “Y’a la salade” ! Je m’étais toujours demandé pourquoi (en fait je sais maintenant : voici les premiers  mots en arabe de l’appel :« Hayya ‘ala la-salah ») et gardé ça en tête lorsque je ne comprenais pas des choses qui me paraissaient dans un premier temps compliquées.

Et ces temps d’incertitudes j’ai pensé à créer deux nouvelles rubriques dans ce Roissymail avec ces deux expressions ! EV

Partagez cet article

Les agriculteurs et les élus du territoire se mobilisent contre les dépôts sauvages d’ordures

Depuis deux semaines, bon nombre d’usagers de la D317 ont pu constater la présence de deux énormes tas de détritus à hauteur du rond-point de l’Europe, situé au-dessus de la Francilienne entre Goussainville et Louvres. Ce dépôt de déchets (ci-dessus) a été mené par plusieurs agriculteurs du territoire du Grand Roissy, excédés par les dépôts sauvages sur leurs terres agricoles. Ces deux imposants tas, représentant plusieurs tonnes de déchets, n’est que la partie immergée de l’iceberg. Représentant un véritable fléau, ce phénomène touche malheureusement tout le pays et est en constante augmentation depuis 30 ans. Cela détériore les cadres de vie, pollue les sols et est une menace directe pour les agriculteurs, qui retrouvent ces dépôts sauvages en plein milieu de des champs, pouvant abîmer les machines agricoles.

Cette action est largement soutenue par les élus locaux, qui tirent la sonnette d’alarme sur de telles pratiques s’apparentant à un écocide. Dans ces élus en colère, Chantal Romand, maire de la commune de Mareil-en-France (95) qui a décidé d’agir en faveur d’une chasse aux pollueurs aux abords de sa ville. « C’est un gros problème, un véritable fléau ! Dans ces dépôts sauvages, il y a énormément de gravas et des restes de matériels de chantiers. Mais, on y trouve aussi des produits toxiques, dangereux pour la santé et l’environnement. Même si nous les enlevons, les déchets reviennent de plus belle », déclare Chantal Romand, lors de l’entretien téléphonique.

« Ici à Mareil-en-France, nous avons récemment décidé de passer à l’offensive avec l’installation de caméras, se déclenchant aux moindres mouvements sur les sites de dépôts sauvages. Dès ce mercredi 7 octobre, une de nos caméras a pris sur le fait des individus venus déposer une carcasse de camionnette sur un plateau », ajoute-t-elle. La capture est ci-dessus.

La maire de Mareil-en-France, comme ses homologues élus, attendent des moyens et des actions des pouvoirs publics, avec un durcissement de la loi afin de combattre ce fléau. Pour rappel, tout dépôt de déchets (dont les abandons d’épaves) est interdit sur l’espace public et sur le terrain d’autrui (art. R.632-1 et 635-8 du code pénal). Tout contrevenant est passible d’une amende de 35 euros (article R 632-1 du code pénal), et si l’infraction est commise au moyen d’un véhicule, le montant de l’amende est de 1500 euros (article R635-8 du code pénal). Une sanction qui pourrait paraitre bien dérisoire pour dissuader les pollueurs.

Autre commune du Val d’Oise ayant rencontré ce genre de situation et ayant pris des initiatives contre les dépôts sauvages, Vémars, qui avait des tas de déchets à la sortie de la ville, à proximité de la route longeant le stand de tir. Une voie de service donnant accès à l’autoroute A1 servait de dépotoir clandestin jusqu’à ce que la mairie décide de condamner cette dernière avec un grillage et des blocs de béton, comme le montre la photo ci-dessus. Méthode radicale mais efficace.

Que ce soit en lisière de bois ou en plein champ, cette année a été fortement marquée par une hausse des dépôts sauvages, en ce qui concerne le territoire du Grand Roissy, malgré la création ces dernières de plusieurs déchetteries comme celle située entre Survilliers et Plailly https://www.smdoise.fr/dechetteries/dechetterie-de-plailly/. En attendant un regain de sanctions envers ces actes d’incivilité, qu’ils soient particuliers ou professionnels, les pollueurs sont rarement les payeurs. WM

Partagez cet article

Frédéric Carlier, nouveau directeur de la Mer de Sable, entre ambition et passion

A l’occasion du premier jour d’ouverture de la Mer de Sable pour la saison Halloween 2020, le samedi 3 octobre, le nouveau directeur du parc à thème, Frédéric Carlier, qui est en poste depuis juillet 2020, a présenté le bilan de la saison estivale et ses ambitions pour l’avenir du parc. L’homme à l’accent du Sud-Ouest, titulaire d’un Master 2 en Science de gestion et management de l’Université Montesquieu-Bordeaux IV, a voué sa carrière professionnelle au monde du loisirs, en travaillant chez Décathlon et Koezio. Situé sur le territoire d’Ermenonville, la Mer de Sable, créée en 1963 par Jean Richard, avait été rachetée par la Compagnie des Alpes en 2005, groupe opérateur des parcs de loisirs ayant en charge le Parc Astérix, le Futuroscope, le Musée Grévin, ainsi que les domaines skiables français. En 2015, le Groupe Looping, comprenant entre autres les parcs Bagatelle et Mini-Château, fait l’acquisition de la Mer de Sable. En bientôt 60 ans et engrangeant en moyenne 350 000 visiteurs par an, le parc sur le thème du Far West d’une superficie de 45 hectares a bien évolué, passant d’un parc avec des attractions foraines à des attractions exclusives, et réussissant à se faire une place durable dans le milieu des parcs de loisirs.

« Nous avons trois objectifs pour nos visiteurs, au sein de la Mer de Sable. Partager une journée en famille, construire l’album de famille et vivre des émotions en famille. Un temps de déconnexion et d’immersion en famille. Nous sommes un parc à thème pour les familles, les enfants jusqu’à 12 ans et leurs parents, voulant leur offrir une expérience incroyable. La Mer de Sable n’est pas un concurrent de notre proche voisin, le Parc Astérix, mais une complémentarité. Les enfants y viennent découvrir leurs premières sensations fortes chez nous, puis à l’adolescence ils vont au Parc Astérix », déclare Frédéric Carlier.

« C’est un réel plaisir de travailler avec une équipe compétente et passionnée. Notre personnel est au nombre 180 personnes, regroupant 6 corps de métier différents, opérateurs d’attractions, mécaniciens, administratifs, comédiens cascadeurs, restaurateurs et décorateurs. Nous disposons de 26 attractions et de trois spectacles vivants », ajoute-t-il.

Frédéric Carlier, lors de la conférence de presse, a annoncé la date d’ouverture pour la prochaine saison estivale qui sera le samedi 3 avril 2021, week-end de Pâques. Cette année marquera l’inauguration de la nouvelle attraction 2021, le Silver Mountain, un coaster familial fabriqué par l’entreprise Néerlandaise, Vekoma. Cette dernière aurait dû ouvrir en 2020, mais malheureusement, le coronavirus a eu raison de son report.

Sur le thème du COVID-19, la Mer de Sable a dépensé 50 000 euros pour être aux normes avec les mesures sanitaires, avant sa réouverture en juin 2020. Le parc table sur une perte de 30% de visiteurs, bien que la saison estivale ai été sous de bons hospices avec un afflux massif de visiteurs, très heureux de sortir du confinement.

Pour sa quatrième édition d’Halloween, la Mer de Sable a vu les choses en grand. Les squelettes, citrouilles et toiles d’araignées ont fait leurs apparitions dans le parc. La thématisation a été intégralement revue pour l’occasion, attractions et spectacles n’ayant pas échappé au relooking, que ce soit visuel ou sonore. Les plus petits pourront y trouver les Contes Magiques de Vano le Magnifique, les Chikachocottes et le Safaritrouille. Mais également, le Train des Âmes et le spectacle Dia de Los Muertos. Les comédiennes et comédiens habillés en zombies, sorcières, épouvantails et trolls, déambulant dans le parc, sauront impressionner les plus téméraires.

Avec les mesures sanitaires, le port du masque est obligatoire dans tout le parc. Il vous faudra également acheter vos billets datés, à l’avance, sur le site https://www.merdesable.fr/tarifs-reservations. L’Epouvantable Mer de Sable Saison 4 se déroulera du samedi 3 octobre au dimanche 1er novembre 2020. Les horaires d’ouverture sont disponibles ici https://www.merdesable.fr/calendrier-horaires. Un concours de déguisements est organisé pendant l’événement, avec chaque jour, un Pass Saison 2021 à gagner. Alors, soyez les plus créatifs pour votre prochaine visite sur le parc. WM

 

Partagez cet article

Amélie Volle est la nouvelle directrice d’Aéroville

Elle est en poste depuis le 1er septembre et succède à Léa Henry de Villeneuve (revoir ici) . J’ai parlé avec elle avant-hier (elle me connaissait déjà de réputation…). Discussion enthousiaste ! Elle a 29 ans et déjà un beau parcours professionnel, que vous pourrez voir ci-dessous. Ce que j’ai toujours aimé, chez son employeur, Unibail-Rodamco Westfield, c’est sa capacité à nommer des jeunes à d’importants postes de responsabilités.

On lui souhaite plein succès dans ce Grand Roissy aussi passionnant, dynamique, que compliqué !!  EV

Diplômée d’un master en sciences du Management à KEDGE, Amélie Volle a débuté sa carrière en 2013 chez Procter & Gamble pendant 1 an et demi, puis a rejoint COTY en 2015 en tant que Responsable Développement des ventes. En 2018, Amélie Volle rejoint le centre Westfield Rosny 2 en tant que Directrice Adjointe où elle a notamment pris en charge la gestion de l’exploitation quotidienne du centre, les animations des prestataires, l’organisation d’événements comme le lancement de la marque Westfield en septembre 2019. Désormais à la tête d’Aéroville, la nouvelle Directrice a pour ambition de faire rayonner le centre, ses services et son offre unique.
« Après 2 ans passés à Westfield Rosny 2, je suis très heureuse de reprendre la direction d’Aéroville, destination shopping et loisirs incontournable du nord de Paris. En prenant la direction de ce centre de shopping, je souhaite répondre toujours mieux aux besoins et aux envies des visiteurs et également faire rayonner l’offre exclusive d’Aéroville à travers la diversité des enseignes du centre”.

 

Partagez cet article